dimanche 12 août 2018

Au présent

Bonjour! Bonsoir! Je crois que j’ai des lecteurs supplémentaires grâce à https://www.tvanouvelles.ca/2018/08/12/vivre-avec-la-schizophrenie-on-nest-pas-condamne  Je leurs souhaite la bienvenue. Ce dimanche est superbe, je dis merci à tous ceux qui s’intéressent à ce que je fais sur les réseaux sociaux et dans les média… J’y vais avec mon senti, je vois qu’il y a plusieurs personnes qui s’intéressent à la stigmatisation à comment s’en défaire, le moyen que j’ai trouvé c’est d’en parler un peu partout, de s’engager et de dérager, le ressentiment ça mène à rien… Non! Je me dénigrerai pas. Je pense que ce que je fais c’est avec de bons sentiments et dans le but d’aider. C’est pas parce-que je parle que la terre va arrêter de tourner mais j’aimerais qu’on accueille mes pairs avec de l’ouverture d’esprit, je répète souvent qu’ils sont pas paresseux mais connaissent des difficultés… Je me dis que plus tôt ils chercheront de l’aide mieux ce seras. Parfois c’est long avant de trouver sa voie et la maladie mentale avec son lourd sentiment de solitude disparais pas facilement. Je pense à toute cette itinérance urbaine, comment c’est difficile. Je vous ai pas raconté ma rencontre avec un de ceux-là qui mendiais et qui voulais savoir si j’habitais seul si j’allais l’inviter pour un verre et qui quand il m’a lâché trouvait que je lui avais pas donné assez d’argent. Je l’ai pas invité lui ai juste parler de La Maison du Père il m’a dit qu’il aimait pas ça mais je connais personne qui aime ça. Souvenir du voisin Gérard qui accueillait des «chambreurs » et qui étais toujours dans le trouble… J’ai pas toujours été honnête c’était une question de survie, pourtant ça été long avant que je saisisse que j’étais un itinérant, j’avais le choix entre me rétablir et survivre où continuer ma dérive et mourir. Je sais y’a pas de solution facile, c’est toujours du cas par cas. Je pense à la difficulté de trouver un logement pour un gars qui sort d’en dedans. Ce même gars qui traine tous les préjugés sur la maladie mentale, pour lesquels ils le sont tous mais pas lui. Souvent il préfère la prison à la psychiatrie. Je sais pas pourquoi je vous énumère ça dans mon senti aujourd’hui, je devrais plutôt vous parler de moi de mon rétablissement, je sais y’en a de vous qui vont dire une autre « soucoupe »… Un autre souvenir, d’un « écrivain » qui trainait une serviette avec dedans une antédiluvienne édition de journal avec sa photo, je le regardais aller il se prenait pour une rock-star je veux pas faire comme lui je vais mettre de l’humilité dans la patente. Surtout pas vous écrire sur un ton faux et emprunté… Bon! Je vais essayer de terminer et encore souhaiter la bienvenue aux nouveaux lecteurs, j’espère que ça vous a plu et vos commentaires sont appréciés. Je vous remercie d’avoir lu jusque-là. Quelques mots encore pour terminer, ça y est presque. À la prochaine j’espère!!! Au revoir!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire