mardi 15 octobre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Je sais pas si  c’est possible de passer de la psychose à  la névrose. L’ami  me parlait du surmoi  me semble que ça m’en fait lourd à trainer, mais c’est bien cette intériorisation de l’autorité qui je crois me mène à cette névrose paranoïaque… C’est bien de le savoir ,mais qu’est-ce que je fais avec… Je prie mais il me semble que c’est pas suffisant on est sortie de la glorieuse époque de l’analyse transactionnelle et pour la psychanalyse on vie pas dans un pays qui y crois… Je suis toujours étonné de voir la proximité de la Maison Saint-Jacques avec les débits  de boisson, plusieurs à la sortie s’en vont à la bière… Cette nuit comme souvent je vous fait le portrait de mon senti de mon monde intérieur… Je pense à ceux qui vont en thérapie et en sorte avec l’apparence du rétablissement, bien rasé bien peigné, de beaux habits mais c’est que la façade avant la prochaine psychose la prochaine rechute… De toute façon pour moi l’analyse et la psychanalyse c’est nébuleux, je préfère écrire je me soigne et je dépense pas une fortune, les analysés ont souvent un rapport ambivalent avec l’argent, l’idée d’être absent à mon analyse et de devoir quand même payer me rebute faut quand même dire que les soins psychologiques sont souvent payé par les assurances quand même les patients sont assidus ne serait-ce que pour pleurer et tout de suite après recommencé leur maneige… J’illustre ça avec une photo de la matriarche, de mon lecteur de Deux-Montagnes et de moi  même à L’Oratoire Saint-Joseph… Souvent quand un alcoolique deviens abstinent on crie au miracle, je sais pas si parmis les béquilles et prothèses des miraculés on a laissé une place pour les mercis des abstinents… Hier j’ai raconté à l’intervenante comment j’aimais marcher dans les sentiers en forêt… Je vous ai pas raconté que je me suis acheté des bottes de marche un modèle semblable à celui que j’ai déjà eu confortable et solide… J’ai hâte de les avoir. Encore aujourd’hui je suis sobre et c’est tant mieux, ça fait moins mal que se saouler soir après soir… Parfois je pense à la promiscuité malsaine dans cette minuscule chambre que je louais, c’était difficile et violent… Plusieurs croyait que j’allais y rester, le souvenir est toujours vivace c’est ce qui me garde abstinent. Souvenir de la regretté Myra Cree et de son embarquement, de son embarquement pour si tard aussi des émissions radio extraordinaire. Écrire c’est le seul bricolage que je peux faire sans déranger personne, il est pas question de coup de marteau juste de taper sur le clavier, tout à coup un gentil parfum ça fait du bien… Quelques mots encore abandonnez moi pas là, laissez-moi pas avec ça c’est plus fort que moi. Je me laisse aller dans les « bonnes » pulsions. Comme toujours je termine en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! Ça y est c’est terminé, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

lundi 14 octobre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Je suis de retour ça me manquait trop. Y’a toujours cette insomnie, c’est toujours mon senti vue du même angle. J’ai commencé un cahier en parallèle, une brève pause, vous semblez pas vraiment tenir à ce que j’écrive sur mon blog… Je sais pas trop quoi faire ni comment. Je perds la main  c’est difficile de recommencer. J’ai eu le temps de lire un recueil de bandes dessinées du Capitaine América, de magnifiques dessins... Je vais vous raconter mon rapport avec la police qui je crois me harcèle, je pense qu’ils aiment pas que je tienne un blog, hier ça faisait quelques jours que j’avais pas vu de voiture de patrouille en rentrant chez moi j’ai aperçu un policier qui portais des pantalons brun pas réglementaire… Les mêmes que ceux portez par les employés d’entretien ménager. Il rendait peut-être visite à un voisin en crise… Parfois je crois que c’est eux qui rentrent chez moi déplacé de petites choses pourtant les voisins m’avertiraient… Mon senti change pas je veux toujours arrêter de souffrir… Je sais vraiment pas quelle attitude avoir… Parfois j’ai juste envie de mourir… Pourtant j’essaye de me rétablir je voyage un peu pour aller mieux pas pour faire ma vedette… Ouais! Ça tout l’air que c’est la fin du monde, je sais vraiment pas quoi faire je recycle  je prends le transport en commun, je sais c’est pas assez,  il me reste plus longtemps à vivre… Viens de regarder une jolie vidéo de guitar hero avec Robin Trower et son Bridge of Sigh. Je me rappelle le trente trois tours était sortis en même temps que celui de Beau Dommage, tout nouveau aussi, j’avais prêté les deux disques à un ami pas trop rocker plutôt pédophile qui préférait Beau Dommage, il m’a rendu les disques et je l’ai plus jamais revu et c’est tant mieux… Souvenir de cette adolescence où je montais dans la voiture de n’importe qui… Je pense qu’après mon expulsion du juvénat mes parents ont laissé tomber pour ce qui est de mon éducation… J’ai soixante-trois ans je sais pas pourquoi je pense encore à ça… Je devrais aller vivre dans un village français et oublier tout ça, écrire autre chose et oublier mes malheurs… Je suis pas nostalgique c’est que je savais pas j’ai appris, je suis un peu vieux pour recommencer ma vie, je voudrais juste la continuer ailleurs et d’une autre façon… Vous savez je crois qu’il y a quelque chose de puéril dans la maladie mentale, on reste longtemps des enfants… Je cherche comment dire ma pension de l’état… J’ai peur ça passe si vite, les dernières années je les ai pas vues… Voilà! Encore une fois je suis de retour, j’espère que vous trouvez  agréable mon écriture. C’est le plus difficile qui se présente comment terminer? Dehors les camions passent on dirais qu’ils font du bruit par exprès enfin comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

mercredi 9 octobre 2019

Au présent


Bonjour! Bonsoir! Je me questionne sur la durée et la pertinence de mon blog. Dernièrement c’était comme un baroud d’honneur, je pense à cesser de vous écrire… Je suis épuisé, un peu à cause de toute la répétition que je vous fait… Une pause seras pas de trop je peux peut-être réussir à me renouveler… J’ai de la peine à vous dire que j’arrête mais j’ai l’esprit en morceau… Je perds confiance et bientôt je commence une formation au centre d’apprentissage santé et rétablissement… Je dois me prendre en douceur ce seras pas d’avance si je suis hospitalisé… Ce matin j’étais au bord des larmes, je suis perdus… Quand bien même je vous raconterais tout à quoi bon? Parfois je crois que c’est le retour de la maladie, j’ai pas été prudent… Je vous abandonne pas je prends juste une pause… J’ai pas à écrire sur le rétablissement de l’autre je dois réfléchir sur le mien… Parfois dans la maladie, la paranoïa j’ai l’impression qu’on se sert de moi pour me brûler… C’est que ça de la maladie y’a personne qui viens me solliciter chez moi… Je suis ému parfois je trouve que la vie est dure… Je vous remercie encore de prendre le temps de me lire, j’abandonne là! Il vas peut-être y avoir une prochaine je sais pas. Merci!

Bernard

mardi 8 octobre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Pas d’illuminations cette nuit, ai démarré le climatiseur parfois je viens vite à la conclusion que je suis pas Arthur Rimbaud. La poésie a besoin de la fougue de la jeunesse et de se nourrir du malheur pourtant à l’époque de ma vive schizophrénie j’avais pas de mots pour écrire la douleur faut dire que j’étais occupé à vivre avec parfois le désir d’en finir… Je cherche le sens à donner à tout ça, je veux pas vous endormir sous des textes moyens… Je cherche le nouveau et le beau en sachant que tout à été écris mais pas par Bernard Saulnier… Mon nom et celui du grand poète dans le même paragraphe faut le faire, je suis pas plus Rimbaldien qu’il faut… Souvent et c’est grave on laisse la poésie aux enfants mais l’invention d’un discours c’est tellement important… Les poètes! « De pauvres fous! » Dans mes nuits de délire j’ai croisé l’envoyé du démon avec sa redingote et ses gants blanc, j’ai eu peur je lui ai pas parlé… Il était là je crois pour acheter une âme. Je suis certain que vous la croyez pas cette histoire-là… Mais je l’ai vraiment vue il ressemblait à la mort… Raffiné il était pas à l’image des anges de l’enfer. Je vous écris ça et je sais pas pourquoi je pense à Robert Johnson et à Crossroad ce classique du blues, de la musique américaine… Plus tard y’a aussi eu l’Hôtel California, à San Francisco j’étais pas loin… Tranquillement je me prépare un petit voyage à Québec pour la fin du mois, un forum santé mentale… Je sais pas si je vais rencontrer des employés de l’institut… Cette nuit je prends tout mon temps, je vous ai pas encore parlé de mon senti… Le band musical c’était les Eagles… Je suis conscient de n’avoir vendu mon âme à personne, je suis maintenant vieux et j’ai les douleurs qui vont avec… Je vais regarder un peu plus les détails du Forum, y’a des voix dans la nuit, ce sont pas celle de la schizophrénie, parfois je pense au psychiatre qui me traitais, il est à la retraite je crois qu’il est malade. Tout à coup cette nuit y’a un parfum de soupe… Que j’aimerais ça! Que j’aimerais dont ça être un vrai artiste… Bon je vais faire comme si et explorer mon senti artistique… Certains explorent leurs racines autochtones moi c’est plutôt mon vécu schizophrénique, mon senti d’hypersensibilité qui vaux bien un statut d’amérindien… Je me recouche pas tout de suite, je termine avant… Tranquillement je me berce sur la chaise devant l’écran, y’a toute cette vie qui grouille la nuit, passé minuit plusieurs finissent de travailler… Je voulais vous parler de mon senti avant de terminer, cette nuit je trouve pas c’est sans douleur, j’écoute dehors quelqu’un tousse son angoisse… Voilà! C’est la chute, déjà, j’essaye toujours… Comme toujours je vous remercie d’ avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

         Bernard




Au présent


Bonsoir! Bonjour! C’est la nuit je suis encore au prise avec l’insomnie  quoi que je me suis couché tôt… Hier j’ai téléphoné à ma lectrice privilégiée parfois rien ne vaut une conversation de vive voix… Il est presque minuit, dehors y’en a un qui tousse il étouffe… Fumer c’est pas une bonne idée à moins que tu veuille te cracher les poumons… Voilà c’est maintenant la nuit, je veux pas faire trop de bruit. Je sais pas si je vous ai déjà raconté cette fois où j’ai failli mourir, je montais une piscine hors terre j’avais les pieds dans l’eau très froide j’ai attrapé un coup de froid, la même journée je suis monté en moto à Saint-Rock-de-Mékinac, j’ai eu encore froid c’était l’automne. J’ai couché sur le plancher d’un chalet pas chauffé, j’ai gelé… Que pensez-vous qu’il est  arrivé j’ai attrapé une pneumonie carabinée j’ai faillis en mourir, heureusement je suis allé voir le médecin, il m’a soigné… Le gars il voulait vraiment me tuer…. C’est vieux tout ça des souvenirs de plus de quarante ans… Je pense au regretté patriarche qui dans mon enfance nous racontait ses rêves avec des personnages plus grands que nature, c’était toujours l’époque où il travaillait dans le bois, dans les chantiers… Parfois le patriarche et la matriarche échangeaient acrimonieusement sur des cousins qu’ils avaient connus dans leurs jeunesses, c’était une sorte d’empoignade du langage comme si ils avaient besoin de ça pour vivre c’était mon enfance je comprenais pas toute les émotions qu’il y avait là-dedans… Je mange des clémentines, elles sont juteuses à souhait, cette nuit j’en fait un peu trop avec cette écriture je devrais garder ça simple et revenir à mon senti, je suis pas orfèvre je grave pas le cuivre, c’est juste des mots sur un écran…  Mon senti je crois qu’il est là pour montrer l’exemple raconter le rétablissement sa possibilité… Je veux pas radoter… Je sais pas pourquoi la nuit on entend discuter les gens sur la rue et pas le jour, une autre musique me trotte dans la tête je sais pas ce que c’est… Mardi déjà, dans mes insomnies c’est comme si je ne vivais que de l’angoisse… Bientôt moi aussi je ne serai plus qu’un souvenir les petits enfants seront devenus grands, j’espère qu’ils se rappelleront du bonhomme qui aimait écrire. Me suis recouché ai  rêvé a ce couple d’amis qui collectionnait les voitures, ils en avaient une dans le rêve, une grosse voiture rouge décapotable qu’ils m’avaient demandé de surveiller… J’ai encore sommeil, la nuit est avancée, je suis toujours content de voir que vous prenez la peine de commenter. Ai parlé des pommes que j’aime pas avec la matriarche elle m’a conseillé d’en faire de la compote c’est pas une mauvaise idée.  Ces jours d’automne pluvieux que je déteste et où j’ai passé quelques malheureux jours à cueillir des pommes. Voilà je suis presque à la chute, merci d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard


lundi 7 octobre 2019

Au présent


 Bonjour! Bonsoir! Je sais que je peux pas vous demander de tout lire, je viens de regarder une vidéo sur le rétablissement, si j’écoute ce qu’ils disent je suis pas rétablis, j’ai pas de travail officiel… Moi je vois pas ça comme ça, je suis impliqué dans mon milieu et j’arrive à me rétablir. J’essaye de vous dire que je tiens loin l’épée de Damoclès qu’on tiens au-dessus de la tête du travailleur. J’ai probablement tort je devrais m’intégrer, je déteste ce mot, au premier travail qu’on m’offre… Je suis trop asocial, j’aime pas le chantage des patrons… Au fond ils ont raison, je dois gagner mon pain à la sueur de mon front, je m’autostigmatiserai pas, pour aujourd’hui j’écris c’est ce que je peux faire de mieux… Je me suis inscrit à un forum santé mentale à la fin du mois à Québec. Lundi démarrage de la semaine… je vieillis sans savoir si je mûris… Me suis préparé un café… Je suis allé à ma réunion ce matin, on prépare la présentation pour le colloque, je crois que ça va être bien… Je suis chez-moi, ce matin on parlais de dévoilement, j’ai qu’une petite crainte à vous dire que je souffre de schizophrénie paranoïde avec co-morbidité… Je sais pas pourquoi je vous mentionne ça et j’ai un parfum d’Europe… C’est de la folie, je peux pas faire mieux. Je vous raconte, je dis merci aux gens qui me disent qu’ils aiment mon écriture… J’ai téléphoné à un ami qui a dispersé les doutes que j’avais sur la nouvelle direction et le dédommagement…  Je trouve pas quoi vous raconter je reviens à mon senti, je m’en fait un peu pour l’ami agent de programmation… J’hésite à tout vous écrire, y’a toujours de la circulation sur la passerelle… Non! Non! Je me dénigrerai pas, je vaux autant qu’un autre, je pense à ceux qui ne savent pas lire ni écrire, à quoi ça m’a avancé de lire tous ces bouquins… Je sais pas pourquoi tout-à-coup j’ai chaud, les mouettes sont là avant de partir pour l’hiver je crois… Trop de mots! Faut savoir rester dans le silence, heureusement je ne vous lis pas mon senti à haute-voix, un galimatias? Je pense à l’hôtel à la fin du mois à Québec, si y’a une chose dont je suis certain c’est que je suis pas indispensable. Je regarde différent colloque sur le rétablissement dont un à Tours j’aimerais être là mais ce seras pas possible, la belle époque des voyages et du rétablissement citoyen est terminée, faut travailler à son rétablissement chez soi… Je sais je vous écris trop mais parfois c’est comme un gosseux et son brin de scie…Les mots tombent même si la forme est pas définie. Comme disait l’autre y’a toujours bein des limites pour tout de suite c’est celle-là. Je vous aurai raconté encore une fois. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Quelques mots encore pour la chute l’épilogue… À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Cette nuit j’ai beaucoup rêvé mais je me souviens plus à qui ou à quoi… Nuit de dimanche à lundi, ce matin je me rends à l’institut pour préparer un atelier, je crois vous l’avoir déjà écrit… Mais avant je vais à la chasse intérieure pour trouver mon senti, c’est difficile l’expression quand y’a pas de douleur c’est comme si on était devant rien, ce week-end c’était sport télévisé, football et hockey ça laisse pas beaucoup de place à la sensibilité, je crois que la voisine est malade syndrome d’immuno déficience acquise, c’est juste une hypothèse, je sais pas pourquoi elle reçoit tant de monde chez elle… Souvenir de ma jeunesse solitaire où j’avais personne sur qui jeter mon « amour »… J’étais brisé avant de commencer, cassé… Le chanteur disait qu’il fallait que le corps exhulte, c’était ça très charnel avec quand même personne à aimer et de la difficulté à me lever pour faire le café, ça fait longtemps tout ça plus de trente ans… Je reste seul je veux pas retourner là… La douleur et la souffrance de l’affect aujourd’hui je peux comprendre pourquoi on ne m’aimait pas dérangé sans chez moi… Je crois que j’étais un itinérant je couchais un peu n’importe où… C’est l’histoire de mon senti, maintenant je ne vie plus comme ça avec un affect suicidaire, de quoi appeler la police… C’est fatigant être troublé comme ça surtout qu’on ne se vois pas… C’est un peu pour ça que j’explore mon senti mon monde intérieur parce que je ne veux pas reproduire ces comportements… Je préfère abandonner qu’être abandonné… Beaucoup d’écrivains vont vous décrire  la flamme la passion mais pour moi c’était de la folie, quatre ans à partager le lit de quelqu’un que j’aime pas, de la folie, comme bien des choses dans ma vie… Maintenant j’arrive à vivre seul c’est beaucoup mieux pour moi… Je regrette, je regrette tout bas… Je crois avoir vécu l’envers de ce qu’a vécu la patriarche, lui une vie tranquille moi une vie agitée ça pouvait pas faire autrement, c’était y’a longtemps… Il ne me reste que quelques années autant bien les vivres loin des miroirs du bar… Vous pouvez le dire j’étais habité par la bêtise, j’ai quand même vécu au milieu des rats et des coquerelles c’était difficile… Je ne bouge pas, je ne bouge plus… Mais non je suis pas guéris… Je suis juste bien traité… C’est une nuit tranquille où je vous aurai raconté l’essentiel de mes états d’âme, je sais pas pourquoi je pense à la méthadone j’en ai pas besoin, je ne consomme plus… J’ai ramassé les choses que j’apporte à la réunion ce matin, les sirènes hurlent souvent dans le goulag occidental… Quand je vous écris la nuit le temps passe trop vite… J’en suis déjà rendus à la chute, quelques mots encore c’est pas l’apocalypse. Comme toujours avec beaucoup de gratitude je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Bye!!!

Bernard

dimanche 6 octobre 2019

Au présent


Bonjour! Bonsoir! Me suis lever trop tard pour me rendre à la présentation de mon ami historien de l’art, je m’excuse. Je retombe en enfance je lis un recueil du Capitaine América, j’aime bien les dessins… Les équipes locales ont toute deux gagnées hier, n’empêche une fois que j’ai regardé les matchs je me sent mongol, y’a rien de spirituel là-dedans… Je vais vous faire une confidence je regarde ça et je veux mourir, c’est de la folie… C’est mon senti de ces moments… J’ai fait une demande à Facebook pour rétablir la connection avec ma lectrice et mes lecteurs. J’aimerais ça que ça fonctionne à nouveau. C’est de la technologie c’est pas parfait… Mais c’est pas grave, côté senti j’ai des refoulements gastriques ça fait pas de la grande littérature… Je continus quand même mes écritures… Dimanche matin, plus personne ne vas à la messe, ils ont réparé l’église tout près de chez moi… Y’a juste quand je vous écris tranquillement comme ça que j’arrive à me sentir bien… Dans le Goulag occidental c’est tranquille, je me fait des idées ce seras pas réparé, je vous écris ça en l’espérant… Je regarde le petit gars tout à son karaté, je sais pas si mon lecteur de Deux-Montagnes se souviens des combats qu’on se faisait quand il arrivais de l’école dans le sous-sol chez le patriarche?  Dans ma paranoïa je crois que Facebook exerce une espèce de contrôle sur ce que j’édite c’est peut être aussi une question d’algorythme… C’est rien de très intime ce matin, J’ai la larme à l’œil je trouve ça désolant que ça fonctionne pas mieux que ça… J’ai une toune du groupe Queen qui me passe dans la tête…  Je suis toujours étonné d’arriver à écrire après une courte pause, Non! Non! Je me dénigrerai pas, y’a rien d’utile dans cette façon-là… Y’a un parfum et une saveur de sucre d’orge… Cette nuit j’ai regardé le match de hockey, je reviens où j’ai commencé… Demain matin j’ai une réunion du groupe d’entraide on prépare un atelier qu’on donne au colloque de l’Association québecoise de réadaptation psychosociale… Souvenir d’il y a longtemps le bôf et ma sœur avaient voulu m’aider et m’avait donné différentes adresses d’organismes mais j’avais tellement peur j’y suis jamais allé, mon parcours santé mentale n’en a été que plus long…  Voilà! D’autre souvenirs douloureux, j’essais… Je me rétablis mais maintenant je suis vieux, j’ai perdus toute ma jeunesse entre les bars, les bistros, les cafés et l’hôpital… Je reviendrai pas sur mes thèmes de prédilection vous les connaissez... Y'a une étoile pour deux amis dans Facebook… Il est midi, je sais pas ce que je vais manger, je veux vous offrir mon senti. J’essais de terminer sur une bonne note, quelques  mots encore, je vais essayer de vous revenir plus tard… Voilà! C’est la chute comme toujours, j’aurai mis des mots sur ce que je vie… Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

vendredi 4 octobre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Ce soir je dors pas, j’ai mis des sous-vêtement plus confortable. Presque vingt-trois heure, je pense à ceux qui veillent tard… Je me diminuerai pas avec ce que j’écris… Je crois que ma lectrice privilégié à réussis à récupérer mes écrits, ce serais bien… Je me suis préparé un café. Je « pense » à ce que je veux vous écrire dans la nuit de vendredi à samedi le night-life est très vivant dans certains bars on trouve de tout… Je l’ai fait longtemps c’est pas une vie… Les voyageurs de Gatineau sont de retour tout de suite dans un autre projet, ils refont leur cuisine… Je vais vous écrire sur moi, j’ai de la difficulté à faire le ménage… Je suis invité à Québec au Forum santé mentale adulte pour le prochain plan d’action en Santé mentale. J’irai pas il est trop tard pour m’inscrire, je sais pas si je ferais la différence côté stigmatisation… C’est plus facile pour moi de me rendre à Lille en France qu’à Québec c’est absurde… Le Forum c’est pour la fin octobre je vais y pensés, peut-être réservé une chambre à l’hôtel… Y’en a des sympathiques à Québec… Je pense à ce Kabyle avec qui j’avais discuté dans le train à grande vitesse entre Lille et Paris, une gentille discussion. Si je vais à Québec je vais leurs parler de stigmatisation, de rétablissement et de dédommagement cette dernière étant très importante parce qu’elle permet de jouer dans la cour des « grands » et participe vraiment au rétablissement, les grands malades  étant très souvent indigent et à la rue faute de moyen pour se payer un logement décent, semble que la rue après un an on en sort plus… Heureusement c’est pas mon cas j’ai passé tout près mais j’ai finis par comprendre le gros bon sens… J’ai envoyé une réponse pour le Forum santé mentale adulte… Quand je pense rétablissement c’est souvent au difficile marché du travail que je me réfère, comment il peut détruire un individu fragile dans la pression acharné de la production… Heureusement j’y suis plus pour moi c’est la retraite et ça à son importance, je peux rester chez moi et survivre quand même… Toute cette difficulté à travailler avec l’épée de Damoclès de l’itinérance au dessus de la tête, la vision souffrante et judéo chrétienne du travail… Il faut toujours souffrir ça a pas de bon sens… Comme si on ne travaillait bien qu’enragé, je me souviens quand je montais des fenêtres à l’étage avec le patron… Ce sont mes réflexions ça vaut ce que ça vaut… J’ai plus besoin de me faire un orgueil parce que je travaille dans un domaine viril, j’hésite à vous écrire ça… Je survivrai malgré tout, j’arrive à la conclusion… J’attends la réponse pour l’inscription au Forum, c’est la chute, l’épilogue vous êtes rendu au même moment que moi. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Finissez de lire et vous me lâcherez. À la prochaine j’espère!!!

Bernard

Au présent


Bonjour! Bonsoir! Je viens de lire le journal en vitesse, je suis désolé que mes envois vous dérangent. J’apprécie quand même vos commentaires. J’ai perdus des lecteurs qui ne sont plus alertés par mes posts. C’est toujours l’histoire de mon senti… J’ai de la difficulté, j’entends les voitures et les avions avant ce bruit-là me menait à la psychose. Si vous êtes trop occupé pour me lire signaler le moi, je vais cesser mes envois. C’est l’histoire de mon monde intérieur, je veux pas faire comme certains poètes et me diminuer, me dévaloriser, je veux arriver à une certaine acceptation de moi. Parfois je me reconnaissais dans la poésie négative mais mon nom c’est pas Buzzwell comme j’avais signé un cours poème à un camarade de beuverie, il avait pas apprécié, vendredi les gars vont prendre un verre où plusieurs. J’arrivais toujours à la taverne avant qu’elle ouvre à trois heure, à la fin la serveuse voyant que je buvais trop me servait un café pour débuter. C’est une autre brasserie artisanale qui à brûlée… Y’a longtemps déjà, je cours plus les endroits à la mode, je ne joue plus au billard… J’étais fou, le roi de la marchette sur Saint-Laurent… Au fond dans l’ivresse il ne se passait rien, ça ne faisait que me descendre dans une sorte d’état dépressif, parfois schizophrénique j’hallucinais… C’est y’a longtemps, je sais pas pourquoi je reviens à ça… Je reste à jeun aujourd’hui, même pour la poésie je ne retourne pas dans ces lieux de consommation. Je remercie Marie-Diane pour les encouragements parfois j’achetais du poulet rôti dans le quartier portugais, d’autre fois je mangeais des hot-dogs français dans une baguette… Heureusement y’a plus personne qui sonne chez moi à minuit pour aller me doper… Se connaitre c’est pas suffisant faut avoir un brin de spiritualité… Je me rétablis toujours un peu plus, je sais bien que ce seras jamais parfait mais ça peut-être mieux. Je sais pas pourquoi je suis passé des bars de la rue Saint-Denis à ceux de la rue Saint- Laurent parfois un autre sur Rachel et un bistro sur Mont-Royal c’était la folie toxique. Je m’assommais parfois avec des B-52… J’avais pris l’habitude de m’asseoir dos au mur pour que personne me saute dans le dos… Ça fait longtemps tout ça je m’en ennuie pas… Vous voyez c’est encore mon thème de prédilection, la brosse et l’alcool, j’en ai finis pour aujourd’hui… Quand j’en avais finis je marchais, je marchais jusque chez moi, une chambre dans les bas-fonds de Saint-Henri…  Tout croche je dormais debout en marchant dans le centre-ville… Je vous ai certainement déjà écris tout ça… Les bars et les tavernes ont fermés et moi je suis là… Parfois je croise des jeunes hommes au prise avec cette sale maladie, pour aujourd’hui j’en ai finis Dieu merci! Vous voyez je me répète, j’espère quand même que ça vous plait. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Bye!!!

Bernard

jeudi 3 octobre 2019

Au présent




Bonsoir! Bonjour! L’équipe de hockey a perdue en tir de barrage ce soir, je souhaite un bon retour à mes magnifiques  voyageurs de Gatineau, c’était très agréable de les suivre… J’ai envie de vous écrire sur les boules multicolores du village qu’ils ont vendu fil par fil… Ce soir chez moi ça sent la bouffe. J’ai la tête en accalmie… J’essais de pauser mon senti en quelques mots. Je me suis trouvé de la lecture ce seras Abymes de Bizz ça risque d’être intéressant je vais y retrouver une partie de moi je crois… Pourtant y’a pas mieux que votre humble serviteur pour écrire son senti… Facebook une machine qui marchait si bien, mais les vrais lecteurs me lisent en ce moment sur le Goulag. Je continue quand même cette écriture avec mes souvenirs  des différents aéroports. Ce soir il pleut… J’ai rencontré des gens qui savent pas ce qu’est un accordéon, mon lecteur collectionneur de roches et de monnaie pourrait peut-être venir lui jouer un morceau pour qu’ils sachent ce que c’est… Hé oui!  Les dépôts ont été fait, je suis debout après avoir dormis un peu… Je vous rédige ça dans une deuxième vague… C’est vraiment l’automne, je cherche des mots originaux pour en parler, « l’été indien » et « Feuilles d’automne » ont été écris il reste plus grand-chose de typique à part peut-être la tête et le panache d’orignal sur le capot de la voiture mais c’est pas très romantique… Je sais pas si vous vous souvenez du film The deer hunter, https://www.youtube.com/watch?v=3Gqit3zVmyc  un film avec de magnifique scène de noce polonaise qui passe de la forêt de Pennsylvanie à la jungle Vietcong avec un grand casting, le ciel gris au-dessus d’une  usine de metallurgie, un grand film… Je sais pas si on va tirer un bon film de la guerre que poursuis maintenant l’administration américaine toute occupée qu’elle est avec le « bouffon » Trump. J’espère que vous comprenez je parle de la guerre au moyen orient qui est toujours en bruit de fond aux États-Unis d’Amérique… Parfois les nouvelles parlent d’un bombardement… Je sais pas où je vais avec ça, l’automne, la saison des pluies et la ville toute humide, les chasseurs dans leurs cache qui ont froid et qui attendent le chevreuil avant d’aller à la guerre… Un film épique, les armes à feu sont un personnage dangereux dont est tissé l’Amérique de l’après-guerre…J’aurai vécu sans m’enrôler, la guerre que j’ai menée se passait dans Montréal ville ouverte, sans armes au milieu de la forêt des toxicomanes, de ceux qui souffrent du syndrome post-traumatique… Je sais pas si vous avez remarqué comment les soldats font de bonnes images… Je suis partie du village pour me rendre en Pennsylvanie et ensuite au Vietnam … Ça parle beaucoup de mort mes affaires… J’ai eu affaire à des vétérans ils sont pas tenables. Voilà c’est la chute, comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

Au présent


Bonjour! Bonsoir! https://www.youtube.com/user/FolieDouceRadio Voilà avec quoi je commence https://legoulag.blogspot.com/2019/04/schizophrenique-san-francisco.html et ça aussi... C’est d’aplomb cet après-midi, pour ceux qui veulent m’entendre et d’autre de la lecture… Vous pouvez juger mais je fais de mon mieux. Quand je m’occupe à chercher des liens en ligne j’entends moins mon discours intérieur… Je suis préoccupé par la mise en ligne, je suis pas Jack Kerouac, c’est pas un rouleau… Jeudi je pourrais vous ramener mon thème de prédilection, mais non! Ma vie s’est beaucoup passé comme aide-camionneur, à ramasser et à livrer des objets lourds, maintenant j’ai plus la force… J’avais de la difficulté, j’arrivais jamais à travailler comme il faut… Je sais pas pourquoi maintenant j’ai un parfum de voyage ça reviens souvent… Je me diminuerai pas, j’y vais toujours avec mon senti, j’essaye de pas être méchant, un ami me disait que j’avais pas de malice, je veux faire mal à personne… Ça fait quelque jours que j’ai pas mis les pieds dehors demain je vais me rendre au supermarché… Les voyageurs de Gatineau sont en vol je crois… J’ai encore et toujours les aéroports et les avions en tête. Je sais pas si les cartes Air-miles m’aideraient… Ceux qui partiraient avec moi faites-moi signe… Ma situation aujourd’hui est pas mal quand je pense à y’a longtemps je crois qu’il y en a qui ont pas fait leurs jobs, c’est pas grave, maintenant je me rétablis et je suis pas en beau maudit. Je veux pas me déstabiliser où décompenser… Je dois rester dans le rétablissement, je vous écris un peu pour les mêmes raisons que toujours m’aider et en aider d’autre, essayer de défaire le stigmate attaché à la schizophrénie… Réussir à écrire une prosodie compréhensible, quelque chose qui se tiens, un bien grand vœux… J’entends les camions qui ronronnent dehors, ça joue moins sur mon angoisse… J’aimerais ça passé un peu de temps dans un chalet dans le bois avec pour seule compagnie que le silence… Je suis pas un chasseur mais j’aime pas les armes à feu, ça a pris du temps avant que je me rende dans le bois l’automne… Je pense à mon lecteur technicien à la Rolls-Royce, je sais qu’il est pêcheur mais pour la chasse? Je crois qu’il sait tendre des collets et chasser la perdrix… C’est mieux que moi j’ai jamais été fort dans le bois. La matriarche connait tout ça… Je souhaite un bon retour aux voyageurs. J’étais pas beaucoup dans mon senti aujourd’hui, ça faisait pas mal, la douleur était ténue… Pourtant… Je vous écris encore ces quelques mots, je veux pas finir trop vite j’ai du plaisir. C’est l’automne et je vais vous le dire je vous aime, j’apprécie le temps que vous prenez à me lire… J’ai que des mercis à vous faire. C’était ça pour aujourd’hui, quelques mots encore pour terminer, j’aurai comme je vous le disait au début fait de mon mieux. Merci d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard

Au présent


Bonsoir! Bonjour! J’en rajoute un autre j’espère que vous pourrez le lire j’ai changé quelques réglages. J’ai vu que les précédents sont disponibles. Je suis heureux on s’intéresse encore à un de mes textes d’il y a quelques années si ça passe l’épreuve du temps c’est tant mieux… Je crois que les voyageurs reviennent aujourd’hui… Cette nuit comme souvent j’entends des passants qui crient… Ai mangé des céréales, ça intéresse personne… Mon lecteur de Deux-Montagnes me dirait si ça se fait pas en quelques clics c’est bon à rien… Je vous écris jusqu’à minuit et après je vais me coucher, il est tard… Non! Je me couche pas tout de suite, j’ai réussis à faire ce que je voulais avec les photos de cabanes de pêches bretonnes, moi elles me rappellent un roman de Philippe Dijan, merci à ma lectrice voyageuse… Je me vois dans une cabane, j’attends le poisson, je remonte le filet avec la marée, ça me prendrais quelqu’un pour me l’enseigner cette pêche… Je sais pas comment elles se portent les cabanes par mauvais temps… Je pense que vous pouvez me lire, Facebook sort mes textes… Je sais pas si y’a des bretons qui s’appellent Saulnier? Ça fait huit jours que j’écris dans le désert… Je pense que je vais faire une super grosse liste pour avoir votre réaction… Trois heure du matin je reprends la rédaction… J’ai perdu les mots, je trouve plus j’ai beau chercher j’ai pas le propos, autant cesser d’écrire… Mais non je continue, y’a un camarade qui édite un de mes texte, ça fait longtemps que je vous ai pas dis mon senti… Je pleure un peu sans trop savoir pourquoi… Toujours la nuit j’ai pas beaucoup dormis, mes lecteurs de Gatineau sont peut-être déjà dans l’avion. En ce moment je pense moins à partir, j’irai pas vers la pauvreté extrême des Indes. Je regardais les publicités de La Guadeloupe ce serait une belle destination pour cet hiver. Si le trois fait le mois ça devrais être pas mal voilà que je tombe dans les banalités, je sais pas pourquoi quand j’écris je pense à Roger Lemelin et à la famille Plouffe aux cretons Taillefer aussi… C’est toujours la nuit, quelques mots pour vous dire mon désespoir toujours le même celui d’être incapable d’affirmer que je suis un « artiste ». Ils me font rire ceux qui l’affirment sans sourciller. Disont que je vais faire comme si…  https://www.bing.com/videos/search?q=TNM+Je+veux+de+l%27amour&view=detail&mid=A7B62E87A2FD82C21298A7B62E87A2FD82C21298&FORM=VIRE  Ceux qui veulent savoir ce que je pense peuvent visionner ce qui précède.  Quand au sport la difficulté c’est de marier les médicaments aux activités sportives c’est très difficile, Voilà! Je vais bientôt terminer ce texte en essayant de vous rédiger une chute pas trop malheureuse, quelques mots encore pendant que la nuit passe et qu’on arrive au petit matin. Voilà c’est jeudi j’essaye de rédiger une conclusion digne de ce nom. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Quelques mots encore j’en finis pas. À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard


mercredi 2 octobre 2019

Au présent


Bonjour! Bonsoir! Après-midi tranquille, milieu de semaine. Parfois quand je suis pas trop stimulé la schizophrénie me laisse tranquille. Les voyageurs de Gatineau seront bientôt de retour, j’aimerais bien les rencontrer quand ils seront reposés. Je pense à un ami avec qui j’ai plus de contact, je sais pas ce qu’il devient. Je sais pas trop quoi vous écrire dans ce journal de mon senti. Y’a encore du monde qui s’intéressent à mes textes. C’est bien, ça vieillis pas trop. Lendemain de la paye, plusieurs sont passé tout droit et ont pas payé le loyer en entier, ils ont bien bu bien mangé et maintenant ils se prennent la tête… Je suis bien quand je débute le mois en remplissant mes devoirs… Je peux dormir en paix, je refile plus mon argent au serveur pour de la bière… Je vais essayer de pas boire aujourd’hui, je lisais dans un livre un entretien avec un chercheur en santé mentale qui étais d’accord avec la démarche des Narcotiques Anonymes, moi aussi je trouve ça très intéressant, je me rétablis… J’écrirai pas beaucoup là-dessus, y’a des gens qui connaissent cette démarche et qui me lisent. Adieu l’ivresse, j’en revenais jamais… J’aime bien être sobre et me tenir loin du bar du coin… Y’a moyen d’écrire sans être aviné, pour être publié c’est une autre histoire… Je  remercie l’ami… Je me souviens de différentes éditions papier… Je sais pas si vous lisez ce blog, moi je le nourris en espérant que c’est pas trop pourris… Écrire! Voilà l’idée, vous dire ma santé… C’est un peu fou mais j’espère toujours que vous aimerez. Y’a tout ceux qui sont prisonnier de l’alcool et qui espèrent arriver à quelques choses… Je suis déjà vieux j’aurai mis en mots quelques réflexions, je veux pas m’auto-stigmatiser, je ne fais que le possible… La semaine passée j’ai croisé de vrais écrivains, j’ai pas discuter avec eux j’étais trop impressionné… Dans tout ça J’ai de la difficulté à m’affirmer comme un artiste. J’arrêterai quand même pas d’écrire tout de suite… J’essais de construire plutôt que de me démolir,  je pense aux effets secondaires des médicaments qui sont disparus, c’est bien pas trop de Parkinson… Comme tout le temps je vous dis de pas hésiter à me commenter si vous lisez… Ce seras mes mots pour aujourd’hui, eux ils savent ils ont appris sur les bancs de l’école, moi j’essais tout seul. Il est tard pour les classes, c’est une autre de mes thématiques, je vais peut-être repartir en voyage pour m’inspirer… Je pense à cette fille de ministre toxicomane qui est partie en Asie et n’est jamais revenue... Dimanche passé on me demandait comment je faisais pour voyager, j’ai répondu que c’était très simple, j’ai aucune difficulté aux douanes, je suis pas sous curatelle. Je sais pas pour quand le prochain départ. C’est la chute qui arrive, la conclusion, quelques mots encore et comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

mardi 1 octobre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! La soirée est pas encore terminée je suis déjà dans l’écriture… Avant de me coucher j’avais déjà hâte de vous écrire… Je crois que les voyageurs de Gatineau vont être de retour bientôt… Je me suis couché tôt cette nuit… Demain mercredi je vois pas le temps qui passe, souvenir du patriarche qui parlais de son frère. l’oncle, propriétaire de la shop, qui avait été victime d’un accident cérébraux vasculaire mon lecteur technicien à la Rolls Royce était devenus son chauffeur. Ce sont de vieux souvenirs pendant ce temps-là je balayais dans cette même shop, j’ai encore mal de vous le raconter. J’avais appris que le puissant c’était le propriétaire des machines, j’étais pas grand-chose avec mon balai… La paye peu importe le montant me rendait pas heureux, je souffrais en sueur en nettoyant le compound… C’est y’a longtemps à peu près quarante ans… J’aurai survécu à ces mauvais moments… Je trainais mon balai en discutant parfois avec l’un ou l’autre des machinistes. Je terminais toujours de la même façon et au même endroit mon shift de nuit… Combien de fois je suis partis de cette shop en disant qu’on ne m’y reprendrais plus, mais j’y retournais toujours, trois ou quatre fois, j’étais dur de comprenure je voyais pas que c’était pas ma place… S’te maudite place j’ai jamais su ou elle était, ça a pris du temps pour que je m’accroche à l’écriture… Le malheur puisqu’il faut bien le nommer, me poursuivais, jusqu’au moment ou la maladie m’a agressé, j’étais perdus j’étais vidé. J’allais au bureau du patriarche qui m’envoyait voir mes « gars », le psychiatre, à Saint-Jérôme… Il croyais qu’avec une voiture j’irais mieux mais c’était pas le cas… J’avais toujours hâte de partir de cette shop, de toute façon j’y faisait rien d’essentiel, ils avaient pas besoin de moi. Mais non je suis pas devenus voleur de sacoche, juste schizophrène aidé par l’environnement, cette nuit ça sent le parfum, je sais pas ce qu’est devenus le gars qui me disait que ce serais mon avenir le vol… Cette vie dans la shop j’en voulais pas, on m’a pas aidé à faire quelque chose de plus valorisant que balayeur, j’ai jamais trouvé autre chose pour m’aider que la lecture, balayeur  recycleur je travaillais  toujours avec la merde. Je vous raconte ça, je suis quand même responsable de ce que c’étais, y’a longtemps je suis trop vieux et j’y retournerai pas, de toute façon l’oncle est décédé, la shop est vendue… Parfois je me demande comment j’ai trouvé le moyen de vivre dans cette galère… Huit heures par nuit cinq jours par semaine et ce grand vide existentiel rien pour m’aider… C’est pas pour rien que je voulais mourir… Je suis devenu fou comme d’autre deviennent ouvrier… Je sers d’exemple au gars qui veulent pas entré dans le rang. Voilà! Ce seras ça pour cette nuit. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!! Bye!!!

Bernard

Au présent


Bonjour! Bonsoir! J’ai fait la sieste, aujourd’hui il pleut. Je me sens bien… J’ai des sentiments des émotions rapportées de voyage… Je pense aux élections, pour qui je vais voter. Hier j’ai parlé avec mon lecteur de Deux-Montagnes on se disait qu’on en avait moins en avant que derrière. Je pense aux travailleurs des partis politique, je sais pas pourquoi ils font ça, ils veulent pas tous devenir premier ministre…  J’écoute ce que me dis mon discours intérieur, y’a l’entrevue que j’ai donné dimanche je crois que c’est bien. J’ai précisé que c’était pour aider… Qu’il est possible de se rétablir. Aujourd’hui les pauvres vont pouvoir manger ce qu’ils veulent… La misère est quand même toujours là on essaye de vivre mais parfois on y arrive pas, c’est octobre déjà le temps file si vite… Je sais je suis doublement stigmatisé, par la maladie et par l’aide sociale, certains disent qu’on a tout gratuit c’est pas vrai, on paye cher de notre santé mentale… Je vous ai pas raconté que mon histoire est en première pages d’un livre intitulé Ma tête mon amie mon ennemie, si vous voulez en savoir plus sur moi achetez le, vous pouvez y lire différent parcours de santé mentale… Octobre ils parlent déjà de neige, je me prépare un café… Je cherche comment dire qu’il faut avoir de l’humilité, c’est assez difficile à traduire en mots… Beaucoup traduisent ça par l’humour, je suis pas drôle trop orgueilleux. Toujours déçu de voir que mes écrits ne s’affichent plus sur mon fil de presse Facebook… J’ai mon café, y’a des déprimés qui travaillent et quand ils rentrent chez eux… Triste comme la pluie, j’espère qu’en Bretagne il pleut pas trop, bientôt les voyageurs de Gatineau seront de retour. J’ai toujours l’avion dans la tête. Sur les réseaux sociaux je tiens pas particulièrement à être original… Cette semaine j’ai croisé mon ami directeur adjoint on s’est rappelé notre voyage en Guadeloupe et notre participation à différents comités et lieux de parole. Y’avait aussi monsieur Gaudé je crois, un fonctionnaire français dont le discours concordait avec le nôtre, c’était bien… Le temps passe… Cette semaine c’est tranquille, je vous écris de mon repaire de vieux bonhomme. Y’a des événements culturels qui sont dispendieux… Je préfère écrire… J’assiste plutôt à ceux que les amis animent… Le café m’a réveillé, j’essais de m’encourager à vous écrire. Y’a toujours ce parfum… Je crois que cette année je partirai pas à moins d’avoir de la compagnie, je suis pas un grand fan de plages quoi que celles de la Guadeloupe étaient bien… Tout ça c’est déjà des souvenirs… Je me rétablis, j’y arriverai jamais complètement… C’est un peu décevant… J’ai presque terminé, j’espère que ça vous plait. Quelques mots encore, cette semaine on me demandait combien ça faisait de pages mille mots, quatre, en voilà deux pour aujourd’hui. C’est la chute comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Arrivederci!!! Ça y est!!!

Bernard

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Il est tôt dans la nuit, je dors très mal et préfère écrire, pour une rare fois hier j’ai jeté de la bouffe, le foi de bœuf étais plus bon… Cette nuit j’attends un dépôt, il est presque vingt-trois heures. Hier on se fiait trop sur l’alerte que donne facebook plutôt que d’aller directement au blog… Mon lecteur de Deux-Montagnes dis que c’est inutile d’essayer de troubleshooter facebook, y’a trop de paramètres différent… Encore une fois je ne rêve pas un avion arrive à Montréal, je l’entends… Je salue le nouveau lecteur un artiste visuel… Je sais pas comment écrire avec bonheur… Je suis réveillé, je dois pas attendre avant d’écrire de peur de m’endormir… Hier à la radio ils parlaient des multiples visages que prenait l’art contemporain son côté insaisissable, les diverses pratiques allant  jusquà beurrer de son sang… La difficulté de définir ce qu’est un artiste… La chanteuse « je suis un saule » comme dans Saulnier « insaisissable, le plus désemparé des arbres » il pleure quand il voie les oies s’envoler vers le sud… Dimanche on m’a mis en boîte, canné pour la télé, cette nuit à partir de minuit on va confirmer mes préjugés, les collègues prestataires n’hésiteront pas à étancher leurs soifs… La difficulté c’est de ne pas répéter ce que j’écris ni même ce qu’un autre a écris… Je me contredis tout de suite j’ai pris une douche me suis parfumé… Et si c’étais un autre que moi qui écrivait tout ça… J’ai pas de signature numérique… Semble qu’a l’institut y’a un nouvel adjoint à la direction santé mentale et dépendance qui n’y connais rien… J’ai sommeil, j’écris des bêtises… Hier soir mon lecteur de Deux-Montagnes m’a téléphoné, il m’a dis combien ça coûte une loge au centre Bell c’est pas disable… J’ai dormis c’est le milieu de la nuit. Mardi le premier octobre, la rue, le quartier latin sont noir de monde on cherche encore un endroit pour cuver notre vin. Je réussissais à oublier je voulais pas rentré j’étirais la nuit, je me rappelle ce grand bol à salade sur le bar, on y jetais des billets de banque… Cette nuit j’ai le senti endormis, j’ai dormis un peu, je suis encore dehors la nuit c’était ma vie, maintenant je ne consomme plus je sais quel monde j’ai quitté heureusement je suis pas mort je peux vous en parler… Je reviens à mon senti la nuit à mes tentatives de prosodie… À la fin dans ma chambre je savais pas, je savais plus, maintenant j’ai plus rien à me reprocher… Des nuits perdues dans l’odeur d’alcool , c’est toujours mon sujet de prédilection… J’ai jamais vue des taches comme nous, je fuyait les tracas et j’en créais d’autre… Voilà! Ça ressemblait à ça ma nuit, toujours dans les souvenirs senti. Quelques mots encore pour pas être en reste. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là, n’arrêtez pas c’est la conclusion!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

lundi 30 septembre 2019

Au présent


Bonjour! Bonsoir! Lundi après-midi de retour d’une réunion de mon groupe d’entraide, ça en était une belle on a tous raconté notre passage dans la souffrance comment on se rétablis… Parfois y’a de la révolte dans le rétablissement, moi j’y crois pas, la révolte ça mène à la rechute… Ça m’étonne toujours d’entendre le discours critique de personnes intelligentes… Moi y’a plein de choses que je comprends pas… Mon introspection a ses limites, je veux pas retourner dans la psychose. Je m’abandonne… Encore aujourd’hui je cherche… Le temps est frais, on parle souvent de la température quand on a rien à dire… Je suis toujours étonné de voir comment le temps passe si rapidement… Je prends de l’âge, je vieillis on me laisse aller. Je me questionne sur toute cette violence, encore la révolte que je crois pas nécessaire, souvent les violents sont des gens dont on a abusé pendant l’enfance, ils ne tolèrent pas l’autorité… J’ai mangé une pomme McIntosh, je racontais aux amis comment parfois quand j’écris les larmes me montent aux yeux, sans que je sache trop pourquoi, j’ai le senti déglingué… Ça été long avant que je puisse dire que je suis chez moi parfois j’ai encore ce que j’appelle mon syndrome de l’envahisseur, on déplace les choses quand je suis pas là… Ce sont des restes de schizophrénie… Je vous ai déjà écrit là-dessus… J’ai quasiment scrappé ma vie… Quand même, je suis encore vivant malgré tout, la saloperie de maladie je la vie par épisode… Tout à coup j’ai les doigts qui sentent l’ail pourtant j’en met plus dans tous les plats comme avant, j’aimais  la baguette et le beurre à l’ail… Tous ces mots perdus dans une machine informatique, je sais pas si le blog peut vous servir… Dehors la circulation est bruyante…Hier j’étais dans le vieux Montréal, y’a longtemps que j’y avais mis les pieds, je fréquente pas l’accueil Bonneau bien que je pourrais… J’arrive à manger, à me cuisiner des choses sans trop demander… Je vous écris ça et après je passe à la cookerie, ce seras du foi de bœuf… Dans cette fin d’après-midi j’ai sommeil, je me coucherai pas tard ce soir… La brûlure que je me suis fait dans la paume de la main est presque disparue, ça ne fait plus mal… Ha oui! Je vous ai pas dis qu’hier j’ai rencontré le conférencier santé mentale de Québec… Pas dis grand-chose… On s’est rappelé notre rencontre à Milan en Italie… Ce gars là il a plus de talent que moi pour s’organiser, moi j’ai toujours peur de décompenser, ça m’empêche quand même pas de voyager… Si vous voulez que je vous parle de rétablissement vous pouvez toujours me demander… Je vous expliquerai comment j’arrive à vivre avec la schizophrénie… Voilà! J’en suis presque rendus à la chute, c’est ce qu’il y a de plus difficile je sais jamais comment terminer. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

dimanche 29 septembre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Pour une rare fois dans mes habitudes je bois une tisane. Hier dans l’après-midi me suis rendu dans le vieux Montréal, ai repéré les studios où j’avais affaire pour ensuite marcher dans ce quartier bondé de monde… J’ai pris quelques photos et j’ai flâné sur un banc, au tournage les gens étaient très gentil. J’ai répondu du mieux que je pouvais à leurs questions… Mon collègue était très sympathique, j’ai croisé Luc Vigneault le célèbre conférencier lui ai serré la main il se souvenait de moi… J’entends un avion je crois qu’il s’en va atterrir à Dorval. Le vieux Montréal étais plein de monde et me rappelait la fin des années soixante-dix, les terrasses de restau et de brasseries bien pleines. Ce vieux quartier est envahis par les touristes dans le temps dirais le vieux que je suis devenus ont allais trainé place Jacques-Cartier… Je me cherchais une copine mais je cherchais pas à la bonne place … Je me souviens casquette de baseball et lunette de soleil dans le visage je regardais passé les filles et un anglophone me le reprochait… et la vie a continué, j’ai réussis ma schizophrénie, très malade j’ai consulté des psys sur les avis d’un client du café Campus… Cette nuit je sais plus trop quoi vous raconter… Hier j’ai répondu aux questions… Je dois pas trop parler sur ce blog de mes histoires financières mon domaine c’est la poésie pas la finance… C’est réglé… Ce matin je vais au groupe d’entraide, hier à l’enregistrement de l’entrevue, le collègue est arrivé plus tôt que moi, plus anxieux je crois… Je crois qu’il y a plusieurs personnes qui souffrent où qui on souffert qui rêvent d’aider une fois rétablis, ils veulent se servir de leurs expériences, l’expérientiel qu’on appelle ça chez les professionnels… On dis de moi que je suis un rat pourtant je ne fais qu’une chose je combats la stigmatisation, je vends ma salade sur le rétablissement. Je suis trop anxieux et trop vieux pour gagner ma vie comme du « monde ». C’est toujours la même chose vous me voyez avec le stupide balai dans les mains pour dire que je suis actif, je voudrais plutôt être stimulé intellectuellement. N’empêche parfois j’ai envie d’arrêter tout ça… C’est l’automne, plus frais, j’ai bien aimé m’asseoir sur un banc de parc hier et profiter des derniers rayons de soleil qui chauffent encore… Malgré tout je reviens toujours à la culpabilité, comment je voudrais être blanc comme neige dans ma vie d’avant on m’appelait le pur, j’ai jamais compris pourquoi, on aurait bien aimé que j’anime des soirées de poésie mais j’étais beaucoup trop saoul, beaucoup trop fou… Je me suis toujours demandé pourquoi certains cercles littéraire étaient peuplés d’ivrogne, pourquoi alcool rimait avec poésie… Voilà! C’est la chute, quelques mots encore pour la conclusion. Je pensais pas être capable de vous écrire cette nuit. Mais ça y est! Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!!

Bernard                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 


Au présent


Bonjour! Bonsoir! Hier je suis allé au meilleur show en ville  le centre Bell et la partie de hockey, pour mettre la cerise sur le gâteau on a gagné c’était la première classe dans une loge avec la bouffe à volonté et à ce que j’ai pu voir la bière aussi… Je remercie les propriétaires La Maison L’Échelon pour l’invitation ça été vraiment apprécié… Ce matin je suis debout très tôt, je voulais vous écrire, cet après-midi j’ai une entrevue télé, Des choses qui ne se demande pas ça s’intitule. Je vais essayer de leur répondre… Dimanche matin, mes lecteurs de Gatineau sont en Bretagne ça semble magnifique là aussi… Hier on m’a fait cadeau d’un foulard du Canadien… Je pense à mon lecteur technicien de la Rolls Royce qui fait ses choux gras des performances du gardien de but Carey Price, on a quand même gagné hier… J’ai beaucoup, beaucoup aimé ma sortie avec une vue imprenable sur la patinoire… Je vais vous dire ce qu’il y avait à manger, first des ailes de poulets avec des condiments frais, ensuite des smoked meat et de la pizza avec d’excellent dessert pour moi un gâteau aux carottes, y’en à quelques un qui se sont payé la traite dans la bière, Molson oblige… En sortant du centre Bell hier, j’avais plus de voix, trop crié, ce matin c’est revenu… On remercie aussi du cadeau la firme comptable de la Maison L’Échelon… C’est pas des farces j’ai été réellement impressionné, comme je disais au directeur c’est pas à tous les jours qu’on est invité là… Dimanche je reviens avec mon senti, je racontais au gars assis près de moi mes sorties avec le patriarche au Forum sur Atwater aux colonnes qui bloquait la vue des spectateurs dans le vieux Forum, qui n’existe plus… C’était une soirée vraiment réussis, j’ai été très occupé la semaine passé, groupe d’entraide, lancement d’un livre, sortie au Centre Bell et si tout va bien cet après-midi tournage pour la télévision… J’aime bien le personnel du centre Bell, ils sont toujours agréables… En attendant coin Saint-Antoine et De La Montagne, j’ai vécu dans une maison de chambres tout près et faillis y  mourir, de mauvais souvenir, c’était il y a plus de vingt-cinq ans… Lentement le jour se lève j’ai un étrange sentiment de départ, quelques mots encore avant d’en arriver à la chute, la conclusion, c’est difficile… Voilà! C’est ma fin de septembre tout passe tellement vite, je termine ce texte et je vais retourner au lit… Susuki c’est lui qui a compté le but gagnant, beaucoup aimé le but égalisateur de Gallager quelques secondes avant la fin… Je suis fatigué l’écran me saute dans le visage, je pense qu’on a pas encore notre joueur de centre hors pairs… Mon syndrome de persécution reviens… J’ai passé la nuit… C’était du pain et des jeux… C’est la conclusion, je sais pas quoi vous écrire… Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard


vendredi 27 septembre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Ce soir match de hockey au centre Bell, un voisin m’accompagne on seras au moins douze dans une loge ça va être amusant… Je vous remercie tous d’avoir répondu à mes messages… Y’a rien de simple dans l’écriture cette nuit, j’ai entendu qu’on utilise la même partie du cerveau pour le langage et les mathématiques pourtant en maths je suis nul… Vendredi soir quelques minutes avant minuit, les brasseries sont pleines ça devrais être joyeux mais plusieurs pleurent… Je pense encore à ce camarade photographe qui tremblait de désir devant une bière… Il était méchant…  C’étais pas le bon endroit pour trouver des déménageurs… Il passait son temps, comme tout bon alcoolique à déménager, il buvait l’argent du loyer… Je connais ça je l’ai fait y’a plus de vingt-cinq ans… Maintenant je le fait plus, j’en ai finis de cet immense sentiment de solitude qu vivait en moi… Malheureusement j’ai épuisé mes souvenirs d’enfance, y’a peut-être ces bonbons à la cenne chez Fournel, ces paquets de cartes de hockey avec de la gomme baloune à chaque fois c’était comme si je me faisait un cadeau… J’y ai perdus mes dents à mâcher cette bubble gum… Je pense à la marche de la terre, y’a cinquante ans de ça avec des copains on était conscient de la pollution, un des nôtres avait soumis un projet, ça s’appelait perspective jeunesse, on avait décidé de nettoyer le grand terrain vague qu’était le coteau à l’époque, un bien bel effort mais inutile ce terrain est maintenant développé de maisons de luxe tous les jeudis en fin d’après-midi un camionneur éboueur venait ramasser notre lot de déchet, on aimait se tenir debout sur les côtés de la benne pendant qu’elle roulait… Ça été ma première rencontre avec le marché du travail, c’étais plus un jeu… J’étais pas très mature je jouais à la guerre, me souviens d’un collègue qui m’avais lancé un sac de plastique remplis de merde… Je croyais que mes textes n’étaient plus accessible, n’hésitez pas à commenter je préfère ça au silence. Voilà c’est samedi, je coucherai pas dehors cette nuit, je m’évite des ennuis semble qu’après un an de vie dans la rue on peut plus s’en sortir… Je trouve plus vraiment de propos, j’écris encore sans savoir où je vais… Je crois qu’il est… Mais non j’y pense j’ai une formation du centre d’apprentissage santé et rétablissement (Modèle Recovery college) bientôt, plus qu’une formation j’ai été engagé…  Je parlais de projet tout à l’heure  je pense que j’ai jamais occupé d’emploi qui n’étais pas subventionné, j’ai rien appris à passé le balai… Bon! J’arrive à la chute encore pour celui-ci… Quelques mots pour conclure… Je termine lentement, j’ai sommeil, y’a surement quelques manifestants qui en ont profité pour remplir des bars de la ville. Comme toujours me voilà au remerciement d’avoir lu jusque-là!!! C’est difficile de conclure, j’imagine encore des choses et j’essais de vous les exprimer… À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard


Au présent


Bonjour! Bonsoir! Mais non je suis pas allé marcher. J’ai trop peur des casseurs des faiseurs de trouble mais je suis de tout cœur avec les marcheurs pacifiques. J’étais au lancement d’un livre hier avec beaucoup de beau monde. J’ai pas très bien posé pour la photo… Demain je vais au match de hockey, je crois vous l’avoir déjà écrit… Ce matin j’ai préparé un bouilli, lard, cubes de bœuf, oignons, rutabaga, choux et carottes c’est très bon, j’ai congelé des côtelettes de porc, c’est culinaire cet après-midi. Je m’étais dis que j’écrirais pas mais c’est plus fort que moi… Le lancement étais bien tout le monde à sa place et Florence toujours charmante, parais que les ploucs arrivent à l’avance, j’en suis surement un je suis arrivé tôt… Ce seras la première et la dernière fois que je me diminue dans ce texte… Écrire c’est toujours un défi et parler des autres sans les diminuer… Rester dans la réalité… Aujourd’hui j’ai pas trop de douleur ça me tord pas trop le cœur… J’ai vu qu’Airbus faisait une priorité du A220, je crois qu’ils vont s’installer à Mirabel, ils parlent d’un mini-Toulouse la capitale aéronautique française… L’an passé à cette date ci j’avais  déjà acheté mon voyage à San Francisco me restait que l’hiver à passé… En ce moment j’ai pas de destination même si j’aime toujours beaucoup les aéroports et les avions … Je suis content j’ai eu des nouvelles de mes voyageurs de Gatineau, j’étais inquiet je crois que ma lectrice privilégié ne reçois pas mes textes… Le temps est superbe, à trop dire je me perds… Moi j’écris pendant que les amis manifestent… Tout à coup je suis triste, je pleurerais mais les larmes ne sont pas là… J’entends de la musique, j’ai pas de raison d’être triste… Je crois que les médias vont essayer de faire un monstre de la jeune fille, ils ont déjà sortis quelques chose sur « son » autisme… Je vous écris et je bave littéralement, c’est pas drôle… Dimanche j’ai un tournage, je vais essayer de diminuer la stigmatisation, répondre à des questions qui ne se posent pas… Bon! On vient d’annuler une réunion mardi prochain, y’a une personne qui est en vacance… Lentement la journée passe j’aurai encore essayé d’écrire de la prosodie… J’ai vu que vous pouviez voir ce qu’il y a sur mon journal, donc vous pouvez me lire…. J’aime ça quand Facebook deviens vivant… J’aime moins la controverse… J’ai plus grand-chose à écrire, j’arrive à la conclusion, je crois que c’est bon de changer les choses de l’environnement, on pourras pas dire qu’on a rien fait, bravo à tous les manifestants, ne reste plus qu’au politique à se mettre en action… C’est pourris ce que j’écris je change d’opinion deux fois par jour. Voilà! Abandonnez pas tout de suite c’est presque terminé. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Ça y est c’est la chute, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard

jeudi 26 septembre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Me suis encore réveillé somnambule cherchant une chose qui n’existe pas… En ce moment je lis le livre intitulé, Ma tête mon amie mon ennemie de Florence Meney et Alain Labonté, ça porte sur différent aspect de la santé mentale et votre humble serviteur y figure en première pages… Ce soir j’ai dormis un peu, pour souper on a mangé des croquemonsieurs, les gens sont toujours étonné d’apprendre que je vie en appartement supervisé, c’est pas plus mal mais ça traine aussi son lot de stigmates. J’ai de la difficulté à entendre ceux qui se disent « artiste » sans aucun doute pour moi ça se peut pas… Y’a une pièce de Pink Floyd qui me jour dans la tête, y’a ces vers de Francoeur «  On est allé voir Pink Floyd pis on a mangé des hots doilles ». C’était ma jeunesse qui filait à fond de train j’usqu’à temps que j’entre en schizophrénie car ça a par bien des aspects l’apparence des voeux, je pense à la mater dolorosa… La douleur innommable  irréductible au délire religieux… Je me suis toujours demandé où j’en serais si ce n’avait été de ce mal être… Aujourd’hui à Montréal c’est la marche pour l’environnement, ils ont toute mes pensées mais je n’y vais pas… Le week-end arrive ça risque d’être sympa, samedi match de hockey dans une loge au Centre Bell et dimanche tournage dans des studios du Vieux-Montréal… Parfois mes pensées sont pas très très pratiques, je m’éloigne et j’oublie mon senti… Je sais pas pourquoi dans l’escalier du corridor y’a des parfums qui me rappellent l’Europe, ça sent bon, ça sent très bon… J’ai pas suivis le bon parcours pour vivre et écrire… J’ai trop lu… Mais quand même ça m’a permis de survivre. J’ai survécu à ces pensées suicidaires… J’étais désemparé, on a vraiment voulus me tuer, la façon la plus simple était que je mette fin à mes jours, ça a pas fonctionné je suis encore là pour vous le raconter… Parfum réconfortant de soupe poulet et nouilles, ça m’apaise et pendant ce temps-là ce que j’écris frôle l’insignifiance… Je vais terminer ce texte pour au plus sacrant aller me coucher, ces jours ci je pense moins aux avions, l’amie agent de voyage m’a encore parlé du sud de l’inde, je sais pas… J’en ai discuté avec un copain selon lui c’est pas une bonne idée. J’ai mangé du gâteau au carottes, ça remplis le vide douloureux… Je crois que vous ne pouvez plus me lire sur facebook, je continue en espérant que tout rentre dans l’ordre… J’ai sommeil la soirée est avancée je sais pas comment je vais vous illustrer ça… Quand je termine je veux toujours me diminuer, pourtant je réussis malgré tout à écrire… Voilà! C’est la chute la conclusion je m’en vais au lit. Je crois que je vais bien dormir… Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Lâchez pas on y est presque. À la prochaine je l’espère!!! Ciao!!!

Bernard

mercredi 25 septembre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Ce soir j’arrive du lancement d’un livre sur l’espoir en santé mentale. J’ai rencontré plein de belles personnes des visages que je croise dans mes activités, j’étais surement celui avec le moins d’étude, c’est mon complexe… J’ai discuté avec une et l’autre… Y’a longtemps déjà je me serais pas rendus dans ce genre d’événement de peur de siffler trop de vin… J’ai hâte d’avoir des nouvelles pour l’entrevue télévisée dimanche… Hier rue Saint-Laurent avant d’entrer dans le métro je me suis dis je me tais en pensant à tous ceux-là qui nous écoutent tant que l’on dit ce qu’ils veulent entendre… L’atmosphère était quand même à la joie, je suis pas resté pour les discours d’usage… J’ai quand aimé raconter mon histoire dans ce livre… Y’ a quand même la douleur qui est pas facile à traduire, on a pas réussis à en montrer l’intensité on l’a juste évoqué c’était une difficulté… Les voyageurs de Gatineau sont tout près de Bordeaux, ils ont fait beaucoup de route, on aime bien les photos… Parfois y’a des parfums qui me rappellent le voyage… J’aimerais bien encore partir… J’attends les détails pour l’enregistrement dimanche… Je pense qu’on va me faire attendre avant de me payer, enfin! Tant pis!  J’ai fait part de mon anxiété, c’est pas facile mais je compte bien le faire…. J’attends les documents qui vont m’expliquer… Je suis épuisé, je sais qu’il faut que je reste actif, il y va de mon rétablissement… Je sais pas trop où je vais avec ces présences médiatiques, ce sont peut-être les paroles d’Andy Warhol… Je trouve un peu plate que certain lecteurs ne reçoivent plus mes pages facebook… Ça rajoute juste à ma paranoïa qui dis que je ne peux m’étendre sur la toile… Je continus ça va surement se placer du côté de mes lecteurs. C’est pas grave… Y’a parfois des bugs avec facebook… Hier au lancement du livre j’ai apprécié que des amis sois là… J’ai parlé de mon blog à différentes personnes j’espère qu’ils vont venir faire un tour… Je suis arrivé tôt au lancement, j’ai regardé les tableaux, je suis aussi partis tôt j’avais dit ce que je voulais… Aujourd’hui j’attends le courriel des communications… Hier on a parlé des psychiatres qui demandaient si on souffrait parfois y’a pas de réponse ça transparait dans tout notre être et on pleure, la schizophrénie c’est le malheur… Parfois je crois qu’il m’est interdit d’écrire, hier on m’a encore dis que j’étais courageux, y’en a pas tant que ça, si je le fait pas je meurs… Bon! J’aurai encore écris cette nuit j’espère que ça va se rendre jusqu’à vous!!! Aujourd’hui je vais illustrer ça avec l’hôtel de ville de San Francisco… Comme toujours je vous écris pour me rétablir quelques mots encore on attend toujours l’occasion de vous parler de ma participation au colloque de Lille y’a bientôt un an… Voilà! Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Lâchez pas c’est terminé, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

mardi 24 septembre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! Aujourd’hui c’est le lancement du livre que j’ai en partie inspiré… J’ai sommeil mais je veux vous écrire avant de dormir… J’ai encore de léger déjà vu cette espèce d’hallucination qui me ramène en arrière… Parfois c’est pour le mieux, odeurs parfums de départ et d’autre fois ce sont tout simplement des malaises qui reviennent. J’ai déjà pas mal écris là-dessus… Il fait un drôle de temps frais et humide… Je pense à la douce bruine de San Francisco… Je retiens mes envies de départ ce seras pas pour bientôt, je garde le projet avec un ami… Les amis auteurs du livre vont passés à la télé ce matin… Hier j’ai regardé cinq heures de télévision en rafale c’est beaucoup pour moi, la matriarche m’a téléphoné pour me signaler une émission qui s’est avérée décevante au départ je suis pas supposé vous parler télévision y’en a d’autre qui le font bien mieux que moi… Déjà mercredi, c’est la fin du mois je crois que les gens sont fauchés… Je crois qu’avec ce blog je vais participer aux journées santé mentale numérique au mois de novembre, j’ai hâte d’avoir des nouvelles du centre d’apprentissage santé et rétablissement, des nouvelles pour la formation… Parfois j’anticipe, je sors de mon moment présent… J’espère que tout va fonctionner pour l’entrevue télévisée mais au fond c’est pas très grave… J’ai finis par me réveiller, je crois que l’univers peut se passer du grain de sel que je suis comme poète… Je salue les voyageurs en route pour la Bretagne, je leurs souhaite de bonnes discussions bien arrosées avec les amis bretons… C’est l’automne y’a surement encore de belles chose à voir sur la côte bretonne, Saint-Malo, Brest,  faut pas se mêler un peu à l’est de Besançon y’a une commune du nom de Bretagne, j’ai vue ça sur google map… Les fruits de mer et le poisson sont surement excellent… Je pense aux remparts de Saint-Malo qui sont surement à voir… Je crois, et ça doit rester entre nous, qu’on a ici affaire à des francophiles finis… Cette nuit mon senti est en retrait… Parfois quand je dors pas la nuit, je pense à l’époque où je vivais dans une maison de chambres, c’était horrible surtout comme là en fin de mois ça s’agitais pour trouver de l’argent… Dieu merci! J’en suis sortis… Voilà c’est l’automne déjà les arbres changent de couleurs… Quelques mots encore… C’est difficile de terminer un texte, j’entends les percussions d’une toune de Carlos Santana, ça vieillis pas… Bon comme toujours c’était un texte en haut, en bas, à gauche, à droite…  J’essais de vous dire ma passion pour l’écriture… Je serai devenus vieux à écrire dans cette machine… J’espère que malgré la schizophrénie j’aurai gardé un peu de sens… Ce seras tout pour cette nuit j’essais de trouver la conclusion. Quelques mots encore, les voyageurs vont arrêter dans la région de Saint-Emilion. Merci d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!! Bye!!!

Bernard


Au présent


Bonjour! Bonsoir! Ce matin j’ai donné une entrevue de démarrage pour une émission de télévision. Ça s’est bien passé on devrais me contacter pour enregistrer. Faut quand même pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tuer… Comme toujours je suis à l’écoute de ce que dis ma voix intérieure… Si tout va bien samedi j’irai à un match de hockey… Je me dévoile parce que je veux aider, montrer que c’est possible de se rétablir et avoir une vie riche… Je sais et je crois que tant que je ferai ça je ne rechuterai pas… Un jour à la fois… Je place le voyage de côté en attendant j’irai peut-être m’acheter une bande dessinée… Je vais parler de schizophrénie et de rétablissement, j’ai du succès y’a longtemps que j’ai été hospitalisé… Je veux pas m’étendre sur mes thématiques de prédilection… Je reste sobre ça me va mieux… Aujourd’hui les amis de Gatineau quittent la Provence ils s’en vont en Bretagne, ça risque d’être beau là-aussi. Moi en attendant je vous écris, j’ai pas envie d’aller trainer dans le quartier latin, je suis bien chez moi… Je regrette de pas être plus engagé politiquement, mais je suis fatigué, j’ai de la difficulté avec les gestes écologiques, je sais que l’engagement ne se résume pas qu’à ça… J’essais de voir comment je pourrais en faire plus sans que ça me fasse trop mal… Je pense aux emballages, le moins possible… Quand j’étais plus jeune j’ai eu tellement mal d’avoir manqué de tout, rien à boire, rien à manger à peine un endroit pour coucher, je crois que j’ai assez donné… Parfois je crois que le geste le plus écologique est de mettre fin à ses jours, je sais c’est de la folie mais… Y’en a encore pour nous sommer d’être écologique même dans la mort… On a pas le droit de vivre, pourtant j’essais juste aujourd’hui… Je sais pas si les écologistes ont déjà entendu parler de la schizophrénie… Plusieurs ont arrêté de s’intoxiquer et sont devenus des végan radicaux, j’ai juste envie de les insulter… Y’a pas grand-chose à dire, je vais pas marcher vendredi parce que je veux pas rencontrer ce genre de monde. Ils me bouleversent et c’est pas eux qui vont payer si je me ramasse à l’urgence de l’hôpital… Je sais c’est un discours simple, mais je l’ai appris en crevant de faim… Chacun fait ses choix quand il y en a… Je comprends pas, maintenant que j’ai les moyens ont veux pas que je prenne l’avion… Je veux tellement être correct,  développer un discours décent, j’y arrive pas, si je m’écoutais en ce moment je m’autostigmatiserais… J’ai un problème je suis jaloux de ceux qui arrivent à bien vivre sainement. Les biens pensants vont dire que je suis fasciste… J’ai pas à pensés pour les autres, je suis ce que je suis et je ferme pas la porte pour m’améliorer. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!!

Bernard

lundi 23 septembre 2019

Au présent


Bonsoir! Bonjour! J’ai changé mon horaire de redaction, on m’a demandé pour une entrevue télévisée sur la schizophrénie, si je peux vulgariser et combattre le stigmate c’est tant mieux… Y’a toute la difficulté de faire comprendre les symptômes positifs qui n’en sont pas pour autant moins douloureux et les négatifs liés à l’affect je crois… J’ai vécu longtemps dans ces mondes où on m’injectais un antipsychotique retard. J’en suis revenus… Maintenant mon univers est plus tranquille, je ne me brise plus… Juste vous dire que ce ne sont pas tous les schizophrènes qui commettent des gestes criminels, c’est difficile de raconter les effets secondaire des médicaments comme l’haldol et le larcgactil, les « fourmis » qui nous montent dans les bras, l’impossibilité de rester immobile… En voilà deux qui m’ont marqués. Aujourd’hui j’en ai plus où si peut ça va mieux… Cette après-midi j’ai fait la sieste et dans mon rêve j’étais à New-York caché dans un restaurant de l’arrière-boutique d’un commerce, les salles avaient une architecture à l’aspect typique de New-York mais revampé dans le rêve… Je pense à l’agent de programmation qui m’a aidé à exprimer de façon positive le fait de ne pas être rémunéré pour la présentation de Reprendre pouvoir au congrès de l’association québécoise de réadaptation psycho-sociale… Je crois que je vais revenir à mon senti, je pense à ce voyage agréable à la SEBKA de Saint-André-de-Kamouraska, de bons souvenirs de marche dans la nature… Il est pas minuit encore je continue cette écriture. Ce matin j’ai une pré entrevue téléphonique pour une émission de télé, j’ai demandé à être payé mais d’une façon ou d’une autre je vais le faire… J’ai gagné une place dans une loge pour le match de hockey… La brûlure que je me suis fait à la main semble vouloir guérir… Demain c’est le lancement du livre auquel j’ai participé, aujourd’hui je suis occupé seulement dans la matinée… Je vais me faire un café… Ce soir l’atmosphère est pas trop lourde ça sent bon le café. J’ai regardé l’émission à laquelle je devrais participer c’est bien fait. Je peux pas expliquer la schizophrénie en deux mots c’est l’histoire de ma vie mais je vais faire de mon mieux pour combattre ce fameux stigmate… L’idée c’est de passé un message cohérent sans délirer quand vous me lisez je veux que vous remettiez en question vos perceptions de la maladie mentale même chose pour l’entrevue que je vais donner… Je crois que les amis de Gatineau terminent leurs voyage en Provence bientôt ils s’en vont en Bretagne chez des amis… On auras vu la beauté de la Provence grâce à leurs photos. C’est la nuit j’ai presque terminé, j’ai de nouveaux voisins je crois qu’ils sortent de prison c’est pas évident, je reste à mon affaire… Voilà! C’est la chute que je voudrais la plus douce possible. Je vais essayer d’écrire une belle conclusion. Je sais pas trop comment vous plaire comme ça peut-être? Merci d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine!!!

Bernard