mardi 10 décembre 2019

Paradis


Bonjour! Bonsoir! Noël approche, ce soir j’ai un cours du centre d’apprentissage santé et rétablissement… J’ai dormis un peu, je vous écris en prenant lentement un café. J’essaye de rester les yeux ouvert c’est difficile… J’espère que mon lecteur de Deux-Montagnes se rétablis… J’ai hâte à la semaine prochaine on tourne et la journée d’ensuite c’est une formation… Demain je raconte mon parcours de maladie mentale à des employés… J’ai toujours le souvenir très vivace de ces journées passée dans le salon des copains seul à me battre avec cette horrible schizophrénie… Ai pris une douche me suis parfumé, j’ai hâte qu’on me rembourse les frais du voyage à Québec pour le Forum santé mentale…  Mercredi milieu de semaine, hier j’ai fait la lessive c’est très domestique cette nuit… J’aime beaucoup quand je sent bon… Les snowbirds seront pas restés longtemps dans les alentours, ils repartent bientôt pour la Floride avec la Courailleuse je crois… Ai mangé quelques chips… Je vous le nomme, le senti ça m’aide à m’exprimer. Je sais pas ce que les gens de la journée de l’Éthique à l’hôpital Sainte-Justine vont pensez de mon texte j’ai peur qu’ils ne l’acceptent pas. Le parfum ça me rappelle toujours des souvenirs de voyage, je pense à ma très jolie petite chambre à l’hôtel Continental de Trieste, j’ai que de bons souvenirs de ce voyage… La neige a fondue mais le froid est revenue si il en tombe d’autre je crois qu’elle va rester… Ce matin j’ai une entrevue pour savoir si j’utilise bien les services de l’intervenante et de la travailleuse sociale. Je viens d’avoir un déjà vu c’est affolant… Comme souvent j’entends des klaxons et je pense aux preneurs de son de L’Office National du Film, de vrais artistes! J’ai mangé un gâteau feuilleté, la nuit j’ai des fringales… Quelle histoire vous raconterais-je? Je sais pas si y’en a de vous qui se rappellent de Pierre Paiement l’handicapé et le déficient que le patriarche chaque matin allait reconduire chez sa gardienne, quand je pense à lui je me pose des questions à propos de la schizophrénie, tout à coup y’a un parfum de sapin… J’entends quelqu’un parler dehors, à une certaine époque j’aurais dis c’est des voix, j’avais une perte de contact avec la réalité… Je sais pas si ça vous est déjà arrivé de vous pincer pour vous assurer que vous êtes vivants que vous ne rêvez pas… Bon! La nuit est pas mal avancée… J’ai regardé les buts de l’équipe de hockey locale pour la victoire… Quelques mots encore, j’essaye de vous pondre une conclusion… Hier je me suis acheté un agenda ça devrais être pratique pour l’année prochaine… Voilà, c’est toujours la difficulté avec l’épilogue, faut mettre fin au texte sans trop faire mal… Je peux pas recommencer à la fin ça n’aurais pas de sens, enfin je termine comme toujours en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! Encore une fois je souhaite que ça vous ais rendu heureux, à la prochaine je l’espère!!!

Bernard

lundi 9 décembre 2019

City


Bonsoir! Bonjour! Je vous écris mais j’ai le désir de retourner au lit j’ai sommeil. Aujourd’hui c’est une journée tranquille, hier j’étais bien content d’apprendre le retour de l’ami agent de programmation… On m’a demandé de lire des vers d’Émile Nelligan pour une vidéo de promotion du Théâtre du Nouveau Monde, j’ai dit oui on tourne la semaine prochaine… Je me réveille lentement pense aux vers du Vaisseau d’Or… Émile a passé bien des années chez ceux qui à l’époque on appelait les fous, il y a écrit quelques poèmes mais jamais à la hauteur de ceux d’avant son internement… Je continus d’écrire même si je sais que le meilleur est derrière… On a pas idée faire « carrière » de poète ça met pas beaucoup de beurre sur le pain moi qui voulais défaire le mythe Nelligan voilà que je le lis… Je vous illustre ça avec une photo de sculpture inspiré du Vaisseau d’Or… Il a pas finis de faire couler de l’encre le beau Émile, tous les adolescents sensibles ont pleuré sur son pathétique destin de nos jours la poésie ne mène plus à l’internement bien que je crois que nos plus grand poètes sont incarcérés. La poésie… Lucien Francoeur avait essayé de faire une émission de télé inspirée ça n’avait pas marché… Je crois que le poète le plus apprécié par la colonie artistique c’est le franco-ontarien Patrice Desbiens, les émissions radiophoniques le mentionne souvent…

Je vous emmène en poésie

Sous cachet

Sous plis

Les mots et le filet

Donnent mal aux os

Plein de secret

Défendu refusé simplet

Sans sexe discret

Sortis du palais

Poète imparfait

 Voilà un court poème, je suis trop paresseux pour faire des alexandrins, ça vaut ce que ça vaut, vous voyez je me parle, c’est un bref intermède dans la prosodie… Et le poète tuait l’angoisse dans l’alcool en coupant toute son inspiration… Un pauvre « poème » qui dévoile ce que j’étais… Dans le goulag occidental la neige a fondue, les rues sont sales de gravier et de sel, dans ma jeunesse de banlieue on en profitais pour jouer au hockey bottine, étrangement on lis les poètes et c’est comme si ils n’avaient pas eu d’enfance, peut-être que je ne lis pas les bons… Tout ça tout ce que j’écris j’aimerais bien que ça fasse une « œuvre », je peux pas vraiment présumer de ce que ça va devenir… Je me suis servis un jus d’orange, ça m’a fait pensés aux hôtels… Je pense encore et toujours au voyage… Cette année je pars pas je suis trop occupé Voilà! J’en suis presque à la conclusion, on va laisser Émile s’endormir dans sa nuit éternelle, je le réveillerai un peu plus tard faites comme si je vous avais rien dis. Tout à coup une odeur de cigarettes je ne sais pas d’où ça vient je ne fume pas . Je termine comme toujours avec la même épilogue. Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!! Ciao!!!

Bernard

dimanche 8 décembre 2019

Damné


Bonsoir! Bonjour! Il est jamais trop tard pour bien faire c’est pour ça que j’écris… Je chasse le désir aujourd’hui mon écriture n’a plus rien d’érotique, je crois que le thanatos a chassé l’éros pourtant je me veux bien vivant… Dans la vingtaine j’avais que le sexe dans la tête, c’était épuisant… Maintenant je me repose. Depuis que mes amours sont platoniques  ça va mieux, je souffre moins… C’est mon senti du moment, aujourd’hui à l’émission La grande librairie, on parlait du pouvoir salvateur de la littérature, d’un moyen pour rencontrer l’autre, j’y crois , les livres les textes parlent c’est un rapprochement de l’autre, l’univers qui se met en place et nous raconte une histoire pour nous faire sortir de la triste solitude. J’aimerais beaucoup que mon blog ais de ça, un accompagnement singulier dans votre vie, une présence… Une prière aussi dans vos jours les plus heureux comme les plus malheureux… Je vous écris dans la solitude mais je sais que vous êtes là du moins que vous y serez, j’accompagnerai pour quelques minutes votre vie… Je sais bien mon écriture n’est pas « livresque » c’est de l’électronique critiquable qui apparait. J’aimerais bien qu’on parle de moi plutôt que de ces pourriels ces hoaxs… Quand même j’ai des lecteurs, lectrices privilégiés le temps diras ce que vont devenir ces « écritures ». Je suis incapable d’analyser cet amour de l’écriture et par extension de la littérature… J’ai bien aimé l’anecdote du prisonnier sauvé par la littérature, y’avait un peu de ça dans le regretté ami … Le monde de l’esprit est grand jamais il ne rejette qui veux savoir, l’ignorance qu’on traque pour la chasser a fait bien des victimes… Souvenir de ces heures passées à la bibliothèque de l’école secondaire je lisais tout ce qu’il y avais là. Dans le journal on parlait de ces gars qui raccrochaient à l’école parce qu’il y avait du hockey, à mon époque ça semblait pas beaucoup occuper les autorités les étudiants solitaire dans la bibliothèque… Je peux vraiment dire que les livres m’ont sauvé la vie… J’ai toujours lu, je lis encore à chaque livre j’essais de me trouver… Ce soir je vous illustre ça avec la bibliothèque Maisonneuve, une ancienne mairie du temps de la prospérité et la grandeur d’Hochelaga… J’aime les livres, les bibliothèques et les librairies, des livres j’en ai jamais assez… Je sais pas si ça se peut un autiste léger, autiste c’est pas une question de mesure… Voilà! J’y suis presque j’espère que vous appréciez sinon vous pouvez me le signaler. Je termine ceci et je retourne à la lecture… Je suis pas autiste mais je souffre de schizophrénie paranoïde avec comorbidité c’est pas simple tout ça je trouve refuge dans les livres… Je termine, je vais essayer de faire une bonne conclusion, comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! J’étire j’y suis pas arrivé, la finale l’épilogue est difficile. Nous y sommes. Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

samedi 7 décembre 2019

Sanction


Bonsoir! Bonjour! J’arrive pas à dormir probablement parce qu’il est trop tôt… Me suis fait un café ce soir je veux pas écrire d’horreur… Le temps file j’arrive pas à l’arrêter. Y’a un médicament qui me fait tousser c’est fatigant… J’ai les yeux qui ferment, dans le temps des fêtes je me rappelle pépère et mémère Côté… Souvenir d’un sentiment d’allégresse une fois que j’avais pawné un objet de valeur et que j’avais quelques dollars en poche, fallait être idiot surtout que cet argent je le buvais il ne m’en restais jamais. J’étais toujours à bummer. Heureusement ça a finis par passer… Dimanche, l’eau bouille je me prépare un café, j’ai mal au ventre cette nuit j’avance pas très vite… Quand j’allais à l’école ces temps-ci on était tous fébrile on attendait le congé des fêtes, des journées à jouer dans la neige ou au hockey bottine dans la rue. Souvenir de Georges et Johnny des copains belge du quartier… Souvenir du patriarche qui a toujours rêvé de se lancer en affaire mais n’a jamais réussis… Quand j’y pense y’avait pas mal d’enfants dans le quartier, je sais pas pourquoi j’étais toujours rendus chez eux, ils ne venaient pas chez moi… Parfois on était juste dehors sans jouer à grand-chose, mon lecteur technicien de la Rolls-Royce avait sa bande j’avais la mienne on nourrissait de petites rivalités… Quand j’ai quitté la maison patriarcale j’ai eu très peur, la schizophrénie faisait ses ravages… J’avais jamais crié comme ça j’ai finis par partir, le beau-frère était venus me reconduire au motel, ça me fait mal de vous raconter ça… Je crois que j’ai réussis à battre l’adversité, réussis à me rétablir ne serait-ce que ça valait la peine, j’aimerais beaucoup pour les plus jeunes être un exemple de rétablissement… Je commence à être vieux il y en a qui ont plus d’ambition que moi, je veux juste montrer une certaine sérénité. J’ai le Purple Rain du regretté Prince dans la tête https://www.youtube.com/watch?v=TvnYmWpD_T8 vraiment une très grande chanson… La première fois que je l’ai entendue c’est dans le film au cinéma du Vieux-Terrebonne pour ceux qui se souviennent des heures de plaisir! Cette nuit j’ai dormis, j’essais d’y aller encore avec mon senti, bientôt je devrais rencontrer mes collègues du centre d’apprentissage santé et rétablissement pour mettre en forme notre formation… Je reviens au cinéma, j’y ai passé des heures, un programme double https://www.youtube.com/watch?v=gWOIfbbLBCQ ça faisait mon plaisir maintenant je regarde les films surtout dans les avions… Je sais pas trop comment vous illustrer ça… Quelques mots encore pour la chute, inquiétez-vous pas ça feras pas mal, je songe à mes premiers logement comment j’y restais pas longtemps presque itinérant… Le bôf qui rigolais parce que j’étais chambreur, toute cette difficulté à m’installer au prise avec la paranoïa… Voilà! C’est l’épilogue encore une fois pour celui-ci une conclusion… Comme toujours je vous remercie amicalement d’avoir lu jusque-là!!! Je termine en espérant que j’ai pas mis votre patience à bout. À la prochaine!!!

Bernard


vendredi 6 décembre 2019

Zéro


Bonjour! Bonsoir! Hier j’ai vécu une journée assez intense dans le cadre du centre d’apprentissage santé et rétablissement, j’ai eu quelques difficultés mais ça va juste m’aider à intégrer tout ce savoir. Maintenant va falloir développer notre formation… Je reviens sur mon senti… Samedi, souvenir de la grosse Presse. Je peux dire une chose chez le patriarche on pouvait lire. Je me vois à un bout de la table de cuisine avec le journal pendant qu’à l’autre bout la matriarche faisait refroidir des galettes à la mélasse. J’étais toujours le premier debout je chérissais ces moments… Samedi aussi pour un enfant c’était l’art de s’ennuyer par la force des choses on devenait créatif… Hier à la télé y’avait un jeu questionnaires sur les années soixante et San Francisco, je me suis rappelé mon voyage du printemps passé, c’était bien… C’est la nuit  j’ai dormis un peu, suis toujours aussi fasciné pas la santé mentale, le rétablissement… J’ose pas vous parler de ma journée d’hier je crois qu’il faut garder ça confidentiel… Il se passe de belles choses entre les vieux murs de l’institut… J’ai un mélange de musique d’opéra et de rock à la The Police dans la tête… J’ai toujours envie de partir mais ça se feras pas cette année, je reste ici pour mes différentes activités. Je crois vous avoir jamais écrit comment ma folie de jeunesse me faisait détester les regards qu’on jetait sur moi… J’étais mal, pas bien, heureusement avec l’âge c’est beaucoup moins intense… Mais non je suis pas guéris, je me rétablis, je le dirai jamais assez… J’attends des nouvelles de la gang du Théâtre du Nouveau Monde pour notre prochaine production, j’espère qu’il y en auras une… Je pense que le travail d’écriture seras plus intense… Aujourd’hui je vais rédiger le compte rendu du groupe d’entraide. Je me sens plus reposé, hier je suis arrivé chez moi épuisé… Je voulais vous parler de ma façon d’écrire au clavier mais je vais passer mon tour, vous me trouveriez ridicule… La neige a cessé, je crois quand même qu’on auras un Noël blanc parfois j’ai envie de vous parler des collègues de la formation mais je me retiens… Viens de relire les documents de la formation effectivement ce qui se dis là est confidentiel… Je reviens donc à mon senti pas trop douloureux cette nuit, je pense à l’ami décédé… La nuit je mens, c’est pas moi c’est le grand et regretté Alain Bashung https://www.youtube.com/watch?v=qAfmdtS7QHo  Encore quelques mots, je pense aux gars dehors dans le froid de la nuit… Mais oui on en fait des histoires à propos de rien… J’arrive pas à terminer avec quelque chose qui a de l’allure, je m’emporte pas je réfléchis… Je vous laisse, je trouve plus rien à raconter c’est toujours difficile la conclusion, la chute, l’épilogue. Je vous ai pas tout dis je m’en confesse mais j’y arrive toujours en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! Bon vous y êtes, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!

Bernard

jeudi 5 décembre 2019

Wall


Bonsoir! Bonjour! Aujourd’hui c’est une journée de formation centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College). Y’a de l’action chez le voisin d’en bas ça discute fort… Jour après jour on s’en va vers Noël… J’ai dormis un peu, j’ai hâte de recevoir le remboursement de mes frais pour le Forum santé mentale à Québec. Ce matin je dois être à l’institut très tôt pour aller chercher un dédommagement pour ma participation à une présentation aux employés… Une ancienne intervenante est passée nous dire au revoir, elle en a profité pour ramasser des effets personnels qu’elle avait laisser dans le bureau… Vendredi déjà et j’ai encore du boulot, rédiger le compte rendu du groupe d’entraide, j’ai hâte de voir comment ça va se passer à la formation formateur. J’ai regardé la documentation, c’est difficile pour moi d’être en situation d’apprentissage, je vois pas trop où on va j’espère que mes collègues vont m’éclairer… Je sais qu’on traite de stigmatisation dans le système de santé. Je sais pas trop si c’est permis que je vous écrive ça… J’y vais avec mon senti j’aimerais voir mes frères à Noël où un peu avant, pour ma lectrice privilégiée ce seras pas possible elle est grand-mère plusieurs fois et s’occupe de sa famille… Je vais prendre une douche, voilà c’est fait je me suis parfumé comme si j’attendais une galante… Bientôt minuit et le vrai vendredi… Une vingtaine de jours encore avant Noël… Souvenir de cette lourdeur au travail annonciatrice de la maladie, j’étais désemparée. Je me suis quand même rendu jusqu’ aujourd’hui avec la schizophrénie… J’aime bien vous écrire la nuit y’a pas trop de stimuli… Je pense encore au voyage, je partirai pas ce printemps… Il ne neige plus, je continus encore ma lecture d’un roman policier suédois, un polar… Hier je pensais aux voitures qu’avait eu le patriarche, une Simca entre autre une petite voiture européenne pour l’époque… Avec les fêtes on se souhaiterais un cadeau, la paix pour tout le monde… Ça semble impossible mais on y pense, plus on avance dans le temps plus on oublie les causes de toutes ces guerres mais on continue quand même à se battre. Je pense aux cousins français qui manifestent et à ceux qui viennent vivre ici, je comprends… En janvier ce seras la journée d’éthique clinique  https://jec.ethiqueclinique.ca/ auquel je participe… J’avais peur pour un conflit d’horaire mais c’est jouable…. Je trouve pas, je trouve plus et j’éternue… J’ai souvenir des dimanches après-midi d’hiver sur la patinoire de l’étang de L’Île des Moulins, la solitude commençait à me peser, la maladie approchait c’était lourd… Ce fut la chute, la paranoïa, le mal et ces hommes qui m’espionnais  je croyais… Le complot! C’était plus fort que moi… Mais tout à une fin, il ne me reste plus que des miettes de peur de cette époque-là!!!  C’est pas le temps de partir en peur dirais la matriarche. Je termine c’est la conclusion, je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Ciao!!!

Bernard


mercredi 4 décembre 2019

Sucré


Bonsoir! Bonjour! Je salue mon lecteur privilégié de Deux-Montagnes hier on a eu une gentille discussion au téléphone. Hier je suis allé au théâtre, Fleuve de Sylvie Drapeau une pièce intense tirée du texte d’un livre, je sais pas pourquoi j’ai pensés à Tinamer de L’Amélanchier  de Jacques Ferron y’avait aussi un passage très juste sur la schizophrénie qui dévore tout… On sentait le travail littéraire de madame Drapeau c’était intéressant… J’ai été fasciné par l’itinéraire de cette dame… Je vous raconte pas tout vous irez voir… C’est la nuit de mercredi à jeudi, toujours et toujours mon senti. Je remercie la médiatrice théâtrale pour la place au Théâtre du Nouveau Monde… Hier un voisin m’expliquait sa difficulté à continuer son travail de dessin ce sentiment d’avoir tout dessiné, la pause pour se renouveler… Je suis invité chez la matriarche pas ce week-end ci mais le suivant, on va manger de la tourtière du Lac-Saint-Jean… Bientôt s’annonce un travail d’écriture avec notre troupe c’est à partir des contes qu’on va revisiter. Je devrais avoir des nouvelles  je sais pas si je vais avoir assez de temps… Parfois j’oublie que j’ai affaire à des gens qui n’ont pas que ça a faire lire mes textes… J’écris avec dans mon dos mes bibliothèques et tous ces livres adorés, toutes ces lectures… Jusqu’ici ça m’a permis de survivre, la littérature à pris le dessus sur les voix… Je racontais, je sais pas trop comment l’écrire, que les idées suicidaires faisaient partie de la schizophrénie… Ouais! C’est le temps des fêtes qui arrive hier on se racontait ces réceptions familiales auquel tout le monde participait, de la banlieue montréalaise à l’Abitibi au Lac Saint-Jean à la Gaspésie toutes les familles étaient réunis comme on se le disait y’avait du monde dans la maison, ce sont de beaux souvenirs… Dans la maladie j’ai eu des hivers difficiles, des messes de minuit douloureuses c’est loin tout ça, maintenant tout le monde est sur son bord… Je profite de la nuit de Noël pour faire une sorte d’inventaire moral… Lentement j’avance dans la nuit, je pense aux gens qui ont manqué de tout et pour qui le moindre cadeau est une fête… Pour le repas du réveillon le ragout de pattes de cochons c’était quand même pas mal… La matriarche dois avoir plein de souvenirs… Je suis avancé dans la nuit… Je vous ai pas parlé de la polémique montréalaise autour de la tourtière et du pâté à la viande, ça existe encore… J’ai trop faim j’ai ouvert le sac de chips… Encore quelques mots avant de terminer, je pense au regretté patriarche qui aimait préparé son punch, il y mettais jamais d’ alcool c’était une règle… Voilà c’est toute la difficulté de la conclusion qui est présente, je termine je veux m’en garder pour les prochains c’est ça pour cette nuit. Je salut tous les lecteurs en les remerciant d’avoir lu jusque-là!!! Lâchez pas ça y est vous y êtes, à la prochaine j’espère!!! Ciao!!!

Bernard

mardi 3 décembre 2019

Honk


Bonsoir! Bonjour! J’arrive des funérailles de l’ami Michel. Je pense qu’on vas être une gang à s’ennuyer de lui… Demain après-midi c’est matinée au théâtre… Ce soir je suis calme, cet après-midi j’ai parlé avec ma lectrice privilégié de Gatineau et avec la matriarche… Avec les petits enfants ils sont dans l’esprit des fêtes, y’a des photos du père Noël… Je prends mon temps pour vous écrire ce soir… Déjà mercredi demain… J’ai rencontré des amis psychologues qui s’occupent de santé mentale ils ne manquent pas de boulot… C’est difficile de raconter la schizophrénie, la difficulté de faire taire la voix qui me dénigre… Sur la photo la matriarche est toute habillée de rouge je me demande si c’est parce qu’elle est libérale où peut-être communiste… Noël qui s’en viens je vais essayer de rester sobre… Je me souviens plus à quelle funéraille quelqu’un m’avait offert une bière chaude comme de la pisse tout droit sortie du coffre de sa voiture… J’ai toujours peur que des conneries pareilles se reproduisent.. J’ai  tellement imposé ma façon de communiquer, je crois beaucoup à ce moyen de communication qui nous pousse vers le rétablissement… Je retourne à l’institut vendredi pour une formation centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College) Je vais en profiter pour aller chercher de l’argent qu’on me dois. Tiens! Je vous le dis au salon funéraire s’est manifesté une voix ça a dis « putain » en me désignant… J’ai appris qu’il y a des équipes santé mentale décimée par la maladie huit personnes sur douze sont malades… Je crois que tout le monde dois connaitre les pairs aidants ils sont si peu nombreux, moi j’ai hâte de terminer la présentation sur la stigmatisation et j’aimerais bien qu’on me demande pour parler de schizophrénie… Lundi passé j’en ai un peu parlé aux employés de l’institut, c’était bien…  Je reviens avec les funérailles c’était beau c’était simple un peu comme le regretté savant Michel. L’officiant avait choisis de beaux textes. Quand on est revenus c’était moins lourd, on s’est permis quelque farces c’était le retour à la vie… J’entends des gens qui parlent dehors. C’est un peu mon angoisse, je vie seul personne le sait que je suis debout à cette heure, parfois ça ressemble un peu à des voix psychotiques mais ce sont de vrais voix en l’écrivant j’ai peur qu’on ne me crois pas et qu’on dise que je fais une psychose. J’ai hâte à cet après-midi pour la pièce mais aussi pour rencontrer la jolie médiatrice théâtrale. Je pense à mon lecteur de Deux-Montagnes j’ai hâte de le rencontrer, je crois qu’il s’en va au Mexique dans le temps des fêtes, on va probablement se voir avant son départ me semble que j’ai plein de choses à lui raconter. J’aimerais que les quatre frères soit chez la matriarche… Bon! Nous voilà à la conclusion quelques mots encore pour une épilogue sensés. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!

Bernard

lundi 2 décembre 2019

Tournicoti


Bonsoir! Bonjour! Ce matin je me suis réveillé dans le somnambulisme, je cherchais un objet que je ne possède pas, une tablette noire avec plusieurs pochettes. J’ai refait le lit pour enfin réalisé… J’attends toujours le remboursement de mes frais de voyage à Québec… Hier j’ai raconté mon histoire dans la maladie à des employés, j’espère que je les ai aidée, j’étais avec une collègue qui parlait de stigmatisation comment elle est là où on s’y attends le moins, à l’institut!  Y’avait aussi la difficulté à bien se faire soigner comme travailleur en santé mentale… Je crois que les soins professionnel en santé mentale c’est le bout du rouleau… Après c’est l’enfer d’où il est très difficile de se rétablir… Hier j’ai pas été dédommagé je devrai attendre à vendredi… C’est la nuit j’essaye de rester éveillé… Hier à la télé j’ai vue une publicité du Diamant à Québec, la nouvelle salle de spectacle de Robert Lepage de la lutte au classique il semble ratisser large… Aujourd’hui c’est tranquille j’ai rien à part une dernière visite à l’ami Michel maintenant décédé… J’ai envoyé le texte de présentation que je vais faire à la journée de l’Éthique en janvier à l’hôpital Sainte-Justine, j’ai peur que ça ne convienne pas… Y’a un gars qui m’a parlé de Michel et de Pinel, il m’a dit que c’était un criminel comme si je le savais pas rien n’empêche c’était mon ami… J’ai beaucoup de difficulté, je crois même que j’en suis incapable, à écrire d’une façon, d’un format professionnel… C’est ça… J’espère quand même qu’on va m’accepter pour la journée de l’Éthique… J’ai hâte qu’on me dise ce qu’elles en pensent… Souvenir d’une enfance ou je n’aimais regarder que les dessins animés à la télé… Le patriarche disait qu’il n’y avait que ça de vrai… Hier à la présentation je m’y attendais pas on était deux je crois que le message à passer… C’est difficile de décrire une psychose, cette peur et cette lecture des plaques d’automobiles qui nous dépassaient tout en croyant qu’ils allaient  nous tuer. Cette peur des convois funéraire je crois que c’était de la psychose… Ça sent bon, y’a un parfum de soupe… Ce soir je vous illustre ça encore avec la statue de Pinel à Paris je crois que c’est dans la thématique… Il est passé minuit je vais bientôt terminer… J’entends les bruits de la nuit comme si un preneur de son de l’Office National du Film avec sa Nagra était passé par là… Encore le souvenir d’être tellement intoxiqué je croyais que je jouais dans un film fallait être vraiment fou… Voilà! Encore quelques mots pour une chute digne de ce nom… Je dors debout en essayant de terminer, ce seras la conclusion d’un gars qui sait pas où il s’en va, c’est la partie la plus difficile. N’hésitez pas à faire vos commentaires c’est toujours bienvenue. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Nous y sommes à la prochaine j’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard


dimanche 1 décembre 2019

Test


Bonsoir! Bonjour! J’ai beaucoup de choses en tête pourtant j’arrive pas à les écrire, ce soir ça sent pas bon plus tard j’irai prendre une douche et je me parfumerai… Les passages sur la passerelle ont cessé, la voisine est silencieuse, je crois qu’elle n’est pas là… Ça y est j’ai pris une douche et je me suis parfumé encore une semaine occupé qui commence, lundi je partage mon vécu psychiatrique avec les employés de l’institut mardi j’assiste aux funérailles d’un ami et collègue, mercredi en matinée je suis au Théâtre du Nouveau Monde pour assister à la pièce Fleuves de Sylvie Drapeau jeudi je crois que je suis libre et vendredi c’est une journée de formation pour le Centre d’apprentissage Santé et Rétablissement (Recovery College) Ça lâche pas j’ai peur de me brûler… J’ai envoyé mon texte pour la journée Éthique et Santé Mentale à l’hôpital Sainte-Justine en janvier. J’ai un peu peur qu’on l’accepte pas à cause de ma tonalité qui est pas très bonne, j’attends toujours le remboursement des frais engagé pour le Forum santé mentale à Québec… Cette année je fais pas de voyage je suis trop occupé, je l’ais dis à l’amie agent de voyage… Je vais remettre ça à l’automne prochain… C’est assez étonnant comment ça s’agite le soir dans et autour de l’édifice… Je vais peut-être sortir de Montréal pour la formation, Sherbrooke? Trois-Rivières? Drummondville et encore ailleurs… J’aimerais beaucoup qu’on me demande pour une formation comment vivre avec la schizophrénie… Viens d’écouter un conférencier sur le rétablissement je dis à peu près la même chose mais autrement… D’accord pour dire que le rétablissement est unique à chaque personne… J’ai comme l’impression qu’en santé mentale bientôt y’auras plus de soignants que de soignés… Souvenir d’hospitalisation où je trouvais le temps long, j’avais hâte de retourner à mon quotidien, à mes soucis… Je pense aussi à ce maudit alcool que j’ai longtemps trainés comme un boulet… J’utilisais ça comme médicament mais est venus un moment où ça ne fonctionnais plus ça me menais direct à la psychose… Encore dans cette thématique… Je partais dans la nuit inconscient du danger, je disais à personne où j’allais ça faisait partie de mon plaisir vivre seul dans la nuit, à la fin on me battais et m’assommais j’étais sur le trottoir une fracture au bras… Ouais! Les prestataires terminent la fin de semaine on rentre à la maison et on va manger son pain rassis, plus une maudite cenne, c’est vraiment malade cette description qui reviens toujours ces histoires de bière… Bon! Là on est vraiment lundi, j’ai vidé la boîte de biscuits feuilles d’érable… J’arrive à la conclusion, les histoires d’alcool c’est moins rare que les histoires d’amour, souvent le héros pars on ne sait pour où il a les beuveries discrètes c’est triste mais les aventures se vivent rarement à l’église quoi que y’a toujours le confessionnal. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

samedi 30 novembre 2019

Révérence


Bonsoir! Bonjour! J’ai rêvé, je discutais avec une femme qui amenait ses enfants au parc, c’était l’été… Décembre déjà, Noël bientôt… Ça passe si vite je vieillis… Je vous écris du samedi soir https://www.youtube.com/watch?v=F23zO81OQx0 . Ce soir j’ai pas le propos, prétentieux j’ai déjà rêvé d’un appartement à Outremont, snob pas à peu près la vie m’a rabattue le caquet je vie maintenant dans le goulag occidental ou si vous préférez le Centre-Sud… Souvenir de mes belles idées de jeunesse qui ont fait comme les saisons elles sont passées. J’ai pas étudié mais il me reste quand même le centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College).  Un poème :

Mal amanché

Au montant du grenier

Le cable est slack

L’espoir s’endort

Comprendre…

Voilà c’est court mais ma « vocation » première c’est pas la poésie épique lyrique… Je me souviens d’une époque de gros rock c’était la fin des années quatre-vingt je m’épivardais dans un bar, j’y passais la nuit, il n’en reste plus rien d’ailleurs plusieurs des endroits où j’ai bu sont disparus. J’ai dormis un peu, parais que le night life est en baisse, y’a de moins en moins de bar et de discothèque mais j’ai constaté qu’il y a de plus en plus de brasseries maison. Je change de sujet assez parler de ces endroits mal famés. J’arrive pas à écrire sur autre chose, le jour c’était la routine du boulot pour ensuite tomber sur l’assurance chômage et la vie dans une maison de chambres avec des voisins digne de la caricature, à l’entrée une vieille matrone qui contrôlait tout, un shylock qui faisait affaire avec les différents chambreurs, un étage pour les femmes un autre pour les hommes, une ancienne dame de la haute devenue alcoolique, sénile et incontinente et différents personnages qui bataillaient avec leurs démons… J’y arrive pas comme si en dehors de ce monde y’avait pas de vie partout où je suis allé c’était l’alcool et même à l’hôpital les patients se faisaient livrer de la dope… Je vous entretiendrai pas des boulots de huit heures par jours cinq jours par semaine de la platitude, une fois au bar je rêvais d’être serveur ça semblait amusant et bien payé, j’ai même pas réussis à être bus-boy… C’est fou comment avec le temps on voie ça d’un autre œil… Le vieux bonhomme un peu pédé rêvait d’avoir un camion de livraison de bière à sa porte, il me demandait  souvent comment étais ma vie sexuelle, il est mort avant l’arrivé du camion de toute façon il avais pas de quoi le payer… Fallait que j’en sorte j’y serais mort,  vingt-six ans après ils sont probablement tous mort… Quelques mots encore, malheureusement c’est toujours le même propos c’est ce qui m’a marqué. J’étais vraiment dans le bas de la ville… Comme j’écrivais plus tôt y’a plus de night-life les gens boivent à la maison, moi j’en étais incapable. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!

Bernard


Flow


Bonsoir! Bonjour!  Samedi, dans la rythmique des jours c’est la plus belle journée… Je sais que ce matin quelques un d’entre vous ont la gueule de bois. Vous avez cherché toute la nuit mais vous avez pas trouvé l’âme sœur plus la nuit avançait  plus y’avait que des garçons, comme vous n’êtes pas de ce genre-là vous avez bu seul… Cette nuit y’a personne près de vous… Je crois que c’est mieux comme ça vous risquez pas d’attraper des morpions. J’ai remarqué qu’avec le temps la libido est moins forte… Encore et toujours ce même thème… J’ai jamais vu rien de moins constructif. J’ai peur de parler de ces barmaids qui ailleurs dansaient nues… Rien de nouveau dans la nuit, toujours le même drum’n’base… Vous m’avez dis l’écriture quelque format que çe sois ça reste de l’écriture quand même y’en a qui ont la patte plus douce et d’autre qui vous vouent aux enfers parce que vous écrivez sur la plateforme blogue… Hier je me suis gâvé de pudding au chômeur… Je crois que les partys de bureaux sont commencé, y’en a qui partent en voyage et n’y participeront pas… Je vous vois flirtez avec la secrétaire… Cette nuit je vais vous illustrez ça avec le Starbucks du centre-ville de San Francisco, tout en bois c’est très beau… Je pense que cette année y’auras pas de voyage je suis trop occupé, formation et présentation… Sur Facebook je vois que mon ami historien de l’art met en doute la paternité d’une œuvre attribuez à Claude Monet, c’est lui l’expert mais le tableau est quand même très beau. Bon! Ça va mal voilà l’autodénigrement qui recommence. Je termine le blogue et après je me met au travail pour ma présentation en Janvier. Je sais pas si l’amie en charge des relations publiques à l’hôpital Sainte-Justine me lis, mais je la remercie… C’est assez fatigant cette « fluctuation » entre la voix qui me dis que je suis un bon à rien et l’autre un génie… C’est gênant d’écrire ça… J’ai une toune du premier long jeu solo de Paul McCartney, non c’est de l’album Blanc des Beatles ça s’appelle Mother nature’s son https://www.youtube.com/watch?v=TMMiXjwhODU ça me trotte dans la tête c’est très beau. L’album blanc comme beaucoup d’autre musique que je réécoutais en boucle du fond de mon adolescence turbulente ça m’apaisait… Souvenir, j’écoute plus beaucoup de musique, j’ai pris de l’âge, suis maintenant un bonhomme… Encore cette nuit le temps file et je vieillis… Je pense à ce voisin audiophile qui écoute des soixante-dix-huit tours avec un appareil haute-fidélité à la fine pointe… Voilà! Je suis presque rendu à la conclusion pour cette nuit, quelques mots encore pour une finale décente, c’est toujours étonnant comment je ne dis rien quand je termine. Voilà c’est comme au bar il est trois heure on ferme, last call! Je sais pas si les grosses bouteilles de bière existent encore j’en aurais commandé deux. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine!!!

Bernard


jeudi 28 novembre 2019

Recul


Bonsoir! Bonjour! Je rédige présentement mon texte  pour la journée Éthique et santé mentale. Je suis allé un peu trop vite pour la description de la présentation et l’énumération de trois objectifs, la responsable a tout repris. Comme écrivain je suis pas fort… Pourtant c’est ce que j’aime faire… Je dirais à mon corps défendant que j’essais de me débrouiller en prosodie… Je continue avec mon senti, c’est la nuit je pense à mon « œuvre » c’est prétentieux… L’écrivain disait les personnes compliquées écrivent simplement et les personnes simples c’est compliqué. Je suis probablement une personne trop simple pour écrire… Souvenir de ces nuits où je dormais à Cartierville dans un appartement infesté de vermine, je partais des bars du plateau pour m’y rendre. Avec le copain avec qui je vivais on a finis par déménager mais on a amené les coquerelles… Toujours écrire mon senti, la difficulté de mettre des mots sur mon rétablissement, la sortie de la maladie, mais non je suis pas guéris comme les cancéreux je dirais que je suis en rémission… Hier à la radio j’écoutais une psychiatre française parler des narcissiques et du pouvoir qu’ils ont. Je vous l’avoue je suis très narcissique sans m’excuser je dirais que ça va avec la maladie mentale… Pour ma présentation de janvier la paranoïa commence déjà à faire son apparition, je vais en faire abstraction… J’écris que sur ce que je connais, schizophrénie, angoisse, anxiété, parfois j’ai envie de laisser une grande page blanche, ça en dis plus que tous mes mots… Blanc comme la psychose et la douleur intérieure, la maladie sourde… Tout ce qui se bouscule dans mon cerveau comme un désert enneigé d’hiver… Il est pas question de composer avec la maladie c’est pas de la musique que j’écris, ça bouille entre mes deux oreilles. Cette semaine j’ai visité deux hôpitaux dont l’architecture à aire ouverte m’a fait penser à un aéroport, des quais pour l’embarquement dans la maladie et les soins… Les maladies mentales sont soignés dans des installations vétustes décorés de façon suranné… «  Ces maudits fous là on mettras pas une cenne là-dessus » ouais! Quand la maladie mentale apparait on vous place à part pourtant l’urgence suicidaire elle est là… Au fond je sais pas comment colmater le désespoir, apaiser la souffrance existentielle intense, cette maudite douleur qui fait que l’on perd les meilleurs… Ça faisait mal de mots dans ma tête… La psychose pour moi c’était comme si j’étais hyper attentif que j’interprétais tous les mots tous les bruits contre moi, la peur intense… Là, j’en suis presque rendus à la chute, je dirais la foi contre la peur c’est un excellent moyen, on respire et on médite… C’est vendredi, la semaine est presque terminée, on peut s’habiller sport…Quelques un iront peut-être dîner au restau où à la brasserie, vendredi on entreprend rien au travail, ça iras à lundi. Merci d’avoir lu jusque-là!!! Quelques mots de plus, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard

https://jec.ethiqueclinique.ca/

mercredi 27 novembre 2019

Poêle


 Bonsoir! Bonjour! Grosse job ce soir j’ai récuré le four et la cuisinière. Je suis content de moi, pendant la journée d’hier j’ai fait de belles rencontre une personne avec qui j’ai fait des voyages par affaire, quelqu’un de très sympathique, de beaux souvenirs de Besançon, de Milan et de Trieste. C’est la nuit de mercredi à jeudi, me suis couché très tôt, j’ai dormis… Mon collègue est allé parler de son expérience en santé mentale, il ne s’est pas fait payer tout de suite, je trouve important d’avoir le dédommagement tout de suite après la présentation quand ils retiennent les fonds j’ai toujours l’impression qu’ils veulent nous flouer ne pas respecter l’entente… J’ai le reste de la semaine pour moi… Je crois que mon rétablissement me rend fou, j’ai de la difficulté à me renouveler… J’essaye de développer un texte sur le dévoilement, prendre un angle inédit… La stigmatisation, le rétablissement et le dédommagement entrecoupent mon sujet principal… la maladie mentale attaque tous les pans de la vie… Ce soir comme toujours je m’attache à mon senti… La schizophrénie est sur pause, moins prenante… Hier je suis allé l’hôpital Maisonneuve y’a longtemps que j’avais pas mis les pieds là, c’est tout beau tout nouveau organisé d’une façon différente… Voilà on est maintenant jeudi, la fin du mois pour les pauvres c’est toujours la même histoire tout tourne autour du dépôt bancaire ou du chèque… Je commence à manquer d’inspiration, je vais vous illustrer ça avec une photo prise à Trieste j’y reviens souvent mais c’était tellement de bons moments… Dans quelques jours on va faire un bilan de mon parcours et essayer de me trouver des objectifs atteignables. J’ai un gros travail sur moi à faire pour le reste ça va… Pour plusieurs le jeudi c’est la paye, moi je travaillais pour des salaires de misère, j’étais souvent absent au travail, j’y arrivais pas… Tellement pauvre que j’avais juste le courage de boire ma petite paye… Je trouve plus, je trouve plus quoi vous raconter, je suis juste content de ma job de récurage… J’aime bien me rétablir je rencontre des gens intéressants… J’écoute, j’essais de faire une sorte de tri de ce que ça me dis, hier les gens soignés en oncologie parlaient du travail qu’ils faisaient comme patient partenaire avec leurs médecin. Je dirais qu’il faut une expérience et beaucoup de connaissances pour s’impliquer dans ce genre de soin… Moi par exemple avec mon manque d’instruction je serais pas très bon pour m’impliquer dans les soins si j’avais le cancer… Je veux toujours réussir du premier coup, c’est un défaut, des fois faut se mettre à l’ouvrage pour arriver à quelques choses recommencer malgré l’échec… Je vous termine ça sans savoir de quelle façon, c’est la nuit je vais me coucher après cette conclusion… Encore quelques mots, j’y arrive cette nuit, comme toujours et de la même façon je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Je souhaite que ça vous ais plu, à la prochaine j’espère!!! Ciao!!!

Bernard


mardi 26 novembre 2019

Zoiseaux


Bonsoir! Bonjour! Ce soir j’ai de la difficulté à vous écrire, c’est vraiment la fin du mois…

Poésie montre toi

Dis moi dis moi

Pourquoi tout ça

Et plusieurs pas

Nocturne

Cette loi

Mauvaises images

Plus  d’une fois

À trop vouloir être poète

On deviens fat

Mais ça mais ça

De vieilles histoires…

 Je suis pas le meilleur juge de ce que j’écris je vous laisse le faire dans vos lectures… Cette solitude parfois pesante de l’écriture comme si être seul avait un poids. Bon! Me voilà debout mais pas plus inspirée. Je vous écris encore de la nuit, hier j’ai visité l’hôpital  Sainte Justine tout rénové ça m’a fait pensés à un aéroport. Ce matin je vais à l’hôpital Maisonneuve Rosemont pour l’agrément… Hier ça m’a pris un moment pour réaliser que je parlais à un médecin c’était dans le contexte de la journée annuelle de l’éthique avec pour thème la santé mentale c’est en janvier… Il est minuit trente, hier je suis passés sur le Campus de l’Université de Montréal devant les Hautes Études Commerciales j’ai jamais vue autant d’étudiant… Les dames que j’ai rencontré étaient très sympathique. Me reste plus qu’à trouver sous quel angle je vais faire ma présentation… Je reviens à mon senti, hier j’ai appris qu’un enfant pouvait être psychotique… L’enfance et la maladie mentale souvent on dit de les tenir loin de l’hôpital mais quand on sait plus quoi faire… Ce que j’ai vue de Sainte-Justine avait une dimension très humaine… J’écoute mon âme ça délire pas trop n’empêche voir tous ces enfants on les souhaite pas trop malade. À la journée d’éthique et de santé mentale en janvier je vais essayer d’exprimer mon humanité pour défaire le stigmate de la maladie mentale… C’est très orgueilleux ce que je viens de vous écrire… Je manque beaucoup d’humilité… Je suis tous mélangé dans mes dates d’activités hier les dames ont dit en riant que ça me prendrais peut-être un gérant… Me suis préparé un café cette nuit je ne souffre pas, me souviens de ces rages de dents ça faisait tellement mal j’ai jamais eu de douleur plus grandes étrangement parfois je regrette mes dents m’ennuis d’une dent creuse… Ça j’appelle ça des confidences… Demain je vais essayer de rédiger ma conférence de janvier, douze minutes je sais pas combien ça fait de pages de texte… Je vais aussi récurer le four de la cuisinière… Quelques mots encore, c’est pas terminé mais ça approche je sais pas trop comment illustrer ça, dehors y’a un gars qui gueule comme souvent… Milieu de semaine j’aurai été occupé… C’est difficile, j’essais de terminer avec de l’émotion, vous écrire comme ça c’est ce qui fait mon bonheur, j’apprécie, je le répète, beaucoup vos commentaires… Voilà! C’est l’épilogue la conclusion, la chute… Comment vous écrire mon bonheur à chaque fois que je termine. J’espère que vous aimez ça. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! C’est vraiment la fin pour aujourd’hui. À la prochaine je l’espère!!! Ciao!!!

Bernard

lundi 25 novembre 2019

Fin novembre


Bonsoir! Bonjour! Ce matin je vais rencontrer la professeure pour ma participation à la troisième journée d’éthique clinique. Elle va m’expliquer ce qu’on attend de moi. J’ai toujours l’intention de parler de stigmatisation de dévoilement de dédommagement et de rétablissement. On me donne pas beaucoup de temps mais la journée promet d’être intéressante c’est seulement en janvier j’ai le temps de me préparer, c’est un beau défi… Je veux pas trop vous parler de mon senti pour éviter de mentionner l’ami disparus. J’ai dormis un peu, beaucoup rêvé… Décembre arrive, l’hiver est déjà là, quand j’écris y’a toujours la poésie de différents poètes qui me viens en tête… J’ai entendu dire quelque part que c’est aliénant d’écrire sur les réseaux sociaux, je pense à ce voisin avec des dreads qui me regardait avec mépris c’est ça la stigmatisation, sans parler du vieux schnock qui fredonnait des airs irritants… Y’a de la folie dans ce que je vous raconte là, c’est ma sensibilité… Je trouve pas quoi vous raconter je pense aux avions, si je suis pas trop occupé je vais partir pour je ne sais où l’automne prochain… Cette année j’ai les formations du centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College). Je veux aussi vous dire que si ça vous plait pas d’être sur ma liste d’envois faite le moi savoir je vous enlève… J’en ai assez d’être stigmatisé, je rentrerai pas dans le rang c’est impossible, je suis différent et c’est pas ma chevelure. Je trouve les dreads d’un banal convenus… Sans parler des tatouages qui n’ont plus rien de subversif… Ma différence c’est mon être, mon senti une énigme sans réponse… Mon lecteur technicien à la Rolls Royce est en vacance en République Dominicaine, il fait beau y’a de l’alcool en masse que demander de mieux… Ça me rappelle Cuba et le vingt-six onces de rhum… Je lisais un écrivain qui disait qu’écrire c’était briser un tabou, il a raison on joue pas avec les mots sans se brûler… Parfois le lecteur, avec raison, voie des choses entre les lignes… À l’époque un copain disait y’a rien de plus straight que se saouler, j’avoue qu’il avait raison l’ivrognerie contribue à la production… Bon! Je vais vous parler de certaines chroniques de voyage qui ne parlent que de restos, de bière artisanales de vins et parfois d’alcool fort, moi je suis pas de ceux qui courent les restaurants à la mode… On retrouve ça partout à la télé, à la radio et dans les journaux, je vais continuer ma visite des binneries, des greasy spoon… Il est presque temps de terminer encore quelques mots comment vous dire que je me soigne que le blog m’amène des lecteurs et que ça me fait plaisir… Je pense pas trop au livre, les anciens écrivains crient contre le blogue c’est pas de la vrai littérature qu’ils disent un peu comme à l’apparition du livre de poche. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

dimanche 24 novembre 2019

Tige


Bonsoir! Bonjour! Je sais pas si je devrais vous écrire après ce malheur. Plutôt parler football, l’équipe de l’ouest, les Blue Bombers de Winnipeg, a remporté la coupe Grey. J’ai pas regardé tout le match, Winnipeg dominait… Je vais quand même essayer de vous écrire mon senti. La matriarche m’a invité à souper pour le quatorze décembre, elle va préparer un repas traditionnel une tourtière du Lac Saint-Jean c’est à ne pas manquer… Ce matin y’a une réunion de mon groupe d’entraide il va manquer un gros morceau… Ce week-end dans le cahier voyage de La Presse+ on parlait de Las Vegas, une destination intéressante mais dispendieuse ça m’empêche pas d’encore pensés à la France malgré toute les catastrophes naturelles, je crois pas que ce seras pour bientôt… Je crois que bientôt les Boeing sept trente-sept Max huit seront réhabilité. Je pense que ce seras bon pour les compagnies Low-Cost donc pour les voyageurs. Je pense à tous ces baroudeurs qui ont beaucoup voyagé et qui maintenant sous prétexte d’écologie veulent empêcher les gens de prendre l’avion… La fameuse trace de carbone que laisse un siège d’avion, eux y’a vingt trente ans se posait pas la question… Je crois que l’ami historien de l’art est partis pour Florence j’espère que la température seras clémente… J’ai cessé de tout écrire, je pense aux dents d’un blanc éclatant d’une personne rencontré hier, ça en était épeurant… Lentement le sommeil me gagne, j’écris avant d’aller me coucher. Toujours étonné de voir comment les gens ont attendus la retraite pour vivre mieux… J’ai hâte qu’on me rembourse mes frais pour le Forum Santé Mentale à Québec. Je vais être patient… Je pense au guide alimentaire canadien aussi sacré qu’une bible à comment quand tu est pauvre… Je sais y’a les banques alimentaire qui le respectent. Quand je dis patient faut s’entendre j’ai pas beaucoup de recours… J’étais content de voir les photos des Gascon sur Facebook… Voilà il est minuit c’est lundi, la dernière semaine de novembre qui commence, plusieurs ont dépensé leurs  budget, ils devront faire affaire avec la pawn shop où le shylock en attendant vendredi. Vous trouvez que j’écris souvent là-dessus? C’est une réalité obsédante qui reviens à toute les fins de mois  vous en faites pas pour moi je suis plus dans ce rythme-là, à l’époque quand j’avais besoin d’argent on me disait de vendre mes livres. J’ai tellement regretté d’avoir vendus ma première bibliothèque qu’aujourd’hui je garde mes livres… C’est toujours le même propos malgré que je sois sortis de cette misère, j’ai toujours à manger, le loyer est payer et je vous écris à tête reposée… Toujours de la difficulté à croire que le copain le collègue est décédé… Voilà! C’est presque terminé j’en suis à la chute à la conclusion l’épilogue. Je m’arrache les mots pour meubler ce mauvais silence… Je vous quitte pour cette nuit. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! J’étire la sauce elle n’en seras que meilleure. À la prochaine j’espère!!!

Bernard

samedi 23 novembre 2019

In memoriam


Bonsoir! Bonjour! Aujourd’hui c’est triste je viens d’apprendre le décès de l’ami et collègue Michel. Un être exceptionnel que la vie avait malmené mais qui malgré tout se rétablissait. Michel pensait à la hauteur des grands intellectuels. Je considère un privilège d’avoir fait sa connaissance, c’était une personne qui maniait bien les concepts toujours en restant sur le plancher des vaches. J’arriverai pas à le résumer en quelques mots il était beaucoup plus que ça ne serait-ce que par la création du groupe d’entraide Reprendre Pouvoir. Il était toujours prêt à aider en racontant son histoire et le développement de sa pensée. Un être unique et rare, Michel s’était penché sur ce qu’il appelait le problème de l’âme et la psychiatrie pour lui la psychose était un mécanisme de défense  mais tout n’est pas dit, il n’auras pas eu le temps de développer et de nous exposer sa pensée unique… Il va me manquer j’aimais bien les échanges qu’on avait sois de vive voix sois au téléphone… J’ai une pensée pour sa femme Sylvie avec qui en homme simple il allait jouer au bingo le lundi… Je me suis toujours demandé pourquoi la vie s’était acharnée sur cet homme, il ne méritais pas ça… Pour moi Michel c’était un génie capable de réciter les grands philosophes, quand il parlait de ses soins en psychiatrie pour lui l’institut Pinel c’était la prison. Je crois qu’il avait raison, il avait quand même ses secrets dont on a jamais parlé c’est mieux comme ça… J’avais encore besoin qu’il me raconte plein de choses comment il vivait la stigmatisation par exemple… Michel avait lu Thomas Szasz le psychiatre rien de facile là-dedans, je crois que lui seul était capable de résumer sa pensée. Michel était un penseur du siècle précédent, sans internet, sans réseau sociaux, sans téléphone portable, sa pensée se développait au contact de son prochain dans des activités comme à livre ouvert, la bibliothèque humaine… Il aidait aussi les étudiants universitaires. J’aimerais garder en mémoire le Michel homme de lettres parfois au « ras des pâquerettes »… Génie, méconnus mais quand même un génie. Je crois qu’il était heureux de nos échanges au groupe d’entraide. Un de ses péchés mignons c’était le visionnement des soaps américain à la télé l’après-midi, là je le comprenais moins. Peut-être y trouvait-il un aspect sociologique, là il me dirait de pas tout intellectualiser… J’ai jamais vu Michel désemparé, il était plein de ressource, je me souviens pas l’avoir entendus nommer précisément sa maladie mentale il en décrivait bien les symptômes par exemple. Il suivait bien ses traitements, respectais ses rendez-vous avec les soignants. C’est dommage que ça finisse là… On va s’ennuyer Michel, de tes appels, de ta haute philosophie. J’aimais bien te rencontrer le lundi matin, ça démarrais bien la semaine. Mes sympathies à ta famille à tous tes proches. Je fais une prière et j’espère continuer nos discussions dans l’au-delà. J’écris cela pour qu’on ne t’oublie pas voilà c’est in memoriam. Ciao!

Bernard

vendredi 22 novembre 2019

Chiffon


 Bonsoir! Bonjour! J’ai réussis à organiser ma semaine prochaine. Le mois de novembre tire à sa fin, les publicités de Noël sont commencé, un peu tôt… À tous les ans c’est la même chose, je pense aux enfants de la super maman et de tous mes autres neveux et nièces… Je crois qu’ils aiment noël et les cadeaux… Ça fait de grosses familles pour ma sœur et mon beau-frère… Je sais pas si on va se voir je crois pas, d’habitude ça se passe au téléphone, il est un peu tôt pour que j’écrive là-dessus… C’est la fin du mois souvent difficile pour mes pairs… Je pensais à l’âge de la maison du patriarche maison maintenant vendue, elle a plus de cinquante ans ça commence à faire de l’âge… La semaine prochaine ça se passe à l’hôpital, je suis pas malade mais c’est trois différents, l’institut universitaire de santé mentale de Montréal, l’Hôpital Sainte-Justine et l’Hôpital Maisonneuve Rosemont… Je suis un patient partenaire... Je me rétablis j’aime ça vous écrire ça… Cette semaine je me suis bien reposé, j’ai travaillé un peu avec les collègues du Centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College) on a beaucoup de boulot faut préparer une formation sur la stigmatisation, j’en ai surement été victime ne serait-ce que ces longues heures d’attente à l’urgence de l’hôpital maintenant que j’ai moins besoin je connais les centres de crise ouvert vingt-quatre heure sur vingt-quatre et leurs ligne d’appel. Après les fêtes je devrais avoir une rencontre avec un psychiatre… Parais que les hommes consultent beaucoup moins que les femmes moi ce que j’en sais c’est qu’ils préfèrent consulter des charlatans plutôt que des professionnels… C’est vrai qu’une consultation en psychiatrie ça laisse des marques, les stigmates dont je parlais tout à l’heure. J’ai entendu parler de personnes qui avaient eu de la difficulté à se faire soigner parce qu’ils avaient un dossier psychiatrique… Aujourd’hui je vous illustre ça avec une photo du Pavillon Rosemont, ils avaient un étage psy, mais je crois que tout ça a été transféré au Lahaise à l’institut… Rosemont c’est là qu’on m’a traité, les soins étaient quand même correct, j’y suis allé plusieurs fois jamais longtemps j’avais peur… Je pense qu’il y a aussi de la stigmatisation dans le fait de partager une chambre avec quatre ou cinq personnes, sans parler la nuit de cette lampe de poche qui vous éclaire le visage ça dort pas fort… Je voulais aborder un sujet délicat, l’homosexualité je préfère ces amis-là aux virils et ignorants hétéros… Ce que je cherche à vous dire c’est que je sais pas et que je suis trop vieux pour avoir des relations sexuelles avec un homme, je me suis débarrassé du désir je ne m’en porte que mieux…. Ce soir je suis dans les confidences. Quelques mots encore avant la chute, la conclusion heureuse de tout ça c’est que je me rétablis de la schizophrénie. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!!

Bernard

jeudi 21 novembre 2019

Ying


Bonsoir! Bonjour! Hier je regardais les hots rods sur les réseaux sociaux et je me rappelais mon adolescence où j’achetais des revues spécialisées. Je sais pas si mon lecteur de Deux-Montagnes se souviens, j’étais fou de ces bagnoles, c’étais des rêves d’enfants. Souvenir aussi de la Challenger de Vanishing  Point https://www6.123movies.st/watch/vanishing-point.r5nm/m232lop  Point limite zéro… J’aimais quand même les voitures mais la vie s’est chargé de me dire que c’était pas pour moi… J’ai pas d’anecdotes automobiles… J’ai eu que de vieux chars entre nous on appelait ça des « bateaux » tellement ils étaient gros… Les voitures c’est pas ça qui m’a fait travailler pour en avoir une… Je me rappelle j’étais malade désemparé sans savoir où aller je passais de l’hôpital de Saint-Jérôme à celui de Joliette, c’était la réalité de Laurentides-Lanaudière… Souvenir d’une virée à l’hôtel Blainville avec un copain, on défiait la mort en fauchant les poteaux de fer le long de l’autoroute six quarante, un poteau aurait été dans le mauvais angle je serais pas là pour l’écrire… C’est la soirée de jeudi à vendredi y’a longtemps déjà on les passait à la taverne, Radio-Canada à bien tenter de les renipper avec ses émissions en direct de Chez Roger sur la rue Beaubien dans la Petite Patrie mais la mode est passée… Hier un voisin semblait désemparé je crois que la travailleuse sociale l’a accompagné à l’hôpital… C’est étonnant avec le prétexte d’être authentique on peut dire les pires bêtises dans un délire. Je m’assoyais près de la fenêtre au bar Saint-Laurent je commandais une bière et je regardais les gens faire la file pour manger un smoked meat chez Schwartch’z en face… C’était que le début de ma brosse où que j’aille quoi que je fasse j’étais jamais bien, Plume Latraverse chantait https://www.youtube.com/watch?v=CMeh5p-WZjE  c’était un peu à l’image de plusieurs alcooliques solitaires… C’est toujours la nuit, j’ai dormis un peu me suis préparé un café. J’ai pas rêvé, cette semaine j’ai écris un petit texte pour la présentation de notre formation du centre d’apprentissage santé et rétablissement, j’attends les commentaires des collègues… Cette semaine à été tranquille elle a quand même passée vite… J’ai réussis à chasser mes idées de fou, j’ai peur de l’alcool, j’avance lentement avec ce texte, cette année y’auras pas de voyage je suis trop pris avec mes différentes activités. J’ai quand même hâte qu’on réhabilite le Boeing sept trente- sept Max… Je pense au langage du rétablissement de l’ alcoolisme et de la toxicomanie certains s’enferment dedans et n’arrivent pas à communiquer autrement, c’est triste ils ont juste changer de prison… J’aime pas les dialectes, me semble que la spiritualité c’est plus que ça. J’arrive à la conclusion que comme toujours je ne sais pas comment construire. Quelques mots encore j’espère n’avoir blessé personne… L’épilogue, la chute c’est jamais facile de l’écrire, j’ai de la difficulté à renouveler. Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Lâchez-pas on y arrive. Je termine, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

mercredi 20 novembre 2019

Sans toi


Bonsoir! Bonjour! Bon ça m’apparait impossible de ne pas utiliser la première personne du singulier c’est mon histoire après tout. Mon journal aussi, donnez à lire… Il vous raconte les différents « événements » quotidien. Même si il ne se passe pas grand-chose on trouve toujours… C’est plus fort que moi m’y voilà… C’est ennuyeux de suivre cette contrainte… Hier soir on a mangé du pain de viande il était délicieux, la première personne du pluriel n’est pas beaucoup mieux surtout quand on s’y perd avec la troisième personne du pluriel, on vous parleras pas des temps c’est trop idiot… Une chronique sur rien comme souvent en manque d’inspiration, au hockey le score est égal… Finalement en me prenant comme sujet pourquoi pas, quelques mots pour décrire les événements cérébraux faire part de l’activité du rhizome… Dans quelques heures c’est jeudi avec toujours les mêmes souvenirs… Le grand bédéiste français, Bilal est à Montréal son dessin n’a qu’admirateur et admiration, un grand artiste… Vous avez surement déjà vu ses dessins sont gras mais d’une beauté… Semaine calme et de repos, souvenir de cette littérature du retour à la terre ç’est encore présent avec toute la dialectique écologique, le tofu et tutti fruti mal dis. Bon maintenant c’est d’illustrer tout ça, ça gueule chez les voisins… Le sommeil est là… Hier l’intervenante était très occupé en fin de soirée avec gentillesse elle a pris le temps de me dire qu’elle aurais plus de temps pour moi aujourd’hui… Voilà!  Jusqu’ici c’est sans première personne du singulier, il faut surtout rien briser la tentation est grande d’y aller dans la facilité. Pas de rêve ni de cauchemars, les voisins ont le sommeil lourd ils ronflent… Le téléviseur aurais peut-être besoin d’être changé, encore une dépense vaut mieux attendre après les fêtes… Tout ça pour plaire à ceux qui détestent la première personne semble que ça montre une plus grande ouverture une plus grande générosité moins de narcissisme… Mais c’est quand même de moi qu’il s’agit, de mon senti… Moins intime c’est vrai, peut-être que vous n’aimerez pas ça mais l’impression c’est que les personnes du pluriel ont plus d’ouverture à l’autre… Écoutez les amis vous n’appréciez peut-être pas cette contrainte mais c’est un bel exercice, c’est vraiment plus difficile cette prosodie… Voilà! On y arrive après la relecture ça va le faire aucune idée de comment illustrer ça, presque brisé l’idée de base… Pour cette fois ça va vous me trouverai peut-être embêtant on est maintenant avancé dans la nuit. Quelques mots encore, une conclusion digne de ce nom, la chute, l’épilogue en pensant à vous lecteurs lectrices, dehors y’a une voiture de police, y’a peut-être quelqu’un dans le besoin dans l’édifice… La voiture est partie… C’était ça pour cette nuit vous me direz si vous avez apprécié, c’est juste toujours plus difficile… Vous en avez peut-être assez. Comme toujours ce sont les remerciements d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine!!! Au revoir!!! À bientôt!!! On y est arrivé!!! Bonne nuit!!! Bonjour!!!

Bernard




















mardi 19 novembre 2019

Écrin


Bonsoir! Bonjour! J’ai dormis un peu et rêvé comme souvent… Aujourd’hui mercredi on prépare le souper communautaire, pain de viande et pomme de terre en purée, ça risque d’être bon, comme voisin participant on a un ancien chef de restaurant… Mon senti me dis qu’une chronique par jour c’est convenable. Je veux pas que l’intervenante se mette à « travailler » sur mon cas sinon mon choix c’est de rester isolé… Petite rechute la semaine passée pas dans l’alcool mais simplement un moment psychotique, je suis vite retombé sur mes pattes… Mon lecteur de Deux-Montagnes collectionneur de voitures veut acquérir la toute dernière Mustang. Il le dis il est malade, on lui souhaite du plaisir avec cette voiture… Je suis tellement angoissé que arrivé à un sommeil profond je me réveille, je crois que c’est ma peur de mourir, la petite mort comme certains appellent le sommeil… Mercredi milieu de semaine… Hier j’ai retrouvé un document sur la stigmatisation de l’Association Québécoise de Réhabilitation psychosociale je me rappelais plus y avoir participé, https://aqrp-sm.org/wp-content/uploads/2014/04/cadre-de-reference-GPS-SM.pdf et j’ai lu le document  ministériel du gouvernement, faire ensemble et autrement… Je sais pas si on va aller plus loin avec le nouveau plan d’action en santé mentale… Dans la formation que je prépare pour le centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College) j’aimerais bien qu’il y ait un volet stratégie de contact où je partagerais comme personne en rétablissement mes expériences avec la stigmatisation… Je suis peut-être pas au bon endroit ce blogue pour mentionner ça, mais ça va me permettre de m’en souvenir pour le rappeler à mes collègues… Cette formation c’est déjà une avancée plus loin, une poussée vers le mieux… Lentement j’avance là-dedans… J’ai demandé à consulter un psychiatre je crois que ça vas être long, j’ai le temps de continuer mon parcours de rétablissement… Je vais écouter mais je veux pas me faire organiser, les gars d’â côté vivent la nuit c’est un peu fatigant… Je vais vous illustrer ça avec la traverse Québec-Lévis une belle façon de faire image pour la rencontre de l’autre, l’humanité loin du stigmate… Facile à dire la rencontre mais plusieurs n’en veulent pas faut laisser aller, je suis pas un curé… Ouais! On s’en va vers la nuit minuit arrive mercredi avec… Je vous ai pas encore parlé de mon senti c’est parce qu’il est pas trop douloureux. Je vous écris et je bave littéralement… Prosodie que je nomme ça faute de mieux, de la rareté de la poésie, de tout l’orgueil que ça demande de se dire poète… J’ai réussis à rester réveillé. Je pense à la chanson le roi de la marchette https://www.youtube.com/watch?v=G46eH_1mOhg de Plume Latraverse interprété par Gerry Boulet le regretté. Voilà! Encore quelques mots pour conclure d’une manière décente… Je sais pas trop, je sais plus trop si j’en rajoute au délire médiatique… Ce soir ça m’a fait plaisir de vous écrire. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard

lundi 18 novembre 2019

Loi


Bonsoir! Bonjour! Ce soir on a bien travaillé sur la formation du centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College) C’était intéressant d’utiliser la technologie appel conférence avec caméra, la collègue a pas eu besoin de se déplacer… Ma tablette électronique est encore utile… On avance lentement dans ce travail… C’est la soirée de lundi à mardi, il fait froid je crois qu’il y a des gars qui s’abritent chez la voisine. J’ai une fringale, je mange des chips… Le mois de novembre avance, ils ont déjà commencé à diffuser les publicités de Noël… Noël c’est le bonheur pour les enfants et un peu triste pour les petits vieux célibataire comme  moi…Je me tourne vers mon senti, la formation formateur s’éclaircis peu-à-peu… Ça me fatigue y’a des gars qui arrêtent pas de circuler pour se rendre chez la voisine, je crois qu’elle est très malade… Je croyais que l’équipe de hockey locale jouait ce soir… Mais non c’est demain, j’ai l’impression que les gars dans le studio d’à côté savent ce que je fait… Je leurs donne une chance y’a pas assez de place pour les itinérants faut bien qu’ils dorment quelques part. Parfois j’ai envie de téléphoner à la police… Avec tout ce bruit je pense à la pancarte d’appel à la tranquillité de ce quartier de San Francisco… Y’a quelque chose de très oral quand je mange des chips, avoir la bouche pleine comme on dis… On attend un peu de neige cette nuit… J’ai le senti endormis je sais pas si ça se dis… Dans quelques minutes à l’heure où j’écris ça on seras mardi… Faut que je nomme cette « douleur » cette angoisse schizophrénique, inquiétez-vous pas je veux juste la dire c’est une forme de rétablissement… Les moyens du rétablissement sont différents pour chacun, faut rester à l’écoute… Me revoici j’étais retourné au lit, j’ai fait des rêves étranges je me souviens plus, les images s’estompent… Fait froid, ai beaucoup apprécié les commentaires d’une lectrice avec qui je joue au Théâtre du Nouveau Monde… Je vais vous dire vous écrire  c’est mon bonheur, le va et vient chez la voisine s’est calmé… J’ai de la difficulté à trouver le fil narratif c’est parce qu’il y en a pas à part les sursauts de mon âme toujours prête à me faire tomber en larmes… Je reviens au chips ça me donne des démangeaisons aux doigts c’est désagréable… J’ai de la difficulté, je commence tôt dans le texte, à trouver les derniers mots, la conclusion, je vous aurai écris de toutes mes expériences de la journée passée… Il ne neige toujours pas, la nuit passe je suis debout je veux pas m’endormir à mourir… On y arrive je vous ai tout dis de mon senti, de ce que je pouvais percevoir… Je sais qu’il y en a d’entre vous qui n’aiment pas la première personne du singulier et pas plus l’autofiction, en partant c’est deux prises une troisième et je suis out. Merci d’avoir lu jusque-là!!! Ciao!!!

Bernard

dimanche 17 novembre 2019

Félicie


Bonsoir! Bonjour! Encore une fois me voilà je vais tenter d’être positif… C’est la soirée de dimanche à lundi le temps est toujours à l’hiver… Ma folie s’est calmée j’y vais avec mon senti, ce soir ça me fait moins mal c’est moins psychotique… Aujourd’hui on a annulé le groupe d’entraide je crois que j’étais pas le seul à avoir besoin d’un «break », on va revenir en force la semaine prochaine… Parfois j’aime bien avoir tout mon temps ne serait-ce que pour vous écrire… Ce soir on fait une réunion réseau informatique avec les collègues pour préparer la formation du centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College). J’avais hâte de vous écrire… Je pense à Trieste en Italie au bord de la mer Adriatique c’est d’une beauté je vais illustrer avec une photo de ce voyage que j’ai adoré, j’espère qu’ils sont pas inondés comme à Venise pas loin… Cette année y’a pas de départ, je vais donner de mon mieux dans les différentes activités… Mon senti est pas trop douloureux mes émotions sont pas fleur-de-peau… Je pense aux gars qui vont passer la nuit dehors parce qu’il y a pas de budget pour les abriter, je veux bien moi les animaux de compagnie mais dans la rue y’a toujours bein des « ostie » de limites. Je respecte sa différence avec ses animaux mais lui respecte ils ses devoirs ça va être le premier à dire que ses droits sont bafoués en acceptant aucune contrainte pour la location d’un logis… Je vois ça comme le gars qui veux le beurre et l’argent du beurre… Enfin il a ses raisons son choix de vivre dans la « marge » un jour ce seras peut-être moi qui va se ramasser là… Souvenir des années de galère moi aussi je respectais rien avec la douleur j’ai finis par comprendre… Malgré tout j’ai toujours eu une « relation » difficile avec l’argent… Je me rétablis et les devoirs font partie de mon rétablissement, c’est plus simple quand on paye ses comptes de communication… La semaine passée pour la semaine de santé mentale numérique où je présentais ce blog y’a que deux personnes qui se sont présenté, un gars sympathique qui à ce que j’ai pu comprendre essayait de décoder des messages secrets dans la bible, un exégète… Et une superviseur pour savoir si j’ai bien des services de qualités où j’habite… Cette semaine je me tiens tranquille… https://www.youtube.com/watch?v=n4RjJKxsamQ J’ai cette chanson là dans la tête, wind of change, le changement j’essaye de le vivre au niveau personnel dans l’amélioration… Je voudrais bien écrire à propos du ça et du soi mais ce sont des concepts que je ne maitrise pas… C’est presque terminé, bientôt lundi la semaine qui commence, je suis heureux où je vie, j’ai pas l’intention de déménager. Je reviens avec d’autre texte http://editions-hache.com/  pour ceux on sait jamais qui manquent de lecture…. Voilà! Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

samedi 16 novembre 2019

Révolue


Bonsoir! Bonjour! Je vous reviens en vous remerciant pour vos bons mots. Après tout ça j’ai de la difficulté à vous écrire mon senti, aujourd’hui il se passait tellement rien que je pensais à m’acheter un autre téléviseur. J’en ai pas besoin mon vieil appareil fait la job et je regarde pas tellement la télé… Pour souper j’avais une belle assiette copieuse c’était bon… J’ai dormis quelque minutes ça va mieux, ai parlé avec un ami on se disait comment il fallait pas laisser de place à la « folle du logis »… Côté senti ce soir ça va mieux, souvenir de ces samedis soirs où je regardais le match et ensuite Austin City Limits chez un copain c’était qu’un début ensuite j’allais au bar…  Les gars vont coucher dehors dans le froid ceux qui sont à l’abri vont tenter d’y rester, je crois que par des temps pareil le métro les accueille… Dans une heure dimanche, j’ai la musique de Casse-Noisette dans la tête, j’ai remarqué que les goutteurs quand ils ont rien à dire disent toujours qu’il y a un petit goût de noisettes! Mais tout ça c’est pas de l’ordre de mon senti… J’offre mes excuses à mon lecteur de Deux-Montagnes collectionneur de voitures. Je veux pas m’acheter de téléviseur… Lentement j’avance dans ce texte, j’aime toujours écrire, merci à ma lectrice privilégié de Gatineau pour ses commentaires. C’est vrai qu’écrire le mauvais que je vie m’aide à passer au travers, merci aussi à toute les lectrices attentives… Ça fait déjà quelques années que j’écris sur ce blogue,  j’aurais bien aimé avoir un éditeur papier mais j’en fait mon deuil… Je sais l’édition web ça fait pas sérieux mais j’en met… L’émotion que j’ai c’est de pleurer après un combat, quelques coups de poings et les larmes… J’ai lu les chroniques voyages toujours étonné de voir comment on nous présente les restaurants, cafés, bistro et la bière, les quartiers à la mode qui ne m’intéressent pas parce que selon moi on y retrouve le plus de détrousseurs de touristes… Je suis pas gastronome… Les verres, les couverts et les tables bien en place ça m’intéresse pas… Les soupers tard au bistro aussi… Dans la nuit de samedi à dimanche on retrouvais plus personnes plusieurs restaient chez eux avec les remords et les promesses du vendredi soir, moi je sur-jouais le bum en sachant que c’était pas ça, pas un tough juste un autre loser de fin de semaine... On est tous passé par là, j’essais de revenir au sentis à l’émotion seul au bar du bistro… Je me souviens plus de l’ivresse je veux quand même rester sobre, ce propos je l’ai souvent, je me rétablis… Voilà! C’est la conclusion on s’amuse plus, quelques mots pour vous dire tout le plaisir que j’ai à vous écrire. Je termine il est minuit, je triche un peu… Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! J’espère que je vous ai un peu touché. À la prochaine je l’espère!!!

Bernard

vendredi 15 novembre 2019

Revenir de loin


Bonjour! Bonsoir! Je suis désolé pour hier et je remercie les gens qui ont contacté les services sociaux. Je pensais pas que ça prendrais ces proportions… Ce soir je vais déjà beaucoup mieux, je sais que je suis pas seul, je vivais une détresse humaine. Je vais explorer mon senti après ça en sachant pas si je devrais revenir là-dessus… J’ai vue et c’est bien que j’avais des lecteurs lectrices sensibles. Comme vous voyez je suis toujours vivant et dans de meilleures dispositions. J’ai eu une grosse semaine, trois interventions au congrès de l’association québécoise de réhabilitation psychosociale ensuite deux présences aux journées de santé mentale numérique… Je suis revenus chez moi poqué mais je me rétablis toujours faut que je m’aide avant d’aider les autres… C’est la soirée de vendredi à samedi, rassurez-vous il se passeras rien… Quand des pensées pareilles me quittent, ça laisse un grand vide un manque d’inspiration, je pense à vous au centre de crise qui êtes dans la détresse qui n’avez comme remède que le temps c’est ce que j’ai vécu moi aussi… La semaine prochaine je rencontre une dame du bureau de l’Éthique Clinique de l’Université de Montréal en vue d’une participation à leurs journées en janvier à l’hôpital Sainte-Justine… Ça me réjoui j’ai quelques idées qui peuvent intéresser les éthiciens… Lundi je reçois le collègue du centre d’apprentissage santé et rétablissement (Recovery College) on se fait une réunion électronique à trois pour préparer la formation qu’on va donner… Ce soir je vais pas trop dans l’émotif j’ai eu ma charge difficile à vivre, je crois aussi que dans deux semaines je vais parler au personnel de l’institut… Entre-temps ce seras tranquille je vais en profiter pour vous écrire à tête reposée… La semaine passée j’étais au pavillon Bourget de l’institut étonné de voir tout ce beau monde en liberté qui sont pas venus au centre de documentation pour que je leurs présente mon blogue, ils cherchaient plus une cigarette… Je vais essayer de tirer une leçon de ma phase d’hier… Je pense aux lecteurs, trices de Gatineau, Deux-Montagnes, Terrebonne et Mascouche faites-vous en pas je suis remonté en selle. J’ai l’amour avec toujours cette façon d’en avoir besoin, l’espèce de vide maladif pourtant je sais que les gens tiennent à moi… Me suis fait un sandwich au creton, c’est déjà l’hiver avec le froid et les tracteurs de déneigement qui passent… Je suis dans la dernière partie de ce texte, y’a tout ceux qui couchent dehors se cherchent un abri, je crois que la voisine en accueille quelques’un… Voilà! C’est déjà les mots de conclusion qui arrivent, hier j’ai téléphoné à la travailleuse sociale pour voir… C’est le week-end je me repose… On va demander au Petit Jésus de nous protéger, cette saudite folie douloureuse je m’en passerais mais il semble que c’est la nature de l’homme… Comme toujours je vais vous remercier d’avoir lu jusque-là!!! Ce seras ça l’épilogue, la chute, je souhaite et j’espère vous revoir à une prochaine!!!

Bernard