mardi 14 juillet 2020

Ivraie


Bonsoir! Bonjour! Nuit de mardi à mercredi… Ai mangé un croissant qui voulait pas passés, hier soir l’ex-voisine est repassé sur la passerelle elle a pas d’affaire-là, la prochaine fois j’appelle la police… Le climatiseur fonctionne très bien, pour l’introspection c’est pas terrible. J’ai eu une rencontre virtuelle où l’ami de l’association québécoise de réadaptation psycho-sociale était présent. Le texte sur les pairs-aidants que j’ai écrit pour lui il semblais pas l’avoir lu, je crois que je m’en fait pour rien… Je fouille dans le malaise, j’ai de la difficulté à écrire le bonheur, l’écriture réseau sociaux c’est déjà vieux, les gens veulent pas faire l’effort de lire, ils préfèrent regarder des vidéos… Hier soir j’étais encore au prise avec des idées mortifères comme les appelle l’ami sclérosé, j’en ai parlé ai dormis un peu et je vous l’écris en espérant que ça va disparaitre… Je sais maintenant ce que ça fait d’avoir quelqu’un d’indésirable à la porte, y’a quelques années c’était moi… Je me suis corrigé de tout ça… Maintenant je reste chez moi confiné, ça peut aider je veux pas sortir, y’a longtemps que je ne vais plus dans les bars, je crois que je me répète. L’alcool à l’époque remplissait cette blessure que je ne sais qualifier mais ça ne se terminais jamais, je suis alcoolique… Je souffre aussi de schizophrénie je crois que ça vient de ma toxicomanie qui fait un peu de moi une victime, dans ma jeunesse je consommais de tout sans trop savoir pourquoi, peut-être un désir de me faire aimer? Aujourd’hui j’ai arrêté tout ça je ne m’en porte que mieux… J’ai toujours de la difficulté à en parler, souvent on diminue les toxicomanes sans considérer que c’est une maladie. Des moins que rien voilà comment on nous traite… Maintenant je me rétablis je suis honnête… Ce qui me désole le plus c’est de ne plus pouvoir partir en voyage. Je me contente de documentaire télévisé. Je vous ai tout raconté ça précédemment, je cherche du nouveau en moi je trouve pas, la nuit je suis plus calme vous écrire m’apaise… Quand je sors de chez moi un moment y’a un parfum d’Europe c’est agréable… Y’a quand même eu tous ces drames maintenant c’est la Covid-19 qui décime les populations…. Je suis toujours étonné quand je vie un sentiment diminutif comment j’ai pas besoin des autres pour me sentir moins que rien… Voilà! Encore quelques mots en pensant à tous ces dévoilements sur les réseaux sociaux, j’en parle pas plus je ne sais que dire… La santé mentale, ma santé mentale sème toujours un doute sur ce que j’ai vécu… Diminué toujours diminué j’ai demandé à rencontrer un psychologue, j’hésite j’attends j’ai peur je sais pas si c’est pour le mieux… Comme je disais à la travailleuse sociale la schizophrénie ça vient de quelques part. De toute façon je crois que je sortirai plus jamais de chez-moi. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Ciao!!!

Bernard

lundi 13 juillet 2020

Certain


Bonsoir! Bonjour! Je dors tranquille ça fait une énorme différence depuis qu’elle est pas là pour recevoir n’importe qui… Hier la télé s’est arrêtée j’ai réussis à la redémarrer en bootant le routeur. J’espère que ça se reproduiras pas. Tout est en ordre… Je rêve toujours de voyage on m’a dit que ça serait possible le printemps prochain par contre un docteur à la télé française a dit que ça pourrais prendre quelques années avant un retour à la « normale ». En attendant je regarde des émissions de voyages télévisées. Je pense aux brèves mais sympathiques rencontre que j’ai fait en voyageant… Ce soir j’illustre  ça avec une photo prise à Lille. Je pense à ce médecin urgentiste rencontré au congrès, il est de Dijon… Ça fait une couple de jours que je suis pas sortis ma paranoïa s’est calmé… Le masque seras obligatoire partout tout le temps c’est ce que recommandais les experts, mon senti me recommande de rester confiné, tout ça c’est sans précédent, j’entends les Manhattan Transfer… Je lis présentement un roman y’a des passages qui font pensés à une écriture du dix-neuvième  siècle Stendhal entre autre, je peux me tromper mais c’est à ça que j’ai pensés. Le Rouge et le Noir. Les passions adultères, les histoires de courtisanes c’est de ça que j’ai le souvenir… Hier j’ai préparé mon macaroni à la viande il est très bon… J’ai touché du bois tous mes appareils fonctionnent… C’est la nuit de lundi à mardi… Je crois qu’aujourd’hui je vais aller au supermarché sans oublier de porter de masque… Si vous saviez comment les voyages me manquent, l’attente à l’aéroport, l’embarquement ce sentiment d’être dans un monde différent… Le départ avec plus rien d’autre à faire que se laisser porter sur les ailes de l’avion, c’est bon. Lentement la nuit avance pour moi, demain, il est pas question d’aller m’asseoir sur une terrasse où dans un restaurant… Bientôt on va sonner les matines pour assister à l’office du matin tout ça avant d’avoir mangé un bol de gruau… La prière et la méditation sont essentielles à un bon vécu… Je pense aux valeurs… Je sais pas si vous m’avez dans vos habitudes de lecture mais le matin c’est bien… Je crois qu’une fois terminée cette rédaction je vais regarder la télé, y’a quand même d’entendre c’est « intéressant » pour n’importe quoi qui m’irrite, ils semblent incapable de trouver et d’utiliser un synonyme. On se croirait à la petite école… La vitesse à laquelle parlent certaines journalistes c’est à n’y rien comprendre. J’arrive à la conclusion bien que je sâche pas comment terminer, je pense à vous qui me lisez religieusement, qui êtes là sans faire de bruit… Mais non! Je pars pas ce matin… Je vous écris en essayant de chasser les ennuis en sachant bien que mon écriture est pour la forme. Je termine ici comme toujours en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! Quelques mots encore, c’est pas fort. À la prochaine je l’espère!!!

Bernard

dimanche 12 juillet 2020

Ôla


Bonsoir! Bonjour! Un autre week-end qui se termine avec une heureuse surprise, la visite de mon lecteur de Deux-Montagnes et de son épouse. Ça m’a fait plaisir de les voir c’est ce que j’appelle des moments agréables… Ce soir mon senti est léger, faute de pouvoir voyager je regarde des documentaires télévisés sur les pays français, les régions… J’ai vu une recette de quelques chose qui avait l’air succulent, La Daube de bœuf, va falloir que je m’en prépare une… En attendant, cette semaine, je me prépare un macaroni à la viande… Quand j’ai de la visite comme ça je pense à tous les êtres chers à mon cœur… Quand même cette semaine je reste confiné… La foulure que je m’étais fait à la main semble guérir, tant mieux! Je pense à la maladie mentale à la façon différente qu’elle a de se présenter chez chacun, valeurs et discours varié. J’ai des valeurs communes avec ma fratrie… C’était sympathique la rencontre dans le parc hier, ils ont bien fait de l’aménager… Ouais! On se disait qu’il y avait une certaine gentrification pour le mieux, des condos et des appartements subventionnés… Je vais essayer de passer à mon senti… J’ai arrêté le climatiseur, je sais pas si il va démarrer automatiquement, y’a rien de très sensible dans ce constat… Pour la sortie dans le parc, j’ai mis un cache visage et je me suis tenus au moins à deux mètres de chacun, j’étais un peu triste quand ils sont partis à mon âge c’est peut-être la dernière fois que je les voie. Je devrais pas m’en faire je suis pas si malade… Je me fouille les tripes pour vous donner quelques choses d’intéressant à lire… Ce qui me touche ce sont des chroniques radiophoniques sur la mort du regretté Gerry Boulet comme hier. J’étais ému de l’entendre et qu’on rappelle le show de l’Oratoire, j’y étais… Ils ne mentionnent pas beaucoup les problèmes de sonorisation qu’ils avaient eu pendant ce spectacle. Gerry et Willie deux grandes figures du rock d’ici qui sont parties. L’émotion ça se passe entre les deux oreilles? Je me rappelle une grande douleur à l’âme, j’ai eu peur je croyais mourir… Un sentiment de vide malade comme si je me noyais dans trop d’angoisse… Un petit mot pour les snowbirds de Gatineau. J’espère bien vous voir cet été vous me manquez y’a quand même et toujours cette covid-19. Lundi début de semaine, je crois que les vacances de la construction commencent dimanche prochain… Le sommeil me gagne, j’essaye de me trouver un propos pour terminer… Ça me fait tout drôle plus personne qui visitent la voisine, elle est partie… J’ai presque finie c’est la nuit pour ce journal du confinement. Quelques mots encore avant d’aller me coucher… J’y suis presque à cet épilogue, à cette conclusion. Ce soir encore j’ai été honnête et j’espère authentique… Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Je termine et souhaite une prochaine espérer si c’est pas inspirer!!! Au revoir!!!

Bernard


Entrain


Bonsoir! Bonjour! Hier soir j’ai regardé un film d’action, j’ai bien aimé ça. On est dans la nuit de samedi à dimanche. C’est vraiment bien, y’a plus personne qui va à côté, je suis chez moi tranquille… J’essaye de vous dire mon senti, j’ai de la douleur pour les deux enfants qu’on a retrouvé… Je suis chez moi au frais et je cherche les mots pour mieux vous décrire mon état… Partez pas en peur je ferai rien de malheureux… Je rêve encore de voyage mais les chroniques médiatiques me déconseillent de partir. Je reste donc chez moi seul, confiné… J’ai sortis les bonbons, je voudrais tellement avoir une écriture exceptionnelle mais je travaille avec de l’ordinaire… Avec le temps tout se calme, hier je réfléchissais au nom de mon blog Goulag, c’est heavy mais ça reste quand même un lieu d’exil occidental, je garde le nom c’est un quartier où sont parké les plus démunis, l’indigence les tue… Ma prose est pas tellement légère cette nuit… J’entends une sirène comme si vraiment y’avait un couvre-feu sur le quartier, comme si on devait courir aux abris… C’est ma peur ma paranoïa, cette nuit les bars sont fermés, y’en a tellement je crois que c’est pour nous garder dans le quartier confiné… Les bars vont avoir de la difficulté à garder leurs clientèle, j’essais de réfléchir à comment les alcooliques vont se comporter… Toujours fou et toujours plus d’alcool à en perdre la carte à ne pas vouloir quitter, mais vraiment je ne sais pas y’a longtemps que je ne fréquente plus ces endroits… Mon sentiment sur les débits d’alcool c’est que c’est pas des bizness honnête, qu’ils peuvent pas rester en affaire en servant un verre par client, ils ont besoin de plusieurs gros buveurs. Mais je comprends que ce sont des lieux pour les jeunes… Maudit alcool! Les souvenirs que j’en ai c’est d’avoir reçu des coups de poing sur la gueule, de m’être fait tordre le bras et assommer c’était pas brillant brillant mon affaire… Pourtant je recommençais toujours, je comprenais pas… Encore la même thématique, je vois des gars vider le frigo des chambres d’hôtel de gentilles petites bouteilles… La pluie a cessé, les itinérants cherchent un endroit pour passer ce qu’il reste de la nuit… Je reviens au voyage on peut presque plus en faire en autobus, en train, en avion donc comme je le disait au début je reste confiné. De nos jours je crois que c’est plus simple, je ne cautionne pas, de fumer du cannabis que de boire de l’alcool… Fumez en du bon si vous voulez vous payer une bonne psychose paranoïaque, ça fait mal en clisss cette folie là… Pour moi c’était y’a longtemps je veux jamais oublier… Voilà! J’ai presque terminé pour cette nuit, c’est encore la difficile conclusion, l’épilogue… Dimanche, le climatiseur fonctionne, comme toujours de la même façon je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Quelques mots encore vous y êtes presque arrivé, à la prochaine je l’espère!!!

Bernard

vendredi 10 juillet 2020

Bootleg


Bonsoir! Bonjour! J’ai dormis un peu, je viens de me lever je suis dans la fraîcheur du climatiseur. Je crois que je délire  très heureux du départ de la voisine. Je vais me préparer un café… Il est vingt-trois heure huit je suis pas mal  désappointé  de pas pouvoir partir en voyage… Quand il fait chaud comme ça dehors y’a des parfums d’Europe, c’est très agréable… Je suis toujours confiné je préfère ça à la maladie… Aujourd’hui j’ai pas d’inspiration poétique… C’est bientôt samedi, souvenir de la matriarche qui me disait que ça prenait du temps avant d’avoir une maison. J’en ai jamais eue… Je me débâtissais plutôt que de bâtir… J’aime bien les photos de la plage à Deux-Montagnes tout près de chez mon lecteur collectionneur d’automobiles… Je vais vous illustrer ça avec une photo de plage virtuelle qui auras pas survécu, c’était un jolie endroit on pouvait y faire des rencontres enrichissantes culturellement… J’y avais rencontré le fondateur du musée Louis Hémon à Péribonka qui est aussi si je me souviens bien le lieu de naissance de la matriarche. Je sais pas si les feux de forêts vont être bon pour les bleuets… Parfois je me demande ce qu’aurais été ma vie si le patriarche était resté au lac et même si j’en aurais eu une de vie? Montréal comme toute les grandes villes à toujours attiré les immigrants qu’ils soient du Liban où du Lac Saint-Jean, c’est une ville qui tiens pas toujours ses promesses… Pour les vacances cette année ce seras pour plusieurs balcon-ville… Je pense au fils de ma nièce qui commence a joué dans les sports organisés. Je lui souhaite du succès et d’aimer ça, moi j’étais pas bon c’était difficile d’aimer ça. Je jouais sur le banc j’encourageais mes coéquipiers… D’ailleurs je la salue ma lectrice photographe… En temps de canicule le goulag occidental est tranquille… Pas de sortie pour moi aujourd’hui, j’ai tout ce qu’il me faut… Quand je « jouais » au baseball j’étais porteur d’eau pour mes collègues… J’avais pas de talent sportif, j’ai toujours cru que mon seul talent c’était d’écrire. Beaucoup plus vieux j’ai essayé d’être arbitre dans une ligue de softball maison là aussi j’ai pas réussis. Écrire! C’est pas une obsession  mais un plaisir, une façon de passer minuit, je sais pas ce qu’ils sont devenus les camarades d’avant la maladie, d’avant la folie… Ça fait longtemps et il ne resteras peut être que ça ce que j’écris… Voilà! C’est presque l’épilogue, je vous aurai voler encore un peu de temps sans raconter rien d’édifiant… C’est affolant pourtant j’essais de trouver la paix après plus de vingt-cinq ans au même endroit… Cette nuit y’auras peut-être des pluie acides de quoi vous dessécher la peau… Voilà vous avez une petite idée de ce à quoi je me consacre… Y’a toujours cette difficulté d’écrire la conclusion mais j’y suis déjà. Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!  Bye!!! Ciao!!!

Bernard

jeudi 9 juillet 2020

Franc


Bonsoir! Bonjour! Encore ce que j’appelle mon journal de confinement.  C’est vraiment vrai elle n’est plus là ils ont changé les serrures des portes d’entrée. Je me tiens confiné, ils vont pouvoir commander au bar jusqu’à minuit et quitter à une heure… Y’a plus vraiment de plaisir, assis à deux mètres de l’autre, avec un masque, des cloisons… Il va s’en trouver pour se saouler et contester ça, y’a plus de night life possible… Moi je sors pas, j’entends un gars gueuler dehors peut-être qu’avec le départ de la voisine il a perdus un endroit pour passer la nuit… Je l’ai déjà écrit je suis chez moi et faudrait que je m’excuse aux itinérants d’être là… Je pense qu’en restant confiné je coûte moins cher à la société… C’est la nuit de jeudi à vendredi plusieurs vont consommer c’est jour de paye, je vous dis ma peur de retourner dans ce monde-là… Ouais!!! On se rafraîchis en pensant aux tempêtes de neige de janvier. Pas besoin de grand-chose pour s’infecter juste de mettre une main où il ne faut pas je crois… Hier j’ai participé à une réunion virtuelle  du Centre d’apprentissage  santé et rétablissement, c’était difficile j’ai saisis qu’à la toute fin ce que je faisais là. C’était des remarques pour préparer et peaufiner une présentation d’un atelier sur la stigmatisation en premier lieu virtuellement pour une version écourté et ensuite en présentiel pour la version complète… Je m’excuse ce soir j’avais besoin d’écrire ça pour mettre de l’ordre dans ce que je fais… La poésie est loin… J’aimerais donc ça, j’aimerais donc ça que la poésie s’attelle à moi et me laisse la tirer dans des versants aux sentiers escarpé quelque chose pour utiliser le mot ornière à bon escient…  Cherchez pas l’humour je suis incapable j’ai pas ce sens-là… Ce soir j’ai dormis un peu, je crois que l’écriture est affaire d’émotion de sentiment, faut savoir les nommer, je tombe souvent dans la nostalgie, la mélancolie sans parler de l’affect… Comment dire j’aime et se sentir bien… L’amour ça laisse toujours des pistes d’efféminé, je… Ce chemin là je l’ai déjà pris ça mène à rien… Je sais pas pourquoi j’ai un « voilà » du regretté René Le Cavalier dans la tête… J’hésite à vous écrire et dans ce temps-là si je m’écoutais j’irais vers l’autodénigrement, la fausse humilité du taré… Le souffle c’est ce que ça prend… Je vous parle pas de la chaleur le climatiseur me rend un fier service… Bon! Encore quelques mots, demain matin je reste encore chez moi, souvenir de l’humidité collante dans la shop où j’étais balayeur, je m’ennuis pas de ça… Ça me reviens toujours ces flashback de travail pourtant je suis à la retraite… Le calme est revenus la passerelle est déserte et c’est tant mieux, je termine comme j’ai commencé, je suis plus très inspiré j’entends encore une fois une voix dehors. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Ciao!!!

Bernard

mercredi 8 juillet 2020

Ordre


Bonsoir! Bonjour! La voisine dérangeante est partie, la passerelle est tranquille c’est souvent comme ça quand ils ont des problèmes ils déménagent… Aujourd’hui j’ai une réunion virtuelle du centre d’apprentissage santé et rétablissement, on prépare notre formation . Je vais essayer comme à l’habitude d’y aller avec mon senti, si vous ne voulez plus recevoir mes mises à jour faites le moi savoir je cesse tout de suite mais c’est quand même le seul moyen que j’ai pour diffuser mon écriture. Je sais y’en a plusieurs d’entre vous qui n’y croient pas pour qui ce que j’écris ne vaut rien…

Habitude solitude plénitude

Comment écrire avec amplitude

L’émotion l’attitude

Tout  ça n’est que prélude

À l’hébétude

Voilà! C’est un court poème, je sais j’ai pas la culture et le vocabulaire de plusieurs d’entre vous mais soyez indulgent… J’écoutais une artiste parler elle disait que pour arriver à quelque chose fallait y consacrer des heures des jours et des nuits. Je fais ça mais j’arrive à rien… Je compose et vous disposez, si au moins j’avais un livre! Je pourrais quand même pas vous inviter au lancement pandémie oblige… Pour ce qui est de « l’art » on préfère les choses en dur concrète, les mots mais qu’est-ce que c’est que ça? On en a rien à cirer! Pourtant… C’est vrai qu’on peut pas être un grand poète, je les nommerai pas lisez vos préférés… Je sais, je sais je devrais me taire où au moins attendre la musique… Je reviens à la voisine je suis certain qu’elle  est partie embêter la vie d’autre personnes. J’ai peur de la voir surgir… J’y crois pas à son départ mais je les ai vu sortir et charger son mobilier. J’ai peur qu’il y ait des squatters qui s’installent, elle va m’ennuyer jusqu’au bout. Je trouve que c’est pas vraiment une bonne idée de déconfiner les bars, après quelques verres la covid-19 ça nous fait plus rien, je parle comme un malade qui veut mourir  mais oui ça rajoute un moyen de plus à qui veut en finir sauf qu’il risque d’en emporter d’autre… De toute façon une barmaid me l’a dit, les bars c’est pas fait pour discuter, je n’y vais plus… Cette carence affective c’est ce qu’il y a de plus difficile à vivre… Voilà! J’en rajoute toujours à «l’œuvre », j’espère que mon lecteur à la sclérose vois pas ça comme une compétition. Nos deux situations sont incomparables… J’aimerais beaucoup bien écrire mais je sais pas ce que c’est… Je vous laisse juge, quelques mots encore, je suis bien je suis au frais, j’essaye de pas écrire comme un porc… Parfois surgit cette fausse idée de complot contre moi, la paranoïa que je réussis à raisonner… N’est pas Kafka qui veut. Je vais dire comme on me disait dans le temps. « Tu te fait des accroires » je termine là-dessus. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Lâchez pas c’est terminé, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard


mardi 7 juillet 2020

Softail


Bonsoir! Bonjour! Je suis heureux d’avoir la climatisation c’est beaucoup moins lourd. Je pense encore à partir, Le Louvre vide ça fait rêver. Pour le moment je ne programme que les sorties essentielles, je préfère ça à l’infection… Je pense à mes pairs, ceux qui sont itinérants et qui veulent aller aux toilettes, j’espère qu’il y a des restaurants qui leurs ouvrent la porte… C’est pas si simple que ça vivre dehors pendant la covid-19 et la canicule… Ai dormis un peu, me prépare un café c’est la nuit de mardi à mercredi.  Je pense aux écritures sur les rochers le long de la  Saint-Maurice, « Jean-Pierre love Louise »… C’était à l’époque où nous allions au  Lac Saint-Jean avec les parents au retour on aurais bien aimé que le patriarche arrête chez Caillette à Maskinongé pour acheter du fromage en grain souvent on en avait acheté avant du cheddar de la fromagerie Perron, Maskinongé c’était toujours la Mauricie. J’étais trop jeune pour me rappeler le Louiseville de la famille Ferron… Je pense aux voitures à comment s’est développé le marché de l’automobile le dictat qui voulais que chacun est la sienne cet amour pour les machines… Je sais pas comment vous décrire ce besoin viscéral  d’une auto, il est un peu tard bien que l’économie tourne encore autour de ça…. Souvenir encore de comment on avait été enchanté de notre séjour au camping de La Tuque comment c’était magnifique que du bonheur… On aimais ça on aurais aimé y séjourner tous les week-ends c’était un terrain organisé… Mon lecteur technicien de la Rolls-Royce et moi on couchait pas dans la tente roulotte mais bien dans une petite tente, le soir la matriarche essayait de nous faire peur en nous berçant avec des histoires d’ours, je me souviens plus si on pouvait pêcher… Je crois qu’il y avait un lac artificiel et de la truite ensemencée… Entre La Tuque et Chambord on aimais pas beaucoup la route c’était surtout le désert de la forêt, des épinettes ont préférais beaucoup les petits hameaux… Les maisons sur le papier noir on trouvait que ça faisait dur avec notre regard d’enfant qui comprenais pas que ça pouvait être des chalets… Le patriarche aimait l’aventure nous faire faire des voyages pareils… Parfois on arrêtais au Lac Bouchette…. Je crois que je vous ai déjà raconté ça, ça m’a marqué, je me répète… Je me souviens plus combien ça prenais de temps mais parfois on arrêtais pas. Je garde toujours le souvenir du zoo de Saint-Félicien des ouananiches qui remontent la rivière… Y’avait aussi Val-Jalbert, la chute… Quand on arrivais au lac j’aimais bien la vue qu’on en avait… Je vous parle pas des bleuets j’aimais pas en cueuillir, on faisait le tour de la parentée des vieux oncles sur des fermes à Sainte-Jeanne d’Arc et le rang de gravelle poussiéreuse.  Voilà je termine là-dessus comme toujours en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! C’est la conclusion, à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!

Bernard

lundi 6 juillet 2020

Gitan


Bonsoir! Bonjour! J’ai une douloureuse blessure à la main depuis que je me suis écrasé dans la rue la semaine passée tout près du centre Jean- Claude Malépart. Le vieux soldat appelait ça un wreck center, un centre pour s’échouer en mauvaise traduction… Hier la voisine a sortie tout son stock mais elle a dù le remonter pour le faire  traiter parce qu’elle croyait avoir des punaises… Les exterminateurs vont passer chez moi jeudi matin juste comme précaution y’en a pas… Je sais pas à quoi elle s’attendait la voisine à recevoir tout ce monde… J’espère que ce seras pas trop compliqué… Je cherche une photo pour vous illustrer  ça je trouve pas… J’ai trouvé! Cette nuit ça sent la bouffe… Petit message à la super-maman, j’ai regardé toute les séries Dark j’ai pas trouvé ça très bon, mélangeant si y’a de quoi… Pendant que je poétise le climatiseur climatise, hier les déménageurs de la voisine l’ont presque arraché…Ouvert la boîte de biscuits… Je la viderai pas… C’est déjà mardi, la nuit est silencieuse, j’attends que le climatiseur s’arrête souvenir de l’air climatisé à la taverne on gelait… Je me répète je me tiens confiné c’est mieux comme ça… Je pense aux classes de l’école secondaire, certaines avaient pas de fenêtres que des murs de béton à mon dernier boulot c’était dans une de ces écoles, je pouvais pas m’empêcher de pensés à l’architecture d’une prison… Enfin c’était y’a longtemps… Ça cogne dans le mur, j’ai hâte que la voisine sois partis. Je reste conscient que ça peut être pire avec la prochaine…. J’aurai pas bâtis grand-chose à part ces quelques phrases ces quelques mots… Écrire et lire voilà ce qu’il me reste, lire des romans d’écrivains mettant en scène des écrivains!!!! Quand je suis debout comme ça la nuit, je me dis que demain j’irai nulle part, je dormirai… Quand j’écris c’est beaucoup pour me donner du courage. Je sais pas si vous comprenez que l « œuvre » se fait la nuit accompagnée par l’insomnie… J’y vais là un peu avec mon sentis, parfois j’ai sommeil mais je continue c’est le prix à payer. Me suis préparé un café, je sais pas pourquoi j’ai ce que j’appellerais un sentiment européen, une sorte d’émotion d’outre-mer… Malheureusement y’a pas de départ possible, je vie mon exil dans le confinement… Y’a pas que le départ, le retour aussi est important, je vivrai pas trois fois l’exil, la schizophrénie, le goulag, et le voyage… C’est dire la complexité des choses… Ça y est presque encore une fois pour cette nuit. Quelques mots encore pour dire je ne sais quoi, je pense aux valeurs, l’importance… Je sais pas pourquoi je termine en pensant aux autres locataires de la maison de chambres que j’habitais y’a longtemps… C’était pénible et difficile pas loin y’avait la galerie d’art de l’université Concordia toujours intéressante… Voilà! C’est terminé, comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!! À bientôt!!! Bye!!!

Bernard

dimanche 5 juillet 2020

Black


Bonsoir! Bonjour! J’affronte le vide, la prose sans propos. Souvent j’oublie mon âge, je suis assez vieux pour mourir. J’ai sortis le sac de bonbons, je me gave… Je sais pas trop sur quel chemin vous guider ni même où je vais… Trompez vous pas la pandémie de COVID-19 est pas terminé faut redoubler d’ardeur pour appliquer les consignes. Moi je reste encabané chez moi ça me sauveras je l’espère. Je dis merci pour ses commentaires à ma lectrice des Impatients… J’ai dormis un peu et fait un cauchemar à propos d’un copain pour qui je travaillais, c’est toujours la même poutine… C’est encore mon journal de confinement, j’aimerais bien pouvoir partir mais chacun se méfie de l’autre… J’ai pas envie d’aller m’isoler en terre étrangère… Cet été à Montréal y’a pas de fêtes, pas de feux d’artifices, pas de spectacles de toute façon les étés précédents je restais chez moi, confinement avant la lettre… Je vois les buveurs de bière pathétique seul à leur table ils contemplent leurs verres à moitié plein parfois même ils lui parlent… Ça été mon premier contact avec l’univers alcoolique, ce buveur qui commandait deux bières une pour lui et une autre pour le fantôme avec qui il discutais. Encore ce monde!!! Je vais revenir à mon sentis, j’ai le cœur lourd, l’âme en bataille, une douleur sentimentale qui cherche à s’exprimer, la souffrance comme « moteur »… J’aimerais beaucoup écrire le bonheur, les moments heureux dehors un gars crie Saint-Denis!!! Peut-être pour me faire penser aux terrasses sur cette rue… Dans toute ces années j’ai pas eu conscience d’être heureux, la destruction de soi c’est terrible. Le soleil viens de se coucher, je sais pas comment ils vont faire dans l’ivresse et les consignes… Mes bonheurs je les trouvais toujours dans la lecture une chose que je n’ai jamais abandonné… Ce soir je me fouille le sentis avant minuit… Ma famille elle était statique avec ses histoires de bois, de chantier de bûcherons… J’ai jamais réussis à avoir un lieu où je pourrais échanger sérieusement… Me bâtir des histoires gratifiantes… À la maison  le dimanche au souper les parents discutaient souvent des chantiers de coupe de bois parlaient de l’un ou l’autre des bûcherons qu’ils avaient rencontrés, quelle époque! J’avais pas compris qu’il fallait que je me bâtisse une vie… J’étais d’un milieu trop simple pour aspirer à l’écriture pourtant je le fait quand même, ça me tiens loin des psychoses… Souvenir de la maison du patriarche, la première fois que je l’ai vue elle était en construction, la rue aussi dans la boue… On est plusieurs à avoir connus cette banlieue… C’est ce que je suis un gars de la banlieue mais j’y retournerai pas ma vie elle est dans le goulag occidental. Bien que j’aime les voyages je me déracinerai pas. Je m’organise, le loyer est payé. Voilà! On arrive à la conclusion comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

samedi 4 juillet 2020

Presque rien


Bonsoir! Bonjour! J’ai passé mon samedi devant la télévision, regarder pour une deuxième fois l’émission Des Racines et des Ailes sur la Bretagne… Je rêve encore de faire un voyage en France pour le moment c’est impossible… Me suis préparé un café parfois je me rappelle de jolis moments de mes voyages, des gens que j’ai croisé c’est agréable… Y’a encore des gens qui ont la tête dure et ne portent pas de cache-visage, c’est nécessaire le masque j’ai pas envie de retourner en arrière… Je trouve magnifique la famille de mes lecteurs de Cantley, bravo la super Maman! Je vais prendre mon temps avant de partir en voyage cette histoire de Covid-19 ça s’annonce long… Je me souviens plus si je vous l’ai écris, je reste chez moi je me garde confiné, c’est ce qu’il y a de plus simple pour me protéger… J’ai regardé des reportages d’actualités sur la réouverture des bars je trouve toujours que c’est des bizzness louche… Dans ça y’en a toujours qui cherchent de l’argent facile… Je croyais pas que ça existais encore les longues files d’attente pour entrer au club, l’énorme doorman en tuxedo… J’étais heureux de voir la matriarche dans la voiture sport de mon lecteur de Deux-Montagnes… Le goulag occidental est tranquille pas de circulation automobile, aujourd’hui je reste chez moi… Je sais pas pourquoi je pense à mai soixante-huit, je lisais le journal je voyais bien qu’il se passait des choses mais j’étais trop jeune pour comprendre. Daniel Cohn-Bendit étais déjà mon héros… Plus tard,en vieillissant,  un peu perdus je lisais le magazine l’Express, à droite comme ils disent en France, j’ai finis par trouver le Nouvel Observateur qui correspondait plus avec mes idées enfin si un jeune homme de seize ans peux avoir des idées… Je pense à la gentille intervenante française qui est de retour dans son pays  on s’en ennuis un peu… On viens d’amorcer dimanche… Quand on est seul et saoul dans un bar y’a pas de conversation possible, il faut boire encore et encore, vous vider les poches… Cette nuit je suis à court, je pense à tous ces gens du réseau de la santé qui travaillent cette nuit, je me présente plus à l’urgence je me rétablis peut-être que l’écriture contribue à ça… Je suis content de pas me rendre dans un corridor d’hôpital c’est là qu’on surveille les suicidaires, la nuit dans le corridor pour me dire que le lendemain je devrai me présenter à l’urgence psychiatrique. Je sais pas si la schizophrénie c’est un défaut de la pensée mais ça fait mal de se voir dérailler, délirer… Y’avait toujours la peur de sortir de l’hôpital les pieds devant… Voilà! C’est presque terminé, je suis heureux je suis chez moi rien de plus ne pourrait me combler. Je deviens presque sans mots, pourtant l’épilogue en demande quelques un. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! On y arrive sans trop de faux pas. À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

vendredi 3 juillet 2020

Vivras


Bonsoir! Bonjour! Je croyais avoir débuté la rédaction de ce texte, mais non!!! Je vous remercie tous et toutes pour vos commentaires, c’est la nuit de vendredi à samedi… Avec ce blog je livre mes écris au monde. Je vais avoir de la difficulté à y arriver, malgré tout je vais vivre… Un ami maintenant décédé buvait au bar de l’hôtel Reine Élizabeth c’est là qu’il a connus son bas-fond . Je pense au désarroi que connais tout alcoolique, il veut arrêter mais en est incapable… Il doit briser son narcissisme alcoolique, j’aime quand même pas beaucoup qu’on explique tout le mal qu’on a fait par l’alcoolisme… Je pourrais vous raconter mon voyeurisme et la schizophrénie la profonde blessure que ça a laissé… Y’a rien de drôle ça faisait vraiment mal… La peur aussi j’étais brisé à cause de ces mauvaises habitudes sexuelles… Je vous en dis pas plus… J’y vais encore cette nuit avec mon sentis, j’en ai finis avec les mauvaises habitudes mais la douleur est restée là… Je fait des démarches pour encore consulter un psy… J’avais oublié mes rendez-vous avec un psychiatre pendant des années. Je crois que vous aimerez pas ce texte je m’y dévoile trop… Mon histoire c’est toujours la même. J’ai rêvé que je faisais un tour guidé en Italie, je rêve de Rome et de Florence… Je suis un homme brisé, on m’a harcelé sans emploi pas d’assurance chômage, j’avais qu’une centaine de dollars par mois pour vivre… Un plouc voilà ce que j’étais incapable d’endurer la pression d’une production industrielle… Je sais pas pourquoi cette nuit je pense aux bouteilles, le vin surtout qui m’apaisait me réchauffait l’intérieur, une par mois c’était pas beaucoup des copains me logeaient parfois un autre rendait visite avec une caisse de bière… Sans un sous je mangeais ce que je trouvais… C’était y’a longtemps, je suis pas devenus millionnaire… J’aurai essayé maintenant je suis retraité,,, J’ai un peu voyagé parfois mon délire me rend seul responsable de la crise, c’est la folie, la maladie… Je  suis pas que névrosé, je suis aussi psychotique, quand je me rendais à mes rendez-vous chez le psy, je me disait qu’il ne me laisserais pas partir si il savait que j’étais menacé de mort, ça aussi c’était de la folie…  Maintenant je me rétablis, je pense à tous ces alcooliques qui crèvent dans leur alcool, c’est triste… J’ai encore la magnifique ville de Trieste en tête… Je suis toujours impatient de partir même si ça seras pas avant un bon moment. Voilà! Il ne me reste que quelques mots, ça m’a fait plaisir de discuter avec mon bôf au téléphone hier… Je sais pas trop comment vous présenter l’épilogue, je sais pas pourquoi ça me fait penser à l’écrivain Hubert Aquin. Je ne cherche plus asile j’ai trouvé refuge comment disait-il c’était un subterfuge… Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Faut pas que je termine trop vite vous ne reviendrez pas. À la prochaine je l’espère!!!

Bernard


jeudi 2 juillet 2020

Métal


Bonjour! Bonsoir! Ce soir j’ai mal

Étal

De malade mental

Inégal

Cœur de métal

Au pal

Je me porte pale

Au vent le val

Les mots le bal

Mouche et bocal

Vide sidéral

Bois de santal

Arrache le piédestal

En aval



Voilà!  C’est avec ça que je démarre ce soir, un poème, souvenir du propriétaire du bistro qui connaissait le succès. J’ai mis du temps à voir qu’il ne m’appréciait pas, c’est loin tout ça plus de vingt ans… Combien de fois j’aurais pu mourir, pneumonie… Ce soir j’aime bien attendre les mots… Je trouve pas avec toujours cette idée de complot contre moi. C’est étrange ce soir le temps semble plus long… Je pense aux sœurs religieuses toutes à leurs prières qui diminuaient la valeur de mes vers…

Chevauche le cheval

À gauche l’anal

Sans signal

Méridional

Vers fatal

J’aime bien mon équipe du centre d’apprentissage santé et rétablissement… On se fait des rencontres de travail virtuel, parfois j’ai l’impression de pas être à la hauteur. Je vous écris et je suce des menthes…Tout à coup y’a un parfum de fritures de stand à patates, deux rôteux une graisseuse… Ouais! Y’en avait un très beau et c’étais très bon sur la vieille route qui sortais de Montmagny… Quoi d’autre qu’un cheeseburger tomate oignon pour faire mon bonheur… Je viens de me relever, j’ai dormis une couple d’heure, je pense encore au voyage hier j’ai regardé Thalassa ça me détend… Je crois que la formation qu’on prépare va être très bonne, la stigmatisation en santé mentale c’est un peu tabou faut la combattre quotidiennement… Je me régale à chaque fois que je vois des images d’aéroports et d’avions à la télévision, j’ai hâte que ce sois ouvert… Le climatiseur est efficace c’est juste bien frais. Pour le moment je reste confiné volontairement c’est ce qu’il y a de mieux pour me protéger de la Covid-19. Juste un message à la super-maman si elle me lis encore, je regarde la saison finale de la série Dark qu’elle a suggéré, j’aime ça ce mélange de science-fiction et d’horreur… Je suis loin de mon sentis cette nuit… J’espère que mon lecteur de Deux-Montagnes fait pas trop d’insomnie. Je salut le responsable de la lutte anti-stigmatisation de l’Association Québécoise de réadaptation psychosociale, j’espère qu’il me lis encore et que le texte sur la stigmatisation que je lui ai fait parvenir lui a plut. C’est mon sentis de cette nuit… J’arrive pas toujours à écrire des textes forts si jamais j’y arrive, la semaine se termine, juillet qui commence… Voilà! J’arrive à la conclusion, quelques mots encore partez pas tout de suite, j’écris ça j’ai rien pour vous étonner dans ce sentis finale c’est juste la difficulté de l’épilogue… J’ai plus grand-chose à écrire, je pense à vous tous qui me lisez j’espère que je malmène pas trop votre patience. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Continuez vous arriver à la fin. À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

         Bernard

mercredi 1 juillet 2020

Cady


Bonsoir! Bonjour! Je suis toujours en confinement, je préfère la solitude au virus. Le journal au covid-19… Je sais qu’il y en a d’entre vous qui tournent mon écriture au ridicule… Pour moi une journée sans écrire c’est presque la mort… Je suis pas scripteur humoristique j’ai pas ce talent-là. Je suis pas drôle, à mon tour de trouver ridicule la peste d’humoriste qui sévit… Je laisse ça là, allez rire même si je crois que c’est plutôt jaune… Je sais j’ai pas l’intensité d’un Kafka ni les images d’un Camus. Je devrais les relires pour savoir de quoi je parle. Y’en a le dernier livre qu’ils ont lu c’est y’a cinquante ans au  collège d’enseignement général et supérieur, on ne lit pas chez ces gens-là monsieur… Tout est télévision… Je pense à ma culture générale pas suffisante pour être journaliste… Je crois que les vols pour l’Europe on recommencer pendant ce temps-là les frontières canadiennes sont fermés et toute l’industrie aérienne est malmené… Je pense pas refaire un voyage a aussi bas-prix que le dernier à San Francisco… Encore un an ou deux et les choses vont se stabiliser. Je voudrais mettre du poids dans ce que j’écris, la pesanteur dans mon sentis… Cette semaine à la radio j’entendais l’animateur parler d’un certain milieu germano-pratin de l’époque qui faisait et défaisait  un écrivain, je crois que c’est encore beaucoup comme ça vous allez me trouver fatigant je pense aux Illusions Perdues de Balzac et aussi aux Ulysse de James Joyce…Souvenir de ce couple au regretté bistro les Bobards, qui me demandait pourquoi j’animais pas des soirées de poésie micro-ouvert ça partais sur de bons sentiments mais j’en étais à mes derniers milles dans la night life… Oui! À part en milieu scolaire je crois que l’écriture est difficile… Je pense aux regretté poète Gilbert Langevin qui se promenait avec un chariot d’épicerie dans le  quartier latin aux alentours de l’université du Québec à Montréal… Ma lectrice privilégiée me parlait de deux copines à elle, une qui s’éditais à compte d’auteur, une autre dont l’éditeur fermait, mettais la clé sous la porte… Je pense à m’auto-éditer si vous connaissez où vous-même pouvez me donner un coup de main écrivez moi. J’écris ça je sais pas vraiment… Mon blog attire suffisamment de lecteurs, un livre ça finirais dans la poussière sur une tablette… Je pense qu’on en est pas encore à considérer le blog comme de la littérature . Je vais plutôt voyager, pas de compte d’auteur… J’ai hâte de voir ce qui arrive avec le Boeing 737 Max, de toute façon y’a plus beaucoup de vols, la Covid-19 dérange beaucoup de choses. Voilà! Abandonnez pas! C’est la conclusion, vous pouvez lire ceux qui précèdent. J’essaye de terminer avec une épilogue qui a du sens…. Comme toujours je vous remercie tous d’avoir lu jusque-là!!! Ça se termine de la même façon, inquiétez-vous pas y’en a d’autre à venir pour le moment c’est ça. À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

mardi 30 juin 2020

Drapeau


Bonsoir! Bonjour! Gentille sortie ce matin avec l’ami historien de l’art… Le restau faisait pas le service au table on a marché jusqu’au  Tim Horton rue Ontario l’ami était en verve, pris quelques beignes et des cafés qu’on est allé manger sur un banc le long du centre Jean-Claude Malépart… Ce soir je suis tout courbaturé, suis tombé en essayant de ramasser un sac qui volait au vent… En quittant le parc j’en ai profité pour faire une photo, une sorte de nature morte de chaussures qui ne respectent pas les deux mètres comme a dit l’ami… Je le remercie pour cette matinée j’ai bien aimé… Me suis préparé un café, c’est la fête du Canada et encore plus important c’est l’anniversaire de mon beau-frère, je lui en souhaite un joyeux et j’ai hate de le rencontrer pour piquer une jasette dont lui seul a le talent… Premier juillet c’est aussi la journée des déménagements. À Montréal plusieurs familles n’ont pas de logement… Moi j’ai hâte de voir de combien mon loyer a augmenté. J’ai perdu la paperasse sur lequel c’était inscrit… Les frontières de l’espace Schengen sont ouvertes, les canadiens peuvent s’y rendre  mais il est trop tôt les assurances ne couvriraient pas on va attendre encore un an… Le Boeing 737 Max a effectué son premier vol de certification depuis les accidents, ont souhaite que tout soit en ordre. Je rêve encore de partir, j’irais bien passé quelques jours dans un hôtel de la rue Mouffetard à Paris… La vie a repris à Montréal, je reste confiné, je sortirai pas à moins d’extrême nécessité en cette fin de mois je suis sortis deux fois avec des amis. Je rentre dans mes « terres ». Mon écriture n’est pas exceptionnelle  c’est juste le quotidien d’un quidam pendant la pandémie.  J’ai baissé la garde, je regrette pas j’avais un masque mais ça remplace pas la distanciation. Cette semaine j’ai une rencontre virtuelle avec mes collègues du Centre d’apprentissage santé et rétablissement on va essayer de terminer sur papier  une formation sur la stigmatisation qu’on doit donner. Je pense que l’écriture me fait du bien, je suis dans aucun cercle d’écrivains. J’ai pas de difficulté à comprendre que ça se fait seul. La solitude seras jamais aussi grande que dans les débuts de la schizophrénie… Bon! Probablement qu’aujourd’hui il y aura un déluge d’unifolié… La Gendarmerie Royale du Canada va parader… On verra peut-être quelques castors… mais moi je serai chez moi avec un peu de paranoïa… Y’a longtemps que j’ai pas consulté, j’ai commencé des démarches mais ça risque d’être long… Je me dis que dire… Bon! J’ai pris une pause en ai profité pour tuer quelque mouches. Voilà! C’est l’épilogue, je vous écrirai pas l’hymne national… Quelques mots encore en espérant que ce qui précède vous a plu, lâchez pas c’est presque terminé. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! C’est la conclusion, les mêmes mots à la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Bye!!! Ciao!!!

Bernard

lundi 29 juin 2020

Fumée


Bonsoir! Bonjour! Je pense à cette mode en santé mentale de faire un livre. Je crois pas que ça fait ses frais. Je vous mentirai pas j’aimerais bien éditer de façon traditionnelle mais comment dire? Je crois que ça tomberais rapidement « lettre morte ». Ce soir je suis anxieux demain matin je déjeune au restau avec  un ami érudit d’art, c’est toujours des moments agréables… Je sais pas si mon bôf me lis toujours juste lui dire que j’ai terminé le visionnement de la série Mindhunter. C’est très angoissant comme série la façon dont l’inspecteur se met dans la peau des criminels… C’est très intéressant… Moi j’ai toujours eu peur de la prison et de la police c’est frappant… Hier un gars m’a dis qu’il trouvait beau mon t-shirt du Golden Gate  et je lui ai dis que ça venais de San Francisco, il a rajouté que cette ville étais pleine de latino et qu’il fallait pas faire confiance aux chauffeurs de taxi. Je crois qu’il y est jamais allé je me sentais en sécurité, c’était avant les événements racistes, les manifestations et le « black life matter » avec lequel je suis d’accord… Facile à dire je suis pas noir… Moi et ma phobie des policiers, j’en ai pas vue beaucoup en Californie… Aujourd’hui c’est ce qu’on appelait dans le temps la journée du chèque on le recevait par la poste avant que ça devienne le dépôt direct… Je pense aux soins psychiatriques que j’ai demandé, j’avais des problèmes d’ordre sexuel… Je suis pas guéris mais je me rétablis, j’ai demandé à consulter un thérapeute ça risque d’être long… Juste le fait de vous le raconter ça allège, ça enlève un peu de pression. C’est pas tellement qu’on savait pas quoi faire de moi, c’est que je savais pas moi-même… J’ai de la difficulté à écrire sur le ton de la confidence… Ce soir je suis content de vous écrire, je peux pas m’observer comme vous le faites, voir mon inconscient dans mes écrits,  ça reste à vous… Fin de mois torride, une autre canicule? J’aimais bien faire du camping si je pouvais j’irais marcher dans des sentiers hors de Montréal, la marche ça me détend ça m’apaise… Demain ce sont les déménagements et aussi la fête du Canada drôle de moments. Je pense à ma dernière copine comment elle avait brisé mon canif, c’était pas une arme j’ai jamais pensés à l’utiliser pour faire du mal, en camping un canif c’est pratique…. Quelques mots encore, c’est presque la conclusion, ça été comme toujours le journal du sentis dans le confinement. Ce matin je sors de ma réclusion volontaire, en attendant je vais essayer de dormir un peu. Bon! Je sais jamais comment vous laisser, c’est sans queue ni tête. J’y arrive abandonnez pas tout de suite, je termine en vous souhaitant une bonne nuit où une bonne journée c’est selon. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!

Bernard

dimanche 28 juin 2020

Fort


Bonsoir! Bonjour! Je pense à  mon regretté ami Michel, je crois qu’il aurais aimé ces temps propices à la réflexion.  J’ai finis le visionnement de la série Mindhunter c’est pas mauvais quoi qu’un peu long… Ce soir avant de vous écrire j’ai dormis un peu. Demain j’ai une réunion virtuelle, je suis pas tout à fait réveillé, je voudrais écrire un poème mais je suis pas inspiré… J’essais d’ajuster la ventilation du climatiseur, je crois être d’une race de maniaque qui s’amuse avec les mots… J’écris simplement j’espère, dans une couple de jours y’auras plusieurs sans logis… La semaine prochaine il seras permis d’évincer des locataires.  Plusieurs dans le désespoir de trouver un logement abordables vont dépenser leur allocation de subsistance, pas mal d’alcool et de plaintes… J’ai pas de leçon à donner mais c’est plus simple quand on suis les directives, les consignes… Parfois le regretté Michel, je peux en parler maintenant qu’il est partis, se prenait pour le chef des singes dans le film la Planète des singes, je crois qu’il voulait être le plus intelligent des moins intelligents, Il avait pourtant pas à s’inquiéter de ce côté-là c’était un homme brillant. Malheureusement il nommait tous ses talents comme des maladies… Quand je doute de moi que j’y crois plus je pense à mon passeport que j’aurais pas si j’avais un passé criminel… Je me répète, je raconte les mêmes histoires, confiné chez moi j’arrive pas à raconter de nouvelles histoires mon vécu reste le même. C’est la soirée de dimanche à lundi, je pense au train entre Montréal et Ottawa à la gare, un autre de ces lieu où j’aime bien trainer… Mes départs ne sont jamais définitif y’a toujours un retour de prévus. En fait je suis allé chez le gouverneur général c’est sa femme qui m’avais fait un hug.  C’est très mêlé ma prose ce soir… Y’a tous ces lieux de départs qui m’attendent mais c’est jamais définitif j’aurai vécu à Montréal… Je pense à cette maison aux allures de commune mais ça en étais pas une… J’ai jamais été très friand du retour à la terre toujours très urbain… Je suis vidé y’a longtemps que j’ai pas écris mon sentis peut-être qu’écrire me garde le sang-froid. J’ai jamais pensés à commettre des gestes criminels. Je crois que l’écriture me gèle… Ce soir y’a pas de paranoïa mais il s’agit que j’en parle pour qu’elle arrive… Voilà! Je suis dans la dernière centaine de mots… Me dénigrer voilà ce à quoi je pense, une sorte d’auto-flagellation, à l’hôpital quand je commençais ça le préposé à la réception s’en allait… Y’a des choses que j’ai rayé de ma vie, j’espère qu’elles vont le rester, je veux bien dormir… J’arrive pas à finir, les grands écrivains sont jamais à court de mots, ils peuvent nommer leurs sentis, j’y arrive pas… Je suis juste un petit tâcheron du clavier. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard


samedi 27 juin 2020

Inconnu


Bonsoir! Bonjour! J’ai des reflux gastriques c’est désagréables, je pense à des copains qui se sont sorties de la rue, ils ont trouvé une partenaire, un bon boulot ont fait quelques enfants acheté une maison aujourd’hui les enfants sont grands moi pendant ce temps-là je trainais dehors toujours au même endroit… J’ai toujours trouvé la routine du travailleur difficile, pour l’amour Bernard cesse donc… Y’a juste dans l’abstinence que j’ai réussis… J’espère que mon journal de confinement est pas trop ennuyeux. Je vais me préparer un café… Les autorités parlent beaucoup de deuxième vagues on va essayer de pas y passer… C’est pas simple faut respecter les consignes… Quand je vois des avions à la télé je capote plusieurs modèles ont pas résisté à la crise, les aéroports sont vides voilà une chose que j’aimais faire voyager, ça va prendre trois ans avant de revenir au niveau de deux mille dix-neuf… Je vais attendre regarder les destinations  dans ma folie je me sens responsable de cette crise, on a mis fin à mes voyages pour me punir ça c’est de la folie paranoïaque… J’aime aussi être dans le hall d’embarquement et attendre, c’est une sorte de lieu neutre et sécuritaire… J’espère que mon lecteur technicien à la Rolls-Royce va continuer à s’occuper des moteurs que la crise le toucheras pas trop… En attendant que tout revienne à la « normale » je vais économiser pour mon prochain départ. Je dirais aux lecteurs intéressé qu’on pourrais se rencontrer sur une terrasse à Paris, ce serait bien… Je préférerais beaucoup vous attendre là que dans une urgence d’hôpital  à Montréal… Demain dimanche je reste confiné pour me protéger… J’aime beaucoup avoir un sentiment de départ, un parfum européen c’est que des bons souvenirs, sortie du train à grande vitesse pour une correspondance impeccable avec l’avion… Je me sens un peu étrange, ça parait que je suis pas sortis une fois cette année, souvenir de l’avion presque vide entre Toronto et Montréal… En attendant je reste chez moi au frais… Ouais! Le premier juillet qui arrive et cet autre sorte de voyage qu’est le déménagement, heureusement c’est un départ que je prends pas… Pas de vacance je le suis toujours… J’ai hâte de tous vous rencontrer en « présentiel » comme ils disent… Le temps avance vous vous faites rare, on comprends avec les enfants et les petits enfants… Tout ce monde-là ça grandis ça va à l’école et les petits vieux comme moi c’est pas très intéressant, les départs c’est pour ça se faire des souvenirs et des choses à raconter… Rester positif aussi même si je voyage seul, hier je lisais un article sur un écrivain voyageur qui a raté trois fois sa participation à l’émission la course autour du monde, il voyage quand même, il a pas laissé les autres décidés… Je suis pas encore allé dans des pays vraiment exotiques je vais attendre. C’est la conclusion comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!!

Bernard






vendredi 26 juin 2020

Jardin


Bonsoir! Bonjour! Cette nuit je profite de la climatisation bientôt ce seras samedi… J’ai dormis quelques heures… Ce soir il a plus… Je ne rêve plus de profondeur marine je pense aux abysses de l’âme humaine… Je radote un peu toujours la même chose, j’ai un parfum de poutine dans le nez… J’essais d’écrire et de dire, d’utiliser le langage du goulag occidental… Le voisin d’en bas s’est remis à gueuler, je sais pas ce qu’il dis. On approche de juillet, je me souviens pas de quel montant a été augmenté le loyer, je verrai bien c’est surement pas une fortune… Je pense à ceux dont le bail finis et qui se cherchent un loyer… Hier j’ai revu le surintendant de l’édifice, il a fait des crises cardiaques, ils lui ont fait trois pontages, j’étais heureux de le revoir c’est quelqu’un de très sympathique… Y’a pas de sport à la télévision, qu’ils prennent tous leurs temps, j’ai pas envie de me coller un autre confinement… J’ai toujours le même problème j’arrive pas à faire des phrases évocatrices de la douleur, de la solitude… Je dois vous dire je maitrise mes émotions, je me rétablis… Y’a des gens près de moi qui ont des projets et qui voudraient que j’y participe. J’ai déjà beaucoup d’implication je passe mon tour… Je trouve pas l’attaque de mon senti… Bientôt, tous les camions vont être réquisitionné ce seras comme toujours le déménagement. Je sais pas comment ça va se passer pendant cette pandémie si tout le monde va se trouver un logement… Samedi! Je crois pas que je vais sortir, j’ai besoin de rien d’essentiel… Faut pas baisser la garde plus que jamais respecter les consignes, je suis pas d’accord avec ceux qui disent qu’on leurs enlève leurs liberté. Je pense à ces américains qui disent ne pas respecter les consignes parce qu’ils sont dans un pays libre qu’ils ont le choix c’est jouer avec la santé de son prochain. Je sais pas pourquoi j’ai la toune Kung Fu fighting qui me trotte dans la tête https://www.youtube.com/watch?v=jhUkGIsKvn0  mon lecteur de Deux-Montagnes et l’autre chauffeur d’autobus de la couronne nord étaient de grand fan de Bruce Lee… J’étais encore heureux à cette époque-là, c’était pas encore la débâcle, la folie, la maladie… Souvenir de ces matins pénibles il y a longtemps je voyageais avec le patriarche qui écoutais Jacques Proulx  à CKAC, plus jamais je ne veux revivre ça… À cette époque on se souciais pas de ma santé mentale pourtant je souffrais… Je faisais un travail d’abrutis… C’est loin tout ça pourtant ça m’a marqué, je crois que j’en étais à une dépression qui me menait à la schizophrénie… Jamais plus, jamais plus les profondeurs du désespoir, quelques mots encore pour terminer, la conclusion l’épilogue… Je pardonne bien que je l’avais pas demandé… Voilà! Je me rétablis, je suis devenus un petit vieux aux cheveux gris presque blanc. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!!

Bernard

jeudi 25 juin 2020

Tête


Bonsoir! Bonjour! Toujours à l’affut de ce qu’il pourrais y avoir d’ intéressant dans ma tête, y’a une série télévisée qui déteins sur mon écriture… C’est la nuit de jeudi à vendredi, j’ai démarré le climatiseur pendant que le coronavirus fait des ravages aux États-Unis… Hier soir j’ai un peu relâché le confinement je suis allé manger un burger et des frites avec un copain, y’a longtemps que je voulais faire ça. On a un peu parlé de notre programme commun par où on se reconnait… Les bars sont ouvert je suis très heureux d’être débarrassé de cette mauvaise habitude … Pour moi l’alcool c’est pas un commerce très honnête… J’ai peur de la deuxième vague et aussi d’un sursaut de la première parce qu’on à eu un relâchement et qu’on a pas respecté les consignes quand même je suis pas l’expert, l’épidomologiste… Je vais essayer d’entrer dans mon monde plus intime, hier j’ai été très heureux de discuter avec mon lecteur chauffeur d’autobus de la couronne nord… Ce vendredi je reste confiné c’est plus prudent… J’ai hâte de continuer mon travail avec le centre d’apprentissage santé et rétablissement, Recovery College… Le combat contre la stigmatisation a mené sans relâche… Je signale à mes lecteurs de Mont-Bleu et de Gatineau que j’aime bien la série Mindhunter, elle me fait peur mais est intéressante… Je sais pas si mon lecteur de Deux-Montagnes à suivis mon conseil pour les belles bagnoles… Je vais pas vous raconter d’histoire moralement c’est jamais aussi douloureux qu’un mal de dents, qu’une rage… Parfois je me regarde aller et je me dis que je suis dingo mais c’est pas avec ça que je vais remonter l’estime que j’ai de moi… Je crois que ça va être long avant qu’on puisse repartir en voyage de façon sécuritaire… Bientôt  juillet… J’ai envie de vous dire que si jamais vous avez besoin d’un conférencier sur la schizophrénie et le rétablissement pensez à moi… Ouais! Premier juillet bientôt fête du Canada et anniversaire de naissance de mon beauf… Encore quatre jours avant que les gens terminent leurs baux et déménagent… Moi je reste ici ça fait plus de vingt ans… même plus de vingt-cinq ans… Cette année ce seras mes soixante-quatre ans, je vais un peu vite en affaire on est pas rendus là… Je sais pas si écrire est un signe de maturité, j’aimerais bien que ça permette une prise de conscience… J’écoute ce que ça me dis et c’est le silence comme si je devais  mettre mon cerveau en marche, comme si réfléchir était une affaire mécanique… Au fond je suis heureux, c’est toujours un bonheur de vous écrire, j’y vais pour quelques mots encore n’abandonnez pas… Je suis pas loin de la conclusion, de l’épilogue… La nuit est bien avancée, je crois que le plus difficile dans ma vie est passé. J’espère que la misère recommenceras pas. Voilà! Je ferme pour ce soir comme toujours en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Ciao!!!

Bernard

mercredi 24 juin 2020

Fraîcheur


Bonsoir! Bonjour! Mais non je suis pas un monstre l’idée c’est de travailler. Me servir de la machine pendant ce confinement. Pour le dé-confinement je touche rien je laisse ça comme ça, j’ai quand même peur d ’être infecté. Ce matin je vais chez le coiffeur… La semaine prochaine c’est la paye, je me souviens plus si je vous ai parlé de la taxe sur les produits et services qu’on nous a versé intégralement en avril on auras donc pas de versements ce mois-ci… Ce soir j’aimerais beaucoup vous écrire quelque chose de beau, je pense à m’acheter une brosse de coiffeur… Évoquer plutôt que dire la douleur… Plutôt que de mourir j’écris… Je suis submergé par la série télé que je regarde présentement, c’est tellement violent j’ai peur ma lectrice retraité du syndicat des enseignants du collège de l’Outaouais à raison la musique est bonne.,. C’est la nuit, lentement j’essais de développer, me suis rasé, douché et  parfumé de ce Burberry qui me rappelle l’Europe, le voyage. Je crois pas partir avant longtemps surtout si il y a une deuxième vague de covid-19… Ce matin les affaires reprennent bien que bientôt ce seras les vacances de la construction qu’on va tous passés au Québec, covid oblige… Souvenir de ces employés des transports en commun de Madrid ils étaient si gentils… J’écris, je répète,  je pratique, je me doute que la façon d’écrire vous intéresse pas beaucoup pour vous c’est plutôt ce qu’il y a dedans… Quand on dis Shakespeare a tout dis je sais pas pourquoi on s’échine à écrire tout ce qu’on peut faire c’est de rajouter des accessoires du monde moderne, les émotions, les sentiments sont pas différents à l’infinis… Je suis content j’aime ça quand je sens bon. Me suis préparé un autre café, ai mangé un yogourt Liberté grec à la vanille… Je me sens comme dans une nuit de dimanche à lundi… Je pense à premier jours la photographie de bébé c’est très beau… Je me sent vieux et dépassé avec mon écriture, je crois que la place est pour les plus jeunes quoi que J’écris pour transmettre de belles et bonnes valeurs malgré la schizophrénie… N’en reste pas moins qu’écrire c’est ma passion, c’est mon rêve, c’est ma liberté… Je pense à mon lecteur de Deux-Montagnes qui me demandait pourquoi j’écris, j’ai pas su quoi lui répondre mais pour moi y’aurais pas de vie sans ça… Je la veux intime cette écriture avec une teneur émotive. Mais oui j’aimerais qu’on y vois de la beauté… Voilà pour cette nuit, je sais pas trop comment finir, il fait plus frais… Je salut tous mes lecteurs c’est toujours un plaisir de vous écrire… Je sais y’en a d’entre vous qui n’aiment pas les fous mais vous pouvez toujours lire autre chose… J’espère faire œuvre utile… Là c’est vraiment l’épilogue la conclusion, comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Je cherche les bons mots pour finir. À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!

Bernard




mardi 23 juin 2020

Nation


Bonsoir! Bonjour!  Viens de regarder le show de la Saint-Jean, y’a des années que j’avais fait ça. C’était émouvant pour moi c’était un spectacle réussis j’en ai versé quelques larmes étonné d’entendre Promenade sur Mars par une gang de filles qui donnent la chair de poule, beaucoup d’autre beau moments aussi, bravo à tous ces artistes. Y’avait beaucoup  de nostalgie, j’ai bien vus que je me faisait vieux… Content aussi de voir et d’entendre Isabelle Boulay ma chanteuse préférée… Très touché d’entendre la comédienne dire les noms des rivières dans les différentes langues amérindiennes… L’heure était au confinement pas à l’indépendance… Hé oui! La Saint-Jean-Baptiste la fête nationale. J’ai longtemps été très triste dans ce temps-là, à tous  les ans je pensais me faire une copine mais ça n’arrivais jamais, c’était l’école qui se terminais et l’été qui démarrais, y’a jamais fait aussi chaud qu’en ce moment. Quand même cette année on a heureusement pas eu les images des fêtards saoul, c’est tant mieux… Souvenir des copains qui se produisaient avec leurs band rock, les branchements des amplificateurs sur la scène était toujours saturé… Ce temps-là est passé, je suis seul et j’apprécie… Je crois pas pouvoir écrire une grande œuvre.  Encore faut-il que ça en soit une… Demain tout est fermé ça seras pas très différent des mesures de confinements qu’on vient de vivre… D’après les experts il semble qu’il y auras une deuxième vagues, on va rester avec les mesures… Je sais pas si mon lecteur du Mont-Bleu à Hull me lis encore, à la télé y’avait Lara Fabian,   on s’amusait bien avec sa version du Je suis malade de Serge Lama je sais pas si il s’en souviens… Des fois je m’ennuie de la visite mais tant que le corona virus seras pas disparus je pourrai pas inviter personne… Cette semaine sortie exceptionnelle jeudi matin je vais chez le coiffeur… C’est toujours aussi difficile de décrire ému ces moments larmoyants… Je regarde des séries en rafales et je me souviens même pas de leurs intitulés… J’ai la tête pleine d’images, j’aime bien les séries télévisées pour ça parfois y’a des plans des couleurs et des images de toutes beautés. Avec la fête nationale reviens le pays, j’ai le temps de mourir je le verrai pas… De toute façon je crois pas qu’on ait besoin de moi pour le bâtir l’indépendance c’est parfois la psychose… Le show de ce soir s’est bien passé ils ont dit l’essentiel… Ça fait des années qu’il a pas fait  chaud comme ça dans ces temps-ci… Je reviens toujours aux itinérants c’est moins difficile de coucher dehors… Je persévère avec cette écriture, vous êtes presque arrivé à la fin… Je pense à un film où on voit un gars boire du scotch en mangeant,  ouachhh!!! C’est jamais facile de vous guider dans la conclusion, encore une fois bonne fête nationale. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! J’espère que ça vous plait, à la prochaine je l’espère, au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

lundi 22 juin 2020

San Giovanni


Bonsoir! Bonjour! Cette année pour la Saint-Jean, pandémie oblige, on auras pas de ces énormes fêtes juste un gros show télé. Pas de saouleries de la fête nationale sauf si on est chez soi… Y’a longtemps que je ne bois plus d’alcool… Tiens je vous raconte l’anecdote d’aujourd’hui,  j’ai remplis un formulaire pour être membre de l’Association québécoise de réadaptation psychosociale je sais pas pourquoi une fois tout terminé à la case sexe c’était inscrit féminin, ça me bouleverse je suis peut-être pas très viril mais je suis masculin et j’ai pas l’intention de changer de sexe pas plus que je suis homosexuel bien que plusieurs le croient… J’ai beaucoup souffert de pas avoir d’amie ces temps-ci de l’année… Maintenant ça fait des années que j’ai pas été en relation avec une femme je m’en porte pas plus mal, le désir, la libido sont disparus et c’est tant mieux pour moi la sexualité à toujours été un monde de souffrance, vous pouvez pensés ce que vous voulez de toute façon ça ne regarde que moi avec qui je partage mon lit… Ce soir je suis dans les grosses confidences, je préfère être seul… Je sais y’a des façons plus délicates de dire ça… Je vous raconte ça en pensant aux amis homosexuels, ils ne sont pas épargné… Ce matin à une réunion zoom quelqu’un parlait des coquerelles comment c’était désagréable… Souvenir de la belle-sœur d’une copine,  j’étais chez elle et elle m’avait traité de grosse tapette et cette personne-là travaillait dans le réseau des affaires sociales… C’est toujours étonnant de voir combien il reste de blessures même pendant le rétablissement d’un alcoolique… J’ai vraiment pas grand-chose à dire ce soir, écrire c’est mon bonheur… Parfois je cherche à savoir comment je vais finir ma vie… Je le répète je suis pas gay mais au fond je sais pas ce que je suis et si c’est bien nécessaire de le savoir… Les bars les restaurants et les terrasses sont ouvert toujours avec les consignes… Moi je reste confiné, pas de sortie sinon un masque, lavage de mains, deux mètres de distance avec  l’autre… Je trouve nul les gens qui respectent pas les consignes, aujourd’hui y’a eu aucun mort c’est bon signe… Encore souvenir d’il y a longtemps où après avoir bamboché toute la nuit  je ne pouvais rentrer chez moi parce que j’avais pas payé le loyer… Les hétéros disent que je suis gay et les gays disent que je suis hétéro, c’est probablement du à la schizophrénie… J’aurai lutté toute ma vie contre toute sorte de problèmes. Je vous fait pas de cachette, je suis pas dans la subtilité des grands écrivains. Quelques mots encore pour en finir cette nuit… Le climatiseur ronronne et me garde au frais, la météo annonce de l’orage. Au fond je suis peut-être ce qu’on appelle une personnalité limite… Voilà! Toujours la difficulté de terminer, je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Lâchez pas c’est finis à la prochaine je l’espère!!!  Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

dimanche 21 juin 2020

Fraises


Bonsoir! Bonjour! C’est le temps des fraises. J’ai fait quelquefois ce travail mal payé et exténuant comme tous les travaux de récoltes j’ai jamais sus en faire un gagne-pain on me gardait jamais j’étais pas assez productif. A  Terrebonne y’avait un autobus qui partait du centre de loisir derrière l’église pour nous emmener dans les champs de Sainte Anne-des-plaines. C’était pas évident, accroupis toute la journée le soleil qui plombe sur la tête, j’arrivais pas à gagner l’équivalent du salaire minimum. Je détestais cette compétition, à qui remplirais le plus de « crate », en bon fils de bourgeois je préférais de beaucoup l’assurance chômage, si ça avait pas existé j’aurais bien été obligé de faire les récoltes, j’ai jamais été aussi travaillant qu’un mexicain expatrié,  laissez-moi vous dire que j’en mange pas de fraises pas même de confiture sur mes toast. Je pense à Steinbeck et à ses souris et des hommes, aux raisins de la colère aussi. J’entends le Woody Guthrie de la grande crise… Peut-être aussi le Bruce Springsteen de l’Amérique profonde et l’exil sud-américain… Ceux qui triment dur pour leur pain, je me dis toujours que si j’y retournais ce serait me pendre… Ce sont des souvenirs d’adolescence tout valait mieux que travailleurs agricoles. Après une journée dans le champ j’étais plus capable, la matriarche me disait d’ y aller, elle semblait pas comprendre comment ardus sont ces travaux du moins autant que les bleuets du lac Saint-Jean… Va pour un petit après-midi pour la famille mais jour après jours… J’ai presque oublié tout ça comment c’était difficile pour deux ou trois dollars et la matriarche qui essayait de nous faire comprendre que ça pouvait être amusant… Parfois j’avançais à genoux dans les rangs c’était pas la bonne méthode, je pense qu’à l’époque y’avait pas encore de travailleurs sud-américain. Guthrie parce qu’il y a pas d’union pour les damnées de la terre, j’étais pas encore adulte je savais pas ou allait me mener ces travaux de prolétaire… On peut pas aimer le short-cake si on a récolté… Je pense aux jardins du Saint-Jean-de-Dieu de l’époque, les malades y travaillaient à éclaircir les rangs a arracher la mauvaise herbe. Semble que cette année y’auras beaucoup plus de potager maison, j’ai jamais compris pourquoi j’aime pas jardiner peut-être que comme tous les travaux manuel que je fais j’ai le sentiment que je devrais y passer ma vie… On revenait de la récolte avec quelques sous, on s’achetait une bière qu’on allait boire au parc en disant qu’on ne nous reprendrais pas… C’était la récolte ensuite on passait l’été à niaiser dans le parc en épuisant nos allocations chômage… Je savais que j’irais pas loin pourtant j’avais pas de plan, à un moment est apparus le désespoir… Souvenir de réparation de bicyclette, la matriarche aurait aimé que j’aille au garage mais j’avais peur… Voilà! Je termine là-dessus, quelques mots encore. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard

samedi 20 juin 2020

Recollage


Bonsoir! Bonjour! Dimanche est arrivé souvenir de cette église remplie de monde à Paris… Je rêve toujours de voyage, je crois que ce seras pas avant un an ou deux… En attendant  je prie, je m’invente des prières, vous faites ça vous? Ça m’aide à vivre cette vie tourmentée. Cette semaine j’ai terminé un texte sur les pairs aidants je l’ai envoyé aux copains, je sais pas si ils vont l’aimer. C’est pas évident d’écrire cette nuit, le climatiseur me tiens quand même au frais, c’est comme si j’avais une fièvre qui me fait délirer, y’a beaucoup de gens qui passent sur la passerelle j’ai peur qu’ils brisent la climatisation. C’est beau temps pour les itinérants, les sans domicile fixe ils restent dehors toute la nuit… Je suis toujours étonné de les voir rouspéter quand ils me dérangent chez moi comme si ils étaient locataires partout… Les bars et les restaurants sont encore fermés, ils ont pas d’endroit où se cacher, où se doper, me semble que je vous ai déjà raconter ça… Je sais pas si je suis correct avec ces gars-là, j’appelle pas la police… Souvenir à ma sortie d’hôpital au centre-ville, le Saint Mary’s, j’avais mangé un hot-dog dans la roulotte l’Anonyme, cette nuit-là je me sentais vraiment seul et désespéré… Une vie « normale » tout le monde aspire à ça mais qu’est-ce que c’est? Je suis un vieux loup solitaire, la normalité j’y crois pas trop… J’aurai été « fou » une bonne partie de ma vie…. Cette semaine c’est la fête nationale, le patriarche en profitais toujours pour faire un voyage de pêche, je sais pas comment c’est avec la COVID-19… C’est la fête des pères je suis avec tous ceux qui me lisent. J’espère qu’ils passeront un beau dimanche, bonne fête!!! J’en ai pas fait d’enfant, j’avais pas de partenaire de toute façon j’aurais fait un très mauvais père comme dans la chanson de Stephen Faulkner. Je suis fauché https://www.youtube.com/watch?v=yKDyC-sdrMc  Souvenir de la super-maman en enfance, je téléphonais et elle m’écoutais pleurer avant de me passer sa mère… Je sais pas si le bôf me lis mais je lui souhaite une bonne fête des pères… Lentement juillet arrive, c’est l’été, y’a une chanson que je trouve plus Voilà une chanson de canicule, Somewhere down the crazy river  https://www.youtube.com/watch?v=4KP9PNSUME4  Je me souviens je dansais comme un malade dans les nuits torrides, après j’allais m’installer sous la sortie de la climatisation… Ça fait longtemps déjà plus de vingt-cinq ans… Cette nuit c’est un journal de canicule et de confinement, j’en sors pas je reste seul chez moi je me lave les mains, je me tiens à deux mètres du voisin et je cache mon visage… Voilà! C’est presque terminé quelques mots encore, je pense à tous mes lecteurs lectrices avec toujours cette même difficulté… Je suis réveillé c’est bien j’entends pas gueuler. J’y arrive à cette damnée conclusion. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!

Bernard

vendredi 19 juin 2020

Force


Bonsoir! Bonjour! J’ai de la difficulté a démarrer ce soir. C’est samedi je poursuis la lecture d’un roman que j’ai acheté. Le climatiseur ronronne il fait tellement chaud… Je me cherche un à propos… J’avance lentement vers samedi je vous remercie pour votre lecture attentive d’hier. J’aurais aimé suivre la formation de préposé au bénéficiaire mais parfois je réalise pas l’âge que j’ai je suis plus apte à  recevoir les soins qu’à les donner… Cette nuit je prends mon temps… Hier soir j’ai regardé un autre film documentaire sur Paris et le baron Haussmann, c’est tellement magnifique comme ville. J’ai hâte de pouvoir y retourner… Je laisse Paris là et je m’en vais à mon senti, je pense souvent à la schizophrénie … Je me rétablis… J’ai écrit un texte sur les pairs-aidants pour des amis je crois que ça leurs à pas plus, ils répondent pas… J’écoute mon monologue intérieur et j’ai toujours le souvenir de ce grand cri quand j’ai quitté la maison paternelle, l’anxiété c’était transformé en angoisse, l’angoisse en peur et la peur en paranoïa avec toujours en toile de fond la persécution et la mort… J’ai survécu jusque-là pour le reste je réussirai bien… Je trouve pas, j’écoute et ça me dis rien d’inédit. Je pense à Raphaëlle la fille de mon neveu lecteur, j’ai vieillis tout le monde est occupé avec les enfants je dois me débrouiller… C’est la canicule, hier j’ai pris une douche et je me suis parfumé. Je sens bon… Faut que j’accepte le fait que cette écriture peut être tout à fait inutile… Je suis obsédé par ce grand pays qu’est la France après tout ma langue c’est le français, je la soigne pas trop quand je parle, je préfère l’écrire… Je pense à l’Outaouais aux deux langues officielles, maintenant à Montréal on peut aller à l’ouest de la rue Saint-Laurent… J’essaye de trouver force et courage dans l’écriture… Le Plateau Mont-Royal l’avait cherché ils l’ont eu, la rue du même nom est devenue piétonne les hipster sont pas tous heureux… Je sais pas ce qu’en pensent les copains qui habitent ce quartier. Je sais pas si l’ami historien de l’art me lis toujours, si oui je le salut ici… J’aimerais bien aller niaiser sur une terrasse à Paris mais je vais attendre que le rétablissement du dé-confinement soit plus avancé. En voyageant un peu j’ai réussis à distinguer l’art nouveau de l’art déco… Quelques mots encore, moi je donne plutôt dans l’art crû comme l’avait écrit le regretté monsieur Barras à la limite je crois que mon écriture est kitch… C’était une réflexion sur l’art pas sur mon écriture… J’arrive à ce moment difficile où il faut terminer, la conclusion, l’épilogue…. Parfois des voitures passent et klaxonnent je sais pas trop pourquoi… J’ai hâte de repartir en voyage. La ville lumière il me semble qu’il y a pas meilleure destination. Comme toujours je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!

Bernard