jeudi 27 septembre 2018

Au présent

Bonjour! Bonsoir! Il fait un temps superbe. Je sais pas si je vais arriver à vous écrire aujourd’hui. Je suis envahi par la paranoïa des motards, le climatiseur viens de démarrer. Je prépare mon voyage en lisant mon guide… Je manque d’imagination, ce matin j’ai pris quelques photos… Pour ce qui est d’écrire je veux pas défaire le langage, inventer un dialecte criminel incompréhensible. Comprendre et être compris même si parfois j’ai peur sans raison… Aujourd’hui à la réunion on m’a dit que je ferais un beau voyage même si c’est encore loin. Je viens de ramasser un stylo brisé, je me rappelle pas l’avoir cassé, je crois que c’est quand j’ai essayé de réparer la brocheuse, je viens de la réparer, le stylo c’est plutôt quelqu’un qui est entré chez moi et l’a brisé pour m’embêter me persécuter, je sais même pas si j’ai encore des broches… C’est sentiment là, ce senti c’est la paranoïa, j’ai jamais compris pourquoi. Je vie seul et il est interdit d’entrer chez moi quand je n’y suis pas. Je paye mon loyer j’ai droit à la jouissance paisible des lieux… Je vais vous mettre une photo d’un monument conçu et réalisé par les employés de ce qui s’appelait à l’époque Saint-Jean-de-Dieu et qui représente l’historique de l’hôpital de mille huit cent soixante-treize à mille neuf cent soixante-treize. Partant de l’étoile, un, ça représente le grand rêve, deux, l’ombre et la lumière, trois, en marche, quatre, pas de géant, cinq, en pleine révolution. Ça date un peu, dans ce temps-là je crois qu’il y avait moins d’itinérant et c’était le début des nouvelles molécules de médicament. Je pense toujours à ces itinérants qui veulent pas être associé à la psychiatrie, des deux l’itinérance et la psychiatrie je me demande lequel est le plus stigmatisé. Tout ça se mélange parfois la maladie mentale est accompagné d’alcoolisme et de toxicomanie et on dénie, c’est pas moi je suis pas comme ça j’arrête quand je veux même si ça fait vingt ans qu’on essaye de se soigner. Je vous ai déjà écrit là-dessus… Le stylo j’aurais pu mettre la main dessus que dans quelques jours et je me serais souvenu de rien. J’ai des pics d’anxiété et d’angoisse, je crois que c’est la schizophrénie, je peux pas faire autrement que de vous raconter ce senti, ça m’aide à rester chez-moi… Ce matin j’expliquais pourquoi j’arrivais tôt c’est toujours l’anxiété… Je serais incapable de vivre dans la rue, je serais incapable de donner l’image d’un espèce de survenant, un Alexis Labranche qui reviens du Colorado, y’a rien de romantique là. On vis dans un monde toxique faut s’attendre à avoir des malades et dans le cas qui m’occupe des malades mentaux. Voilà! Je suis presque rendu à la chute je croyais pas me rendre là aujourd’hui, parfois je crois qu’on veut m’éloigner et qu’on ose pas me le dire… Je termine ici comme ça en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire