jeudi 13 juillet 2017

Au présent

Bonjour! Bonsoir! Me revoilà, y’a du soleil, tant mieux. Je vais essayer de vous parler de ma vie intérieure. Y’en a qui croient que je manque d’argent c’est pas vraiment ça, c’est plus le principe, cette façon qu’on les gens en place de nous faire attendre. Nous on a pas de moyen de pression, c’est triste… Je vous en parle pas plus ça risque de retarder encore plus les choses. Disons que c’est moi qui est anxieux, qui aime pas attendre… Comment je me sent? J’essaye de préparer mon voyage, je regarde les cartes géographiques pour voir où sont les hôtels par rapport aux différents musées, là je regarde un peu plus Madrid. Je lis aussi un livre sur Goya, je devrais en voir les œuvres au Prado. J’essais de pas être malheureux, j’écoute, étrangement mon discours intérieur est très plate, la télé est sur les actualités, nouvelle gouverneure générale, je pense à « Space Oddity » https://www.youtube.com/watch?v=iYYRH4apXDo de David Bowie le regretté. Je trouve qu’il y a un peu trop de génie sur cette terre. J’en suis pas un, génie ça fait beaucoup de pression pour faire les choses. Ce midi en allant faire les courses j’ai croisé un ancien détenu, il semblait pas croire que je l’avais identifié ça parais quand tu sors d’en dedans… Je trouve pas, c’est le silence dans mon âme, pour ceux qui y croient. Pour moi la vie est là dans l’âme dans ce que je crois faire de bien. C’est difficile de nommer ces émotions, comment elles surgissent même au travers d’un certain confort… Je pense à ce roman de Louis-Ferdinand Céline que ma regretté sœur m’avait offert. Je l’ai lu bien des années après quand j’ai été sortie de ma chute dans les bas-fonds. La vie a continué mais on y pense quand même à la regrettée.  Je sais pas pourquoi je vous parle d’elle, je pourrais vous parler des nombreux disparus dans les différentes familles, les arrières grands-pères et grands-mères… J’essaye de me souvenir de comment ils étaient, je sais pas trop, j’arrête là, ils nous manquent… Voilà! J’ai tellement hâte de partir en voyage, de voir avant qu’il soit trop tard, sortir un peu de mon quotidien. Je vais être bien quand je serai assis dans l’avion, j’ai choisis des sièges à l’avant… J’ai un peu peur d’avoir de la difficulté à trouver le vol entre Barcelone et Madrid. Tranquillement les jours passent et bientôt je vais y être… Je sais pas quoi vous écrire, le départ c’est pour bientôt, je m’étais promis de pas vous écrire sur le voyage avant de partir. Le copain navigateur « Yo no soy marinero, soy capitan » viens de me téléphoner… Je pense à tout ces jeunes qui adorent l’argent, dont c’est la valeur principale pourtant. C’est toujours très difficile de conclure, de fermé un texte, je sais pas vraiment faire pour me taire avec du sens. Je termine sur ces mots, merci d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!! Ciao!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire