mercredi 26 juillet 2017

Au présent

Bonsoir! Bonjour! C’est la nuit avec mon insomnie. J’ai démarré le climatiseur, pense à mon lecteur historien de l’art, je vais essayer de trouver une photo qui va lui plaire. Comme cette semaine c’était le cinquantième anniversaire du passage du Général De Gaulle. J’ai décidé de vous illustré ça avec une sculpture d’Olivier Debré qui évoque un Obélisque en hommage au Général De Gaulle, une œuvre de mille neuf cent quatre-vingt-douze faites de granit, d’époxy, de ciment et de peinture  de sept segments superposés elle cherche à souligner l’idée de liberté à laquelle Charles de Gaulle aura contribué. Une faille peinte en bleu cobalt traverse la sculpture sur toute sa hauteur, ses dimensions sont de 17,80mx 2,40 mx 2,70m on peut la voir au parc Lafontaine. Je vous mentirai pas je pense à l’ami historien de l’art qui m’a envoyé sa « badge » rhinocéros, je crois qu’il en était plus près que je ne l’ai jamais été mais j’ai toujours eu une admiration sans borne pour le docteur Ferron. De Gaulle selon moi c’étais l’envers des rhinocéros c’est ce qui donnais du sens à la quête d’un pays, j’étais trop jeune pour être du RIN mais je percevais bien quand même qu’il se passait quelques choses. Cette liberté tant chérie, je l’aurai pas vu et maintenant j’aime pas les faces qui veulent nous y mener, Parizeau, Lévesque c’était des hommes d’état ceux qui sont là maintenant font bien piètre figure, on auras manqué notre rendez-vous avec l’histoire. Bon! Trève de vieille histoire! Je suis qu’un quidam, un type qui avalait des brèves de comptoir. Je pense à cette gentille serveuse qui un jour m’a dis que le bar était pas fait pour parler, du moins à jeun, j’y suis jamais retourné, je ne bois plus et c’est tant mieux… Je suis un peu vieux pour chercher la figure du père. Le patriarche est décédé, c’était un homme de peu de mots, ce qu’ils aimait faire c’est chanter. Une autre nuit qui passe le départ s’en viens lentement, je pense que je suis prêt je vais essayer de visiter l’essentiel. J’aime beaucoup vous écrire de mes insomnies. Après je vais réviser mes guides je pense à voir les œuvres des grands peintres, j’espère que je vais y arriver. J’ai encore une fois hâte de m’asseoir dans l’avion et tout autant être à l’aéroport et attendre le départ, m’enregistrer moi et mes bagages. Il s’agis toujours de mon senti, de mes espoirs décati, la musique est triste et nostalgique, j’espère qu’il y auras un bon film dans l’avion. J’ai de la lecture pour le voyage, et ça va j’espère me donner un peu d’inspiration. Tout à coup j’ai envie de tout briser, de tout arrêter, on dirais un manque de maturité pourtant j’ai plus douze ans. Comme toujours je m’y prends un peu tôt pour terminer. J’espère qu’aujourd’hui il va faire beau. Je termine là-dessus en comme toujours vous remerciant de m’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!! Au revoir!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire