samedi 29 octobre 2016

Au présent


Bonjour! Bonsoir! J’ai envie de vous raconter ma paranoïa comme un roman policier. Un détective privé qui vie dans une petite chambre et qui cherche le coupable de l’incendie criminel de l’hôtel où y’a eu un mort. Un vieux sacs à vin qui ne dormait qu’une fois saoul et qui a été étouffé par la fumé. C’est pas évident de trouver le coupable. J’ai encore souvenir de cet homme qui disait avoir mis le feu à une grande maison qui lui appartenais dans le nord, Il disait avoir fait ça pour les assurances, c’est vieux tout ça ce type doit être mort. J’étais un bien piètre détective privé, je chantais Mystère bonne blues. J’ai eu connaissance aussi d’un cambriolage je pouvais pas les déclarer c’était les copains. Je me sentais poursuivis soit par le millwright soit par le professeur de science morale. Ma schizophrénie elle viens je crois de ces doublons là, sans vous parler des femmes qui discutaient avec moi à ma table deux par deux. J’étais battu j’ai du quitter la ville et m’installer dans un studio remplis de coquerelles, l’enquête et le complot je savais plus lequel était lequel ça aussi c’est de la schizophrénie, sans vous parler que comme un innocent je jouais les gardes du corps. J’ai la musique de la soirée du hockey dans la tête. https://www.youtube.com/watch?v=pCyR_TMZLBA  Le complot reviens quand j’écris comme ça j’ai peur de me faire tuer mais il y a si longtemps ce serait déjà fait. À l’époque j’ai acheté une guitare volée, je sais où, la propriétaire l’avait vue dans la chambre son nom était écris dedans. Ce que je vous écris là c’est le côté moins beau de ma folie, la police m’embarquait c’étais toujours pour m’amener à l’hôpital chez les fous où y’avait de vrai pyromanes. Je me souviens plus quand j’ai cessé mon enquête, j’ai arrêté de boire et une autre brasserie a passé au feu, ni où le complot s’est arrêté, c’est digne d’un mauvais roman policier. Parfois en mauvais détective je baissais la garde et me laissais endormir par des propos idiots. Plus tard j’ai cherché qui cognait au plafond de mon appartement, c’étais le complot, c’étais l’ennemie, celui qui me traquais, celui que je ne trouvais pas. Ce que j’écris là ça ressemble à un rapport pour un client, un rapport qui se termine en cul-de-sac. Ça m’a pris du temps avant de réaliser que les femmes pouvaient être méchantes. J’ai « Le faucon maltais » en tête http://www.allocine.fr/video/player_gen_cmedia=19424717&cfilm=1809.html  un détective au cinéma ça attend pas, dans la vrai vie ça cherche dans des moments d’attente. J’ai pris ma retraite je n’enquête plus y’a personne qui veux m’engager à part peut-être des victimes de vols à la tire. Je devrais chercher une place dans un magasin pour arrêter le vol à l’étalage. Je suis loin de la littérature de Dashiell Hammett. Y’a longtemps déjà j’ai laissé tout ça à la police. Je termine en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine!!!

Bernard

 

 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire