jeudi 8 septembre 2016

Au présent


Bonjour! Bonsoir! C’est un temps gris cet après-midi. J’ai dîné. Je trouve pas de quoi je pourrais vous entretenir. J’attends une émission de télé sur une maison de thérapie pour alcooliques et toxicomanes. Moi j’en suis à ma vingt-troisième années sans consommer je suis beaucoup plus heureux comme ça… Ma nuit de consommation est terminée, je suis maintenant en plein jour et sobre. Ce que je vous écris c’est à jeun… Mes finances vont bien je veux pas trop vous parler de ça, les vieux avaient pas l’habitude de parler de leurs paye, de leurs revenus, c’était comme se mettre à nu, se faire déculotté…  Pour revenir à la consommation je comprends la difficulté des jeunes à arrêter, ça m’a pris beaucoup de temps avant de pensés à adhérer à une fraternité. La vie sans alcool pour moi ça semblait impossible, maintenant les choses se font beaucoup plus facilement. J’ai jamais pensés réussir à faire tout ce que je fais présentement. Je vous dévoile des choses mais si ça peut aider quelqu’un tant mieux. C’est vrai que mon humeur est pas toujours égale que la paranoïa et la schizophrénie sont pas complètement disparues mais j’arrive à vivre avec sans que ça me fasse trop mal. Y’a longtemps que j’ai pas fait de psychose. Je crois avoir abordé le sujet précédemment. J’oublie pas que c’est grâce à vous tous qui me lisez que je me rétablis. Y’a le programme aussi que j’essaye de vivre un jour à la fois. Je trouve plus ça beau les décors et les éclairages de boîtes de nuit, les boules miroir c’est vieux et les danseuses nues c’est pas dans mes valeurs. C’est des thèmes que j’ai de la difficulté à aborder tous ces flas-flas pour vendre de la bière que j’aime pas. J’entrais au bar après le travail les jeudis de paye et j’en sortais saoul à sept huit heure ma journée étais faite. Je me rappelle un couple dans un bistro qui m’avait demandé plutôt que d’écoeuré les gens d’organiser des soirées de poésie. Je sais pas pourquoi j’avais dit non souvent quand on savais pas quoi me dire on me disait que j’avais une gueule de poète, j’ai acheté ça. Faute d’avoir le talent j’ai l’apparence, pourtant les poètes ont l’air de n’importe qui parfois la barmaid m’appelait le pur, je sais pas pourquoi. Faut pas que j’oublie qu’il y en a trois ou quatre pour cent qui se sortent de l’alcoolisme et de la toxicomanie. Une journée à la fois je continue à ne pas boire. Je le fait pour moi. Je sais pas trop comment terminer, je brise mon anonymat mais je suis certain que plusieurs ont vu la différence avec avant. Je voulais pas vivre près de Parthenais j’y suis et c’est pour le mieux. Je vous ai certainement écris là-dessus. Je fais la prière de la sérénité… La sagesse d’en connaitre la différence, voilà! Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!

Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire