mardi 13 septembre 2016

Au présent


Bonjour! Bonsoir! Je crois que je vais m’y remettre dans mes cahiers. Pour le moment j’y vais directement dans le blog. J’ai jasé avec l’ami de ma prochaine destination, je sais pas trop, je vais attendre… Aujourd’hui il fait très beau. Je suis un peu désemparé parce qu’endormis. Cet après-midi j’ai rencontré mon petit cousin écrivain on s’est serré la main et il est repartis faire son jogging. Je creuse dans mon âme si ça se peut, j’essais de trouver le filon d’expression. Je veux pas me dénigrer, hier on en était à dire que j’entendais pas des voix que c’était moi qui se dévalorisait. Quand je suis psychotique je pue, c’est pour ça que j’aime autant les douches, le savon et le parfum. Cet après-midi je tenais mon discourt négatif sur les pairs-aidants, j’aimerais pas beaucoup avoir à promettre des jobs dans le système de santé mentale. Je pense aux préposés aux bénéficiaires y’en a pas trop mais je veux pas me salir les mains. J’arrête ça là, si je travaille pas c’est que je suis trop vieux, ça fait une couple de jours que je dis ça. Y’a quelques années que j’ai pas consulté le psychiatre, je crois qu’il est aussi à la retraite. Je l’avais croisé dans une galerie d’art sans le saluer. Toutes ces jobs minables que j’ai fait, ma malhonnêteté de cette époque, pour boire et fumer. Je regrette… Y’a cette routine du travail de production en atelier c’était abrutissant du matin au moment où je me lavais les mains avant de sacrer mon camp. Trop fou, j’étais trop fou pour garder une job, pour comprendre qu’un salaire c’est pour manger, payer le loyer et s’habiller ça me rentrais pas dans la tête je tenais mon discours de gauche et lâchais la job. Aujourd’hui la photo seras un cliché de Toronto. J’y ai passé deux jours y’a trois ans… Quoi dire de ce qui est maintenant la métropole du Canada. Je sais pas. J’y étais allé pour un court film sur ma « personne » une espèce d’ambassadeur du rétablissement. Je me creuse la tête pour vous écrire quelque chose d’original. Ce soir je mange des côtes de porc, carottes et pomme de terre. J’essaye de plonger en profondeur dans mon âme mais j’ai peur de me noyer, de devenir plus fou et d’être incapable de l’exprimer. Voilà où j’en suis, je pense que c’est plus simple d’écrire des livres de recettes, comment faire une bonne choucroute. J’écris rien de virulent j’ai pas envie de commenter la course à la chefferie du P.Q. ni la présidentielle Américaine… J’ai quand même hâte que le monde aille mieux, que la barbarie cesse. Y’a une trève en Syrie j’espère que ça va tenir. Je suis désolé de pas vous écrire d’une façon plus constructive, une manière plus efficace mais je veux pas faire le gérant d’estrade. J’arrête d’écouter mon âme j’entends rien.Ouais!!! Merci d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Arrivederci!!! Ciao!!!

Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire