mercredi 27 septembre 2017

Au présent

Bonsoir! Bonjour! Cette nuit j’ai le tournis, je crois que j’ai bu de l’eau contaminée à moins que ça soit l’air du climatiseur. Mes textes devraient bientôt être mis en évidence dans un site web d’une étudiante de l’université d’Ottawa. Mes journées commencent tôt mais je suis content… La semaine prochaine je parle aux gestionnaires de l’institut… Là aussi je vais me servir de mon senti… J’espère être utile. Le climatiseur fonctionne, je me bat contre le sommeil, au Québec aussitôt qu’on voie une tour on y voit un phallus, c’est bête… Est-ce qu’on dis ça des silos à la campagne? Y’a rien de moins poétique que mes tentatives d’écrire de la poésie… J’irai pas en Chine seul, je vais y aller en tour guidée. Si jamais y’a une lectrice où un lecteur qui est intéressé de m’accompagner qu’il me fasse signe y’a rien qui presse c’est pas pour bientôt. Je sais pas ce qu’ils sont devenus les amateurs de pool de la tabagie. Billard et machine à boules, tout pour occuper les petits bums… Un bout de temps j’ai eu un agent à mes trousses, j’avais rien à me reprocher, je vendais rien. Je suis pas surpris d’être où je suis aujourd’hui mais malgré tout j’avais dans mon adolescence de bonnes valeurs, des histoires comme la mienne y’en a plein le Reader’s Digest. Je sais pas si un jour je partirais pour de bon quelques années disons… Cette nuit je suis pas angoissé, le goulag occidental est quand même tranquille… Je pense aussi à cette époque où je glandais au parc des canards. J’avais bien essayé de me remettre aux cours aux adultes mais j’avais l’aide de personne c’était trop difficile, étrangement j’ai une odeur de diluant à peinture dans le nez, voilà une autre chose qui m’a intoxiqué… Je pense à la shop, au bonhomme qui, je crois qu’ils appelaient ça comme ça, honais sur une machine j’ai jamais trop compris ce qu’il faisait. Il usinait les parois des cylindres pour favoriser l’étanchéité avec le piston et améliorer l’adhérence de l’huile. Il utilisait une perceuse à colonne. C’est des métiers spécialisés, je pense à mon lecteur de la Rolls-Royce… Pendant la canicule on suait c’était difficile le mélange de sueur et d’huile, j’ y arrivais pas, pas même capable de faire mon lunch avant de partir… Ouais! On sort de la shop pour ce soir, tout ça c’est des mauvais souvenirs. Elle n’existe plus depuis longtemps cette shop-là, le patriarche en parlait encore avant de mourir. Je crois que j’ai des cousins machinistes outilleurs. Bon la nuit est avancée, je termine ça bientôt, j’essaye de vous pondre une finale digne de la meilleure pondeuse du poulailler… Souvenir encore d’un autre boulot où je montais une maison de pièces… Milles métiers milles misères. Voilà! Je crois que ça va être tout pour tout de suite, lentement je termine en comme toujours vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! Lâchez pas tout de suite ç’est bientôt la finale. À la prochaine!!!
Bernard
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire