samedi 30 septembre 2017

Au présent

Bonjour! Bonsoir! Dehors dans le parc y’a un type qui gueule tout seul. Il est deux heure du matin. À l’époque ça m’aurais tellement stressé j’aurais pris ça pour une voix. Écrire c’est toujours une tentative on sait jamais si on vas y arriver. J’ai terminé la lecture du bourreau de Gaudi, ça s’avère un bon roman policier. Je crois que je vous en ai parlé précédemment, ai commencé la lecture d’un recueil Spirou c’est vraiment la détente, les dessins sont magnifiques. Samedi matin, je vais me préparer un café… Le senti est pas mal endormis, toujours en tête cette policière qui met ses gants en entrant chez moi. Si j’avais pas été calme elle m’aurais sortis par la force. Je médite sur ce que je vais vous écrire, une sorte de yoga intellectuel, souvenir du patriarche qui faisait des exercices le matin… Me souviens de ce moment d’égarement où j’ai cassé ma guitare et ma télé, c’était y’a longtemps, je savais plus comment m’exprimer, un moment de colère, j’étais désemparé… C’était le moment où je devais quitter la maison paternelle, j’avais peur, j’avais tellement peur, sans argent, sans boulot… Je devais sortir le nez de mes lectures et aller affronter le vrai monde. Je vie au même endroit depuis maintenant plus de vingt ans, le goulag occidental comme j’ai rebaptisé mon quartier, me va bien. J’ai mûri, je connais mon environnement, je crois qu’il n’y a plus de complot contre moi du moins je l’espère je touche du bois. Je pense à la neige et au verglas bientôt… Le gars à la taverne qui dis que je suis pas intégré, j’ai toujours détesté ce mot. Je pense qu’il m’offrais de faire partie d’une bande de petit criminel. Y’en étais pas question, j’étais assez dans la merde comme ça, j’avais déjà ma gang. À un moment j’avais plus d’argent pour me loger et me nourrir, le chèque de sécurité du revenus juste assez gros pour vivre chez ses parents, mais j’avais quitté le « nid » familial. Je reviens encore avec cette « saloperie » de schizophrénie comment les petits boulot ne me permettent pas d’espérer grand-chose.  Toute cette pression pour que « j’intègre » ce mot que je déteste tant, le marché du travail, c’est fou ce qu’il faut faire pour s’acheter du papier cul. J’ai hâte de repartir en voyage, j’en ai discuté avec un copain peut-être qu’on partirais ensemble, il prend sa retraite au printemps.  Voilà les yeux me ferment tout seul, j’ai encore sommeil, je vais essayer de terminer ça avant d’aller dormir. Tout à coup j’ai le thème musical de Twin Peaks la série de David Lynch dans la tête, c’est ce qu’on appelle une série culte. Je viens de manger deux toasts au creton  https://www.youtube.com/watch?v=i7d0Lm_31BE Y’a quelques années j’ai regardé cette série en rafale. Bien après sa première diffusion. Lentement je termine, j’espère que votre lecture vous à plut. Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire