dimanche 10 septembre 2017

Au présent

Bonjour! Bonsoir! Aujourd’hui je vais vous parler d’un autre arc, peut-être le plus célèbre, l’arc de triomphe de l’étoile à Paris. Sa construction a été décidé par l’Empereur Napoléon premier, débuté en dix-huit cent six et achevé en dix-huit cent trente-six sous Louis-Philippe. Il est d’un style néo-classique. Son architecte est Jean-François Thérèse Chalgrin, il est d’une hauteur de cinquante mètres, d’une longueur de quarante-quatre point quatre- vingt-trois mètres et d’une largeur de vingt-deux point deux mètres, son ouverture à eux lieux en dix-huit cent trente-six avec comme destination initiale, la commémoration de la bataille d’Austerlitz, sa destination actuelle  commémore la première guerre mondiale avec le tombeau du Soldat inconnu. Si vous voulez en savoir plus vous pouvez visiter ce site  http://www.paris-arc-de-triomphe.fr/ . Je reviens avec mon senti, quand je vous écris ça va mieux… Je veux pas vous écrire sur l’ouragan ici il fait très beau… Quel est mon état d’âme? J’hésite à entrer en contact avec les amis, parfois c’est comme ça que ma journée se débine… Mais oui y’a quelques années j’étais allé à Paris, j’avais adoré m’y promener et boire des cafés au bistro, je crois qu’ils réparaient l’arc de triomphe quand je l’ai pris en photo… Je sais ma recension des arcs ça fait beauf mais j’aime bien ces monuments… J’arrive pas à vous écrire, j’ai la tête vide en ce dimanche, un peu d’angoisse aussi… Comment ont dit? Veni, vidi, vici, je suis venu, j’ai vu, j’ai vaincu c’est très exactement les arcs. Mais oui j’ai vaincu la peur maladive que j’avais auparavant, je pense à ce commandant de bord qui me dis adios d’une façon impressionnante… Mon arc à moi il est tout intérieur, je célèbre ma liberté décomplexé. Me suis ouvert une boisson à l’orange, je préfère ça à l’alcool, ça aussi c’est une victoire. Plus je vous écris cet après-midi je sens une sorte de bien-être s’installer, c’est pas toujours comme ça mais en ce moment ça occupe mes pensées. Parfois la schizophrénie est presque absente, je vous écris en paix pourtant je sais que la souffrance va revenir plus ou moins intense, mais aujourd’hui j’ai une espèce de sérénité difficile à garder. Je sais c’est juste pour aujourd’hui, la culpabilité disparait parfois elle aussi. Je réfléchis à tout ça. Tiens! J’y vais sans justement trop réfléchir en rafale, je m’arrête… Dimanche! Je prie un peu même si ça vous fait rigoler. Bein non! Je vais pas à la messe même si parfois je me dis que je devrais. Je veux pas écrire des bêtises… Comme à l’habitude j’ai de la difficulté pour terminer, je vous demande de me pardonner, je pense à vous mes lectrices adorées. Comme toujours j’essais de tout donner, de pas faire l’excité de pas trop philosopher. Je sais j’ai démarré sur les chapeaux de roues mais je termine comme une tortue, lentement lentement dans le sable des idées perdues. Enfin! Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine je l’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire