vendredi 22 septembre 2017

Au présent

Bonsoir! Bonjour! Toujours la même tentative, écrire mon senti, essayer de le rapprocher du dire. Il est minuit quinze nous sommes samedi. Je me prépare un café, pense à mes velléité d’écrivain… Hier pour quelques instants j’ai perdu mes bracelets santé mentale. J’ai pris une pause et je les ai retrouvé dans le lit entre le matelas et la bordure, c’était certainement un épisode de somnambulisme  où je les ai enlevé inconsciemment, somnambule c’est pour moi ce qui est le plus proche de l’inconscient. Je me demande ce que ça voulait dire. Enlevé les bracelets c’est surement sortir du monde de la maladie mentale, se poser comme « guéris » même si ça n’existe pas, essayer de savoir ce que je serais devenu sans soin psychiatrique comment écrire que la mort m’attendais que j’aurais pas résister à la lourdeur schizophrénique avec les comorbidités.  Ce qui m’ « aidais » à vivre en même temps me tuais… Je pense à tous ces boulots ingrats et je vais pas m’humilier à vous les décrire, non plus que m’auto-stigmatiser, me dénigrer, je crois que quelques un d’entre vous jouissent quand je fais ça mais cette nuit je veux pas me faire mal. Y’auras pas de bière pour me remonter, j’y vais de façon sobre. Vous voyez j’en sors jamais de ce sujet, je pars des bracelets et me retrouve dans ce qu’étais l’ivresse… Souvent avec l’ami on s’étonne que depuis tant de temps on discute encore de ça, l’alcool avait pris tant de place, on vivait de chèque en chèque en s’achetant de la bière avec de l’argent empruntée. Je pense que c’est une des clés de la sobriété ramener l’alcool au conscient avec le savoir… Vers où ça nous amène… Vous devez être tannée de lire mes délires, moi ça m’aide à rester sobre, encore cette nuit les bars sont toujours ouvert mais je préfère m’asseoir chez moi et vous écrire… Vue de chez vous c’est surement ça que vous dites, c’est un malade un maudit malade! Mais oui, c’était pas de l’ordre de la névrose mais beaucoup plus de la psychose douloureuse, c’est pour ça que mon rétablissement est parfois difficile mais j’y arrive… Les thèmes sont pas différents, ce que je viens de vous écrire est je crois de l’ordre du senti, faut savoir distinguer le senti de la psychose, la paranoïa disait le psy ça se raisonne mais pas la psychose il faut avoir des soins. J’en ai été conscient très tôt de cette maladie, j’ai galérer d’hôpital en hôpital, d’urgence en urgence… Je suis heureux j’ai plus besoin de m’y rendre, mon senti se porte bien… Je pense au discours impossible que vous fait tenir la maladie, comment la folie est dangereuse pour soi et les proches… Lentement je me rétablis, je pourrais aussi vous écrire sur l’affect comment les relations amoureuses sont difficiles. Mais ce seras pour une autre fois. Je termine en vous remerciant de m’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire