mercredi 11 février 2015

Au présent

Bonjour! Bonsoir! Mercredi matin, j'essais de vous écrire quelque chose qui a du sens. J'attend l'émission littéraire avec Jean Barbe et compagnie... La lecture toujours, l'écriture toujours, rien n'empêche que je me sent lourd. Me prépare un café pendant qu'un barbu a bicyclette passe devant chez moi, il ressemble à un itinérant sur deux roues faut dire qu'ici y'en a beaucoup. Je vieillis, je déprime et le temps passe. J'ai commandé une clé usb ma connection est pas assez rapide pour déposer sur le nuage. Dehors le parc est tout blanc,je sais pas. je sais pas, je sais pas pourquoi je suis si fatigué. Vidé j'ai essayé de vous faire mon blog avec ma tablette j'ai abandonné, tout à coup j'entend des corneilles. Je suis toujours pressé de vous écrire pourtant y'a rien d'urgent. J'ai mal ça vous intéresse pas de savoir ça. Les corneilles croassent pour annoncer je ne sais quoi. Viens de voir un camion au sigle de Powermatic, une shop ou j'ai travaillé dans le temps. Je croyais que ça n'existais plus. À l'époque de mon début vingtaine j'étais heureux je sentais pas la douleur. Un jour tout s'est mis a débouler, la peur m'a emporté, je ne pensais qu'a me cacher. Je suis devenu fou et angoissé y'avait que la bière pour me calmer et encore ça a pas duré. Je préférais être en mauvaise compagnie que seul, niaiser au bistro c'étais mon lot. Y'a un événement sur la toile c'est de la poésie sale, je me demande pourquoi à un certain age la poésie se dois d'être sale, la poésie c'est pas un train ni un pipe-line de pétrole quoi que parfois ça pollue ce qu'on a entre les deux oreilles, quand on a quelque chose. Moi j'ai brûlé plusieures neurones sans parler des synapses, trop sniffé de savon. C'est utile ce que j'écris là? Écrire malgré et envers tout, écrire même si ça semble inutile, si ça mène à rien. Juste se faire un chemin dans la grisaille des désoeuvrés, faire acte de présence envers vous qui me suivez. Paranoïa quand il est question de se faire suivre pourtant je ne sais pas ou je vais. Et encore j'ai mal je veux un amour unanime, sans bon sens mais je connais la haine. Mon écriture en est une de Ti-Jos Connaissant m'a dire comme l'autre t'a pas voulus aller à l'école endure maintenant, y'a quand même des drames chez les gens scolarisés. C'est étrange j'ai eu toute la difficulté du monde a vous écrire ceci mais je me sent mieux. C'est pas vraiment réussis mais comme toujours j'attend vos commentaires, Ils se font rare. Merci d'avoir lu jusqu'ici!!! À la prochaine j'espère!!!
 

Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire