lundi 2 février 2015

Au présent

Bonjour! Bonsoir! Aujourd'hui c'est le vrai hiver de février. J'aime beaucoup ça y'a de la neige et je suis seul chez moi sans obligation de sortie. C'est mon cinquante huitième hivers au Québec. J'ai jamais connus autre chose. Ça fait vingt et un ans que j'habite le goulag occidental ou si vous préférez le centre-sud de Montréal.Je pense toujours au mal que j'ai fait avant. Je pense à vous tout ceux que j'ai cotoyé dans ma maladie ma folie toxique. Dehors il neige. Je sais ce que vous pensez c'est simple d'écrire je peux faire pareil, mais allez y!!! Ne vous gênez pas!!! C'est pas une compétition c'est juste un gars qui écris, enfin tout ça... Ce que je trouve domage c'est que je fait plus de sports, je marche par la force des choses j'ai pas de voiture. C'est tout blanc, le poète écrivait "la neige a neigée" et le chansonnier "Y fait pas chaud même si l'hiver est beau" Plume Latraverse. J'ai plus de longs délire hivernal, j'aime le silence sourd des chutes de neige. Le bonhomme se demandait toujours ce que faisait ces gens qui roulaient en voitures, ils ne travaillent pas? C'est drôle. Je sais pas si ce que j'écris ça tiens dans la durée, y'a ça aussi toujours revenir à écrire. Y'a une belle chanson de Richard Séguin là dessus. J'écris pour me débarasser de cette folie, pour dire aussi ce qui m'ennuis ce que j'envie. Y'a longtemps déjà j'essayais de vivre dans une maison de chambre c'étais l'enfer... Je crois avoir déjà écris là dessus, on ne se réinvente pas. Il neige toujours de la poudreuse, pense à ces gens ensevelis en montagne, y'a des risques hors pistes en ville on peux se faire frapper par une voiture qui glisse. La voisine asiatique écoute de la jolie musique de son pays, c'est oriental. Je regarde dehors les voitures qui passent, pense à Londres pense à cet arc pas très loin de Hyde Park. C'est l'après midi, je suis tranquille, je suis serein. La douleur du coeur est pas là. Je partirai pas pour Acapulco je reste dans la neige. Les amis me téléphonent, le bus passe. J'aimerais bien être inspiré faire de ma prose une poésie a lire en sortant de la nuit. Pourtant je ne suis pas gris ni des yeux ni des cheveux, poivre et sel et niaiseux. Je sais pas pourquoi je pense à ma nièce puéricultrice de Cantley dans l'Outaouais. Trois enfants une grosse famille, je crois qu'elle est heureuse. Toujours la neige, j'écris en après midi aujourd'hui. C'est blanc immaculée, bientôt je devrai y aller. Je sais pas comme toujours comment terminer. J'arrête j'ai finis de niaiser. Merci d'avoir lu jusqu'ici!!! À la prochaine j'espère!!!
 

Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire