mardi 4 décembre 2018

Au présent

Bonsoir! Bonjour! J’attends le versement d’une petite somme, j’espère que je suis pas responsable de l’absence de l’intervenante. Dans deux semaines je participe à l’enregistrement de l’émission Folie Douce… On va discuter de la nouvelle édition du livre  Les fous crient au secours, de sa pertinence aujourd’hui… Je crois que la mafia est après moi, c’est de la paranoïa. Mardi soir, je pense tout de même à mon voyage. Je revise mon guide National Geographic de San Francisco. Y’a des quartiers à ne pas fréquenter la nuit, je suis pas tellement sorteux le soir. Je vais être prudent. Encore un peu moins de quatre mois avant de partir… Je vous en aurai causé de ce voyage… Ce soir j’essaye la poésie comme le funambule sur son fil, le vertige de la douleur m’habite, j’ai rien pour la transcendée, écoute et vois l’absence de lumière dans mes vers, je suis seul et cherche à vous dire, y’a pas de permis pour les flâneurs, la nuit me tue tranquillement et je m’oppose au changement je ne sais pas ce que je veux dire loin du silence herméneutique, des grands mots, je ne sais pas ce qu’ils veulent dire… Encore une fois c’est la limite, je m’accroche au virgule c’est pas la poésie du gouverneur général, attends-moi, attends-moi toi là-bas, je veux être de retour avant de partir… C’est juste des mots de malade mental avant la poésie. Une fine fleur m’oublie, le train de la douleur s’écrit en sanscrit. Rien n’arrive… J’ai la peine de l’esprit, de l’obscur désir de poésie, les gars croyait écrire n’importe quoi inconscient… J’étais jeune et je ne savais pas. Toujours à me demander pourquoi, sans grand talent juste quelque pas. Je me fais des accroire de mauvais poète, de ceux des mauvais mots qu’on ne glisserait pas dans une lettre. Je scande comme dans les récoltes de coton, esclave courbé à la tâche… Rien moins que rien, incapable d’être nègre pendant la récolte, d’un blanc laid au mal de doigts. La foi est partie, je me nourris de désespoir halieutique parce que ça ne mord pas… Le fish and chips… J’ai jamais osé pêcher d’autre que vous, c’est moi le poisson, l’appât, le vers tout à l’envers, sans bon sens… Fidèle je vous dis et je ressens votre incompréhension devant cette mauvaise versification. J’étale mon ignorance incapable de lire la portée musicale des mots. Faire mieux, toujours faire mieux malgré tout, la censure que je m’impose c’est pas de l’audace… Vous y voyez n’importe quoi, je réussis pas précisément à dire mon senti, je laisse aller, couler… Y’a pas de génie là- dedans, j’aimerais vous faire comprendre… Un peu de liberté voilà ce que c’est, je vous aurai donné à la première personne du singulier. Pas d’interdit pour le poète simplet. J’en suis à la chute, je termine comme à l’habitude j’ai pas cherché. Je vous remercie d’avoir lu jusque-là!!! Encore quelques mots avant de vous quitter pour un prochain je l’espère!!! Au revoir!!! Ciao!!!
Bernard
 

Aucun commentaire:

Publier un commentaire