lundi 31 décembre 2018

Au présent

Bonne année! Pendant que vous allez tous réveillonner, regarder le Bye Bye, moi je me serai contenté du spécial Petite vie de vingt-quatre soixante et de quelques émissions en rafales sur l’aéronautique. Je vous écris comme ça en pensant au grand talent de monsieur Claude Meunier… Dans le temps on se préparais pour le réveillon… J’ai encore pensés au Lundi des Ha Ha! Ces shows humoristiques qui me font réfléchir sur un autre genre de A.A. pas très drôle… Ça me paralyse d’entendre de grands créateurs… Ouais! J’imagine que je serai pas tout seul devant mon écran à écrire et dans l’incapacité d’être humoristique. Je savais pas qu’à l’assemblée nationale on avait parlé d’humour, ça montre la profondeur de nos gouvernements… L’humour je suis pas bon là-dedans, mon créneau c’est la souffrance et la douleur qui me mènent parfois à la bêtise… Je crois que pour écrire un bon texte de la nouvelle année faut commencer l’été en pleine canicule au froid du climatiseur. Je veux pas singer les humoristes j’en suis pas un, je crois surtout à une écriture libératrice… Comme à mon habitude en pleine veille du nouvel an, j’y vais avec mon senti. Je me suis toujours dis que si on riait de moi c’est que j’ai raison.  Les intellectuels croient pas beaucoup à cette machine, à cette façon d’écrire qui s’appelle un blog, je continus quand même, j’essaye pas d’être comique. Excusez moé mais j’ai envie de toute kalisser ça là s’te nuitte !!! Vous voyez ma façon d’écrire quand je suis désemparé. Une autre année qui va débuter, le patriarche me dirait t’a pas voulus aller à l’école maintenant paye pour… Je sais pas pourquoi je vous écris ça, je suis vieux et il est un peu tard pour avoir des regrets de scolarité… J’écoute pas de musique de saison et je vous ferai pas de revue de l’année… Le célibat c’est ce que ça fait, la solitude en baillant aux corneilles… J’en vois déjà dehors qui fument n’importe quoi et qui ont une odeur de skunk, sans évoquer la puanteur du tabac. Je sais pas si ça existais une école où on apprend à vivre, moi j’ai appris que sur le tard à ma façon. Lentement j’essais de vous amener à la nouvelle année sans trop vous faire mal… Je suis seul et c’est parce-que je veux bien, je pense quand même à mes parents proche qui sont loin… Pour l’année qui viens je me souhaite des artistes qui vont moins dénigrer ceux qui ont besoin de soins psychiatriques. J’espère aussi faire une différence dans la dé-stigmatisation… Servir un peu d’exemple… Et surtout pas utiliser le mot intégration parce que c’est difficile et je le répète je suis vieux et intégrer. Je dis ça parce-que dans mes années de tavernes j’ai rencontré des gars qui voulait m’intégrer mais pas nécessairement au bon endroit. Voilà comment je termine cette année, je souhaite que pour vous la prochaine seras généreuse et en santé. Bonne année!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire