samedi 17 août 2013

Here is something for you and me

Bonjour! Bonsoir! De retour dans le goulag, heureux d'être de retour de Toronto. Je crois que je m'assimilerais très vite si je passais beaucoup de temps à Toronto.Avec cette sortie je suis loin de l'âme.Je m'excuse auprès d'une lectrice n'allez pas croire que j'ai la grosse tête mais j'aime pas répéter. C'est bien de parler en français au goulag, aujourd'hui c'est ensoleillé. Les voix étaient très présentes à Toronto on me dénigrais mais j'ai pas osé vérifier c'étais des inconnus. Comme toujours j'essais de faire de mon mieux même dans ce blog. Toronto c'est vraiment l'exil, ici au goulag j'ai choisi d'y vivre, ce voyage change ma perspective. Quand je suis partis du plateau de tournage quelqu'un m'a fait un très gros hug que j'ai apprécié. Me suis fait un café, je crois qu'être bilingue c'est une tare schizophrénique... Je doute, je doute j'essais ici de donner du sens à ce que je fait. Ce matin j'ai discuté avec mon ami hongrois laveur de vitre exilé au goulag, on a parlé de l'actualité internationale ça le bouleverse. Je suis pas très poétique aujourd'hui j'évoque pas grand chose. J'ai une pensée pour ma lectrice nouvelle retraitée. Le temps passe vite même à l'aéroport. Bein non, comme chantait le regretté Sylvain Lelièvre "Toronto c'est pas la rue St-Jean". J'aime beaucoup voyager en avion, Air Canada c'est pas mal... Je vous écris ce matin parce que j'essais d"être sérieux dans ma pratique du blog. On dis que les gens heureux n'ont pas d'histoire, je suis très malheureux j'en ai milles a raconter, toujours cette âme qui se demande ce qu'elle fait de pas correct pour avoir ce sentiment de persécution.Y'a un parfum de pêche dans le goulag ça sent bon, je mange une pomme. Se battre contre la stigmatisation c'est se battre contre des fantômes, les gens sont ce qu'ils sont et dans le meilleur des cas ils se trouvent bons. Je vous dis au revoir de mes pieds plantés dans le goulag et vous remercis d'avoir lu jusqu'ici!!!¨À la prochaine j'espère!!!




Frenchy Berny

Aucun commentaire:

Publier un commentaire