lundi 19 juin 2017

Au présent

Bonsoir! Bonjour! Je viens de regarder les chambres d’hôtels que j’ai réservé, c’est bien, j’ai hâte d’avoir des nouvelles de l’agente. Je suis content que mon petit texte vous ais plut. Cette nuit je suis debout, je me suis couché tôt. C’est encore illustré avec un passage et une horloge de Annecy. J’essais de retrouver mon senti, c’est le beau milieu de la nuit. Je suis réveillé… Le climatiseur fonctionne bien, les chambres en Espagne seront climatisées. Je vois tranquillement arriver le départ. J’ai hâte qu’on me rémunère pour les activités auquelles j’ai participés, j’attends… Dans la fable de La Fontaine on disait «  patience et longueur de temps font plus que force et rage » j’attends, j’attends comme disait mon frère je suis probablement pas dans leurs priorité.  Je profite de ces nuits d’insomnies c’est calme dans ma caboche, pas de voix dénigrantes. Souvenirs de ces nuits passées au bout du bar à siroté un verre de bière en écoutant de la musique. Je parlais jamais à personne sauf peut-être à Thérèse qui faisait là je ne sais quoi, peut-être de la sécurité? Je salue l’amie psychologue ex directrice de l’institut parfois on s’en ennuie.  J’écoute ce que ça me dis c’est le vide, l’angoisse est absente pourtant je suis fébrile mais j’ai pas mal. C’est ma difficulté à nommer ce que je sens, ce que je ressent, chose est certaine je suis pas en colère, juste un peu niaiseux. Tiens! Je pense au doute à comment pour moi il est important, je doute de mes hallucinations ce qui me fait vérifier et je m’en porte pas plus mal… Je sais pas si vous comprenez en fait je vérifie et presque toujours ce que j’ai entendu n’a pas été dis où s’avère faux, c’est de la folie de vivre là-dedans c’est pour ça que j’aime la solitude de la nuit. Voilà où j’en suis cette nuit, il est trois heure et les bars ferment, ça sent la sueur et l’alcool, les consommateurs ont perdus leurs odeurs de parfum… Y’a longtemps que les jeunes filles sérieuses sont rentrées chez elles. Plus tard ce matin y’a le boulot… Vous inquiétez pas, depuis longtemps je ne vais plus dans ces endroits, je suis un peu vieux pour ce genre de fiancées. L’ivresse j’ai plus besoin de ça, je remercie ceux qui ont priés pour moi. J’ai hâte de voir la Sagrada Familia et toutes l’architecture de Gaudi, je suis anxieux parce que mon espagnol est pas fort mais je vais essayer de me débrouiller. Je vous en parlerai plus quand j’y serais allé.  Voilà où j’en suis cette nuit, comme toujours tout ça c’est à propos de mon senti, le senti si vous savez pas c’est ce que je vie. Parfois ça va bien d’autre fois moins mais je continue en m’abandonnant. Je dois jamais oublier que j’ai le droit de vivre malgré tout. Je termine en vous remerciant d’avoir lu jusque-là!!! À la prochaine j’espère!!! Au revoir!!! À bientôt!!! Ciao!!!
Bernard

Aucun commentaire:

Publier un commentaire